Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Pologne 2019

Championnat du Monde Juniors de la FIFA 2005

Messi fait vibrer les Pays-Bas

© Action Images

Défaits dès leur première sortie par les Etats-Unis, les Argentins ont parfaitement réussi à surmonter ce revers, jusqu'à remporter leur cinquième Championnat du Monde Juniors de la FIFA. Annoncé comme l'une des grandes stars de la compétition, Lionel Messi avait dû se contenter d'observer depuis le banc des remplaçants la défaite des siens contre les Américains. Entré en cours de jeu, l'attaquant du FC Barcelone a rapidement justifié son excellente réputation, si bien que par la suite, sa place de titulaire n'a plus jamais été remise en question. A 18 ans, le jeune prodige argentin a éclaboussé le tournoi de toute sa classe, devenant ainsi, l'espace d'un été, l'une des personnalités les plus en vue du monde du football.

Auteur d'un doublé en finale contre le Nigeria, élu meilleur buteur et meilleur joueur de la compétition, Lionel Messi est aujourd'hui comparé au grand Diego Armando Maradona lui-même. Il faut dire que les performances du jeune attaquant argentin sont sans aucun doute les plus époustouflantes auxquelles il ait été donné d'assister depuis que "Dieguito" avait conquis le public japonais en 1979. En effet, l'Argentine a souvent dû batailler dur pour remporter ses matches. En sept confrontations, les coéquipiers de Messi ne se sont imposés qu'à deux reprises par plus d'un but d'écart. Dans ces conditions, les coups de génie de l'attaquant barcelonais ont souvent fait la différence.

Le tournoi lui-même restera dans les mémoires comme l'une des éditions les plus colorées et les plus excitantes de l'histoire du Championnat du Monde Juniors de la FIFA. Si les Argentins méritent amplement leur titre, ils ont dû lutter jusqu'au bout pour l'emporter en finale face à une équipe du Nigeria aussi solide qu'inspirée. Une fois de plus, c'est le jeune Messi qui a fait la différence en transformant les deux penaltys accordés aux Gauchos, scellant ainsi le succès 2:1 des siens.

FIFA.com vous propose aujourd'hui de remonter le temps pour revivre les moments forts de la compétition aux Pays-Bas.

*Les hôtes font le spectacle *
Emmené par le jeune Quincy Owusu Abeyie (Arsenal), le capitaine Hedwiges Maduro et le grand défenseur Ron Vlaar, les Pays-Bas se sont distingués comme l'une des équipes les plus attrayantes du tournoi. Pour beaucoup, cette formation avait même de quoi viser le titre. Invaincus à l'issue du premier tour, les Néerlandais n'ont fait qu'une bouchée du Chili en huitième de finale (3:0). Mais, alors que les supporters néerlandais voyaient déjà leur équipe au sommet, les Flying Eagles du Nigeria ont croisé la route des Oranje. Au terme d'une éprouvante séance de tirs au but, ce sont finalement les Africains qui se sont imposés, au grand désespoir du public de Kerkrade venu encourager ses favoris. Au bout du compte, si le parcours des jeunes Néerlandais a connu une fin un peu abrupte, les performances des Pays-Bas ont tout de même de quoi donner de l'espoir à leurs supporters. Deux Néerlandais figurent dans la liste concoctée par FIFA.com des quatorze meilleurs joueurs du premier tour.

Le Brésil en panne d'inspiration mais médaillé

Après une entrée en matière particulièrement décevante face au Nigeria (0:0), les Brésiliens ont tout de même arraché la première place d'un groupe que beaucoup s'accordaient à considérer comme le plus relevé de la compétition. Pourtant, malgré ces bons résultats, ce Brésil sans imagination et sans panache en a laissé plus d'un sur sa faim. Après avoir péniblement disposé de la Syrie et de l'Allemagne au tour précédent, les Brésiliens retrouvaient leurs éternels rivaux argentins en demi-finale. Ce fut sans doute le match de trop.

Car si le Brésil disposait encore une fois d'excellents joueurs comme Tardelli ou Rafael, il manquait cruellement d'un attaquant et d'un meneur de jeu capables de faire la différence sur le plan offensif. Les Auriverdes ont fait de leur mieux, mais ils n'ont jamais pu compenser ces lacunes. Au terme d'une campagne décevante, le Brésil est tout de même parvenu à s'adjuger la médaille de bronze, après avoir été mené au score, lors de la finale pour la troisième place à Utrecht. Les Marocains, quant à eux, encouragés par leurs nombreux supporters, ont dû se contenter de la quatrième place. Ils pourront toutefois se consoler en repensant à leurs excellentes performances qui valent au Maroc d'être considéré comme la grande révélation du tournoi.

*L'Europe et l'Amérique du Nord sombrent, l'Afrique et l'Amérique du Sud triomphent *
Alors que le Championnat du Monde Juniors de la FIFA faisait son grand retour sur le Vieux Continent, personne ne s'attendait à un échec aussi cuisant pour les représentants de l'UEFA. L'Europe n'avait plus accueilli cette prestigieuse compétition depuis 1991 mais, pour l'occasion, aucune équipe européenne n'était présente en demi-finale. Après les éliminations de l'Italie, de l'Espagne, de l'Allemagne et des Pays-Bas en quarts de finale, seules restaient deux équipes africaines (le Nigeria et le Maroc) et deux formations sud-américaines (le Brésil et l'Argentine).

Disputée entre des Argentins maîtres de leur football et des Nigérians enthousiastes, la magnifique finale a pour les Européens des allures d'avertissement. Quant aux équipes d'Amérique du Nord, elles furent plus décevantes encore. Le Honduras a perdu tous ses matches, encaissant 15 buts en trois sorties. Le Panama, qui participait à l'épreuve pour la deuxième fois, n'a guère fait mieux : les Canaleros ont quitté la compétition dès le premier tour, sans le moindre point au compteur. Seuls les Etats-Unis ont réussi à atteindre la deuxième phase mais, dès les huitièmes de finales, ils ont dû s'avouer vaincus face à une équipe d'Italie en plein renouveau.

Les participants :
Australie, Japon, Bénin, Pays-Bas, Chine PR, Panama, Turquie, Ukraine, Chili, Honduras, Maroc, Espagne, Argentine, Egypte, Allemagne, Etats-Unis, Canada, Colombie, Syrie, Italie, Brésil, République de Corée, Nigeria, Suisse

Classement :

  1. Argentine

  2. Nigeria

  3. Brésil

    1. Maroc

Stades et villes :
Stade Vijverberg (Doetinchem), stade Emmen (Emmen), stade Enschede (Enschede), stade Parkstad Limburg (Kerkrade), stade Willem II (Tilburg) et stade Galgenwaard (Utrecht).

Buts :
143 (moyenne : 2,75 buts/match)

Meilleurs buteurs :
6 buts : Messi (ARG)
5 buts : Llorente (ESP), Aliiev (UKR)

Affluence :
502 698

Affluence moyenne :
9 667