Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Colombie 2011

29 juillet - 20 août

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2011

Mika, entre rêves et souvenirs

© Getty Images

Héroïque. Le mot n'est pas trop fort pour qualifier la prestation du gardien portugais Mika contre l'Argentine, en quart de finale de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2011. Après avoir repoussé deux penalties contre l'Albiceleste, le portier lusitanien a de nouveau brillé contre la France en demi-finale, contribuant à ouvrir à son équipe les portes d'une première finale dans la compétition depuis 20 ans.

Contre les Bleuets, Mika a même battu un incroyable record. À la 13ème minute, le Tricolore Clément Grenier frappe un joli coup franc. Mika se détend, s'interpose et dépasse les 493 minutes d'invincibilité du gardien chilien Cristopher Toselli, en 2007, qui constituaient jusque-là le record absolu en la matière dans une Coupe du Monde U-20 de la FIFA. Aujourd'hui, Mika totalise 570 minutes de jeu consécutives sans être allé chercher le ballon au fond de ses filets.

Peu habitué à être placé sous les projecteurs, le deuxième gardien de Benfica n'en a pas moins accepté de répondre aux questions de FIFA.com peu de temps après la demi-finale remportée contre la France, au stade Atanasio Girardot de Medellín. Tout sourire, il évoque d'abord son incroyable record : "Oui, c'est historique. C'est un objectif personnel que je m'étais fixé : arriver en finale sans encaisser le moindre but. Il n'y a rien de mieux pour la confiance. J'espère que cela va durer jusqu'à la fin du tournoi".

Savoir saisir sa chance
Pour qui a vu Mika en action lors des six rencontres disputées à ce jour par le Portugal en Colombie, difficile d'imaginer qu'il y a un an, l'invincible gardien ne faisait pas partie des plans de l'entraîneur Ilídio Vale. Mika a fait ses premiers pas avec les U-20 de son pays fin 2010. Il n'était pas présent dans l'effectif lusitanien pour le Championnat d'Europe U-19, qualificatif pour cette Coupe du Monde U-20 de la FIFA.

Convaincant lors des matches de préparation du Portugal, il a passé son premier grand test lors du Tournoi de Toulon, en juin dernier, où il n'a encaissé que deux buts en trois rencontres. "L'entraîneur a eu confiance en moi. Ça a été déterminant. Ça ne fait pas longtemps que je suis titulaire. On m'a donné ma chance et je l'ai saisie. Ça s'est bien passé. J'essaie toujours de donner le meilleur de moi-même pour aider le collectif", explique le dernier rempart.

Arrivé récemment dans un groupe qui évolue ensemble depuis longtemps, Mika refuse logiquement de tirer la couverture à lui. Au contraire, il ne tarit pas d'éloges à l'égard de ses coéquipiers. "Nous sommes efficaces en défense comme en attaque, dans tous les secteurs du jeu. C'est pour ça que nous n'avons pas encore encaissé de but. Évidemment, ça me fait plaisir à titre personnel, et cela récompense le travail de toute l'équipe. Nous formons un groupe très uni. Cela explique notre solidité. Nous sommes tous amis en dehors du terrain. Je pense que cela se voit dans notre jeu. Tout le monde est prêt à faire l'effort."

Calme et humilité
Né en Suisse, où il a vécu jusqu'à l'âge de huit ans, Mika se garde bien de donner libre cours à ses émotions. Cela dit, on sent poindre chez lui l'impatience d'en découdre avec le Brésil, afin d'offrir au Portugal un troisième titre de champion du monde dans la catégorie, 20 ans après celui conquis par les Luís Figo, Rui Costa et autres João Pinto.

À l'époque, l'adversaire était le même mais, grosse différence, la compétition avait lieu en terre lusitanienne. "Évidemment, nous rêvons de gagner la finale et nous devons nous convaincre que nous pouvons y arriver. Cela dit, le Brésil est un gros adversaire. Je vous dirai franchement qu'en arrivant ici, personne n'évoquait la possibilité d'être champions du monde. Maintenant que nous sommes arrivés en finale, c'est un peu différent. Je pense qu'il est très important de garder notre humilité et notre calme pour franchir le dernier pas."

Malgré sa modestie, le gardien de la Selecçao das Quinas est parfaitement conscient de l'importance de ce que lui et ses partenaires sont en train de réaliser pour le football portugais. "Un titre serait réellement important pour notre peuple et pour le football portugais. C'est quelque chose qui donnerait plus de visibilité et de valeur à notre génération et à celles qui viendront." Entre passé et avenir, souvenirs et rêves, Mika est incontestablement l'un des éléments qui peuvent permettre au Portugal de retrouver les sommets du football mondial.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2011

Mika (Portugal)

18 août 2011

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2011

Le Portugal prive la France de finale (0:2)

18 août 2011

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2011

Nuno Reis, socle du progrès portugais

16 août 2011

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2011

Danilo défend sa défense

12 août 2011

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2011

L'espoir portugais dans les pieds d'Oliveira

01 août 2011