Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Pologne 2019

Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Pologne 2019

23 mai - 15 juin

Pologne 2019

Les trois mousquetaires Polonais

Jakub Bednarczyk of Poland scores his team's first goal
© Getty Images
  • Bednarczyk signe le plus beau but de la carrière
  • Le jeune Zalewski réalise des prouesses
  • Un grand espoir du Bayern tient ses promesses

Le sélectionneur polonais Jacek Magiera a procédé à plusieurs changements avant le choc de la deuxième journée contre Tahiti et le moins que l’on puisse dire, c’est que son pari s’est révélé payant. Pour l’occasion, le pays hôte de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2019 a introduit trois nouveaux joueurs dans son onze de départ.

Résultat : une victoire 5-0 qui permet à la Pologne de continuer à rêver. "C’était le plus beau but de ma carrière", confie Jakub Bednarczyk, auteur de l’ouverture du score, au micro de FIFA.com. Nicola Zalewski et Marcel Zylla se sont, eux aussi, montrés très à leur avantage. Après une telle démonstration de force, les trois hommes sont bien placés de débuter le match contre le Sénégal, mercredi prochain.

Jakub Bednarczyk, la frappe divine

Le défenseur, qui a fêté ses 20 ans le 2 janvier, est le doyen de la sélection polonaise. À deux jours près, il aurait été trop âgé pour participer à Pologne 2019 et nous aurions étés privés de ce bijou :

"Il s’agit sans aucun doute du plus beau but de ma carrière", confirme l’intéressé. "Je crois qu’il est encore plus réussi que celui que j’avais inscrit dans ce même stade, il y a quelques mois, lors d'un match amical contre le Japon. J’ai un tempérament plutôt offensif. Même si nos postes sont très différents, j’essaye d’imiter Cristiano Ronaldo au moment de frapper."

Voilà qui promet avant le match contre le Sénégal. "Je pense que je vais me le repasser plusieurs fois quand je serai rentré à l’hôtel. J’aimerais le dédier à mon père, Jacek, que j’ai déjà remercié sur la pelouse. Sans lui, je ne serais jamais devenu footballeur. C’était mon premier entraîneur. Si je dois ma présence dans ce tournoi à quelqu’un, c’est bien lui".

Nicola Zalewski of Poland battles with Etienne Tave of Tahiti 
© Getty Images

Nicola Zalewski, la carte jeune

Si Bednarczyk est le doyen du groupe, Zalewski en est le benjamin. Le pensionnaire du centre de formation de l’AS Rome n’était pas lui non plus promis à une place de titulaire dans cette compétition. Resté sur le banc pendant la préparation, Zalewski a été propulsé dans le onze de départ du jour au lendemain. "J’ai décidé de faire confiance à Nicola car nous avons souffert dans les duels en milieu de terrain contre la Colombie. Je sais que c’est un domaine dans lequel il est performant", explique Magiera, heureux de l'avoir aligné.

"Ce n’est pas parce que Nicola est le plus jeune qu’il ne peut pas débuter une rencontre. Bien au contraire ! Je l’ai vu jouer avec l’AS Rome et j’ai lu les rapports rédigés par les responsables de nos équipes de jeunes. Il n’a jamais eu de mal à se mesurer à des adversaires plus âgés. Ça prouve qu’il a du caractère."

Zalewski lui-même ne boudait pas son plaisir au coup de sifflet final. "J’ai réussi mes débuts en Coupe du Monde. C’est vrai, je suis le plus jeune joueur de mon équipe, mais après dix minutes de jeu, j’étais complètement dans le match. À partir de là, je me suis senti très à l’aise. L’ambiance était un peu tendue, après notre défaite contre la Colombie. Maintenant, le calme est revenu, même si nous savons que notre mission n’est pas encore accomplie. Il nous reste à battre le Sénégal, même si je pense que nous en sommes capables", poursuit l’ailier, qui voue un véritable culte au Brésilien Neymar.

Marcel Zylla of Poland runs with the ball 
© Getty Images

Nicola Zalewski, le juste milieu

Lorsqu’un Polonais du Bayern Munich fait les gros titres, il s'agit généralement de Robert Lewandowski. Mais, hier, c’est bien le jeune Zylla qui était au centre de toutes les conversations. Le milieu offensif est entré en jeu durant la deuxième mi-temps du match d’ouverture contre les Cafeteros et, de toute évidence, sa prestation a convaincu Magiera de lui accorder une place plus importante.

La suite des événements s’est chargée de lui donner raison. Zylla a commencé par toucher la barre, avant de doubler la mise sur sa deuxième tentative. Un peu plus tard, il a signé sa première passe décisive du tournoi, sur un service millimétré à destination de Dominik Steczyk. Une barre, un but et une passe décisive : le natif de Munich n’a pas à rougir de son bilan.

Les supporters polonais, qui étaient environ 15 000 à être venus au stade contre Tahiti, espèrent maintenant voir leur équipe rééditer sa performance contre le Sénégal.

Explorer le sujet

Articles recommandés