Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Nouvelle-Zélande 2015

30 mai - 20 juin

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

La Serbie s'impose... dans les cœurs

© Getty Images

Que ce soit en tant que nation indépendante ou au sein de la Yougoslavie, la Serbie produit depuis toujours des footballeurs aussi solides que techniques. Cette grande école du football européen jouit à ce titre d'un profond respect à travers le monde. En revanche, le charme d'une équipe décontractée ou la popularité ne font pas vraiment partie des stéréotypes du football serbe.

Pourtant, la sélection U-20 de Veljko Paunovic fait l'objet d'une grande affection de la part du public néo-zélandais, particulièrement à Dunedin. Si, sur le terrain, les Serbes ont su gagner le respect des spectateurs et de leurs adversaires, ils ont aussi lancé une véritable offensive de charme en dehors du rectangle vert.

Dès son arrivée dans le Pacifique, Paunovic avait fait part de son intention "d'établir un lien profond avec les communautés locales". Les Serbes ont multiplié les apparitions publiques, en visitant les écoles et les hôpitaux. Le discours prononcé à l'Otago Stadium a également laissé une très bonne impression. Côté néo-zélandais, la réponse ne s'est pas fait attendre. "Les Serbes sont devenus les héros de Dunedin", affirme un journal local.  

Cet excellent état d'esprit a suivi les protégés de Paunovic jusqu'à Auckland. De nombreux expatriés étaient présents pour saluer leur victoire face aux États-Unis, mais de plus en plus de *Kiwis *choisissent de reporter leur affection sur cette équipe. Si les Néo-zélandais sont si sensibles aux attentions serbes, c'est avant tout en raison de leur sincérité, comme le confirme Milos Veljkovic à FIFA.com. "Les gens sont très chaleureux avec nous et nous sommes conscients d'être devenus très populaires. Il n'y a pas de secret : nous avons simplement fait le premier pas à la rencontre de nos hôtes. C'est ce que le sélectionneur nous a demandé et nous y prenons beaucoup de plaisir. Nous ne sommes pas venus ici uniquement pour nous entraîner et rester enfermés à l'hôtel", confie-t-il. "Nous avons visité des écoles, nous avons passé de bons moments avec les enfants et nous avons veillé à toujours bien nous comporter. C'est ce qui plaît aux gens. Nous sommes sincèrement ravis des rencontres que nous avons faites. Ce tournoi est une magnifique expérience."

Deux Spurs à 11 mètres
À mesure que la liste des victimes de la Serbie s'allonge, celle de leurs admirateurs suit la même courbe ascendante. L'humilité et le sens de l'humour des joueurs y est aussi pour beaucoup. Veljkovic est ainsi revenu sur la séance de tirs au but qui a opposé la Serbie aux États-Unis. Le défenseur de Tottenham a manqué sa tentative, tout comme l'Américain Cameron Carter-Vickers, lui aussi pensionnaire du club londonien. "Nous jouons tous les deux en Angleterre et les Anglais n'ont jamais eu beaucoup de chance dans cet exercice. Peut-être qu'ils nous ont passé leurs mauvaises habitudes !", lance-t-il en souriant. "Je peux en rire aujourd'hui parce que nous avons gagné, mais je suis vraiment désolé pour Cameron. Nous avons parlé après le match et je lui ai dit qu'il n'avait pas eu de chance. J'aurais très bien pu me retrouver à sa place. Il a pourtant fait un excellent match."

"Le soulagement était énorme. J'espérais que nous allions l'emporter avant que mon tour vienne car je ne me considère pas comme un spécialiste des penalties. En m'avançant, j'ai commis l'erreur de regarder le gardien dans les yeux. J'ai attendu qu'il bouge mais il ne l'a pas fait et ma frappe en a souffert," ajoute le défenseur des* Spurs*. 

Heureusement pour Veljkovic, la Serbie a négocié l'obstacle américain, malgré son échec. En demi-finale, les Slaves retrouveront l'une des équipes surprises du tournoi, le Mali. Pour le moment, Paunovic et ses hommes marchent sur les traces de l'équipe de Yougoslavie qui avait remporté le tournoi en 1987, sous l'impulsion de joueurs d'exception comme Boban, Mijatovic, Suker et Prosinecki. "Tout le monde parle encore de l'équipe qui avait remporté la Coupe du Monde au Chili. Tous ces joueurs sont devenus des légendes. Nous aimerions évidemment les imiter, mais nous ne ressentons aucune pression. Nous avons déjà fait un beau parcours et nous profitons de chaque seconde", note-t-il. "Je crois que la Serbie tient une nouvelle génération dorée. Nous avons déjà remporté un grand titre, l'Euro U-19 en 2013, et j'ai le sentiment que nous sommes capables d'ajouter d'autres trophées à notre palmarès" souligne-t-il avant de conclure : "Il y a un bon équilibre, une excellente mentalité et un sélectionneur capable de nous donner un petit surcroît de motivation. Je pense que nous pouvons tout à fait gagner ce tournoi."  

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Etats-Unis 0:0 Serbie en vidéo (5:6 t.a.b)

14 juin 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Etats-Unis - Serbie en images

14 juin 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Serbie 2:0 Mexique en vidéo

06 juin 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Serbie 2:1 (a.p) Hongrie en vidéo

10 juin 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Serbie 2:0 Mali en vidéo

03 juin 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Une Coupe du Monde U-20 à l'accent maori

14 juin 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Les Aiglons planent, les Lionceaux rugissent

14 juin 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Saponjic, du banc à la gloire

10 juin 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

La Serbie au bout de la nuit (0:0, 5:6 t-a-b)

14 juin 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Mission accomplie à Dunedin

09 juin 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

La Serbie se qualifie aux dépens d'El Tri (2:0)

06 juin 2015