Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Turquie 2013

Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Turquie 2013

21 juin - 13 juillet

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013

Piris Da Motta entre chance et destin

TRABZON, TURKEY - JUNE 28: Robert Piris Da Motta of Paraguay controls the ball during the FIFA U-20 World Cup Group D match between Greece and Paraguay at Huseyin Avni Aker Stadium on June 28, 2013 in Trabzon, Turkey.  (Photo by Joern Pollex - FIFA/FIFA
© Getty Images

Tous les footballeurs peuvent le confirmer : pour vivre leur rêve d’enfant, ils ont dû faire de nombreux sacrifices, et travailler dur pour se donner les moyens de faire de leur passion leur métier. Mais pour beaucoup, deux autres facteurs que la simple volonté régissent la carrière : la chance et le destin, les deux étant intimement liés.

C’est donc le destin qui a tracé la route des ancêtres de Robert Piris Da Motta, originaires du Portugal et venus s’installer au Paraguay, dont il défend les couleurs à la Coupe du Monde U20 de la FIFA 2013. C’est sans doute lui également qui a poussé Monsieur et Madame Piris Da Motta à inscrire le prénom Robert à l’état civil lorsque celui-ci voit le jour en juillet 1994. En revanche, c’est peut-être une chance - en tout cas une coïncidence - si au même moment de l’autre côté de l’Atlantique, un jeune joueur brille sur les pelouses françaises. Son nom ? Robert Pires, d’origine… portugaise !

En quelques années, le Français ne cesse de progresser, intègre la sélection tricolore, et remporte la Coupe du Monde de la FIFA, France 1998™ au moment même où son quasi-homonyme paraguayen devient assez grand pour commencer à taper dans un ballon. Là, le destin reprend les commandes : le petit Robert Piris sera footballeur. "Franchement c’est amusant et c’est plus un honneur qu’une pression de porter ce nom", confie à FIFA.com le jeune Albirrojo, qui s’apprête à disputer les huitièmes de finale de Turquie 2013. "J’ai souvent vu jouer Robert Pires avec Arsenal et avec la sélection française, et c’est vraiment un très bon joueur."

Si l’aîné a brillé au poste de milieu offensif toute sa carrière, le cadet est placé un peu plus en retrait dans le dispositif de Victor Genes. Cela ne l’empêche pas d’oser quelques comparaisons, voire de s’inspirer du parcours du Français. "Nous avons des caractéristiques différentes, parce qu’on joue à des postes différents, mais j’aimais bien son style et sa manière de conduire la balle", précise le joueur de Rubio Ñu. "Lui a travaillé tous les jours pour s’améliorer petit à petit, et moi, je ne suis encore qu’au tout début. Si tout va bien, j’espère faire la même chose et progresser pas à pas pour faire la même carrière."

Malchance programmée
Celle-ci pourrait prendre un nouveau tournant si le Paraguay continue à enchaîner les bonnes performances en Turquie. Après un premier tour durant lequel ils ont battu le Mexique, l’un des favoris, et fait match nul avec le Mali et la Grèce, avec trois fois Piris Da Motta aligné au coup d’envoi, les Guarani affronteront l’Irak en huitième de finale le 3 juillet prochain. Mais le nom de l’adversaire n’est cette fois dû qu’à la chance, ou en l’occurrence la malchance.

Car après le match nul 1:1 face aux Grecs en clôture du Groupe D, les deux équipes étaient à égalité parfaite au classement, une fois scrutés en détails tous les critères pour les départager. Du coup, c’est par un tirage au sort qu’a été décidée la hiérarchie finale. Et la pièce est tombée du côté grec. "Nous étions très nerveux et déçus de ne pas terminer premiers, parce que nous avons tout donné sur le terrain pour avoir notre avenir en main", explique le jeune homme qui a débuté dans les catégories de jeunes en tant que gardien de but, avant d’être replacé dans le champ pour ne plus jamais le quitter. "On a lutté pour la première place. Malheureusement, ça ne nous a pas réussi, uniquement à cause d’un tirage au sort. Donc c’est une deuxième place qui a un goût de première."

Dame Fortune a effectivement tourné le dos aux Albirrojos, mais peut-être pour laisser Monsieur Destin faire son œuvre. Car en terminant deuxième, le Paraguay et dans la seconde partie du tableau. Dans l’autre partie se trouvent notamment le Portugal et la France, deux pays indissociables d’un certain Robert Pires…

La seule manière d’affronter l’un de ces deux pays sera donc d’atteindre la finale. "Maintenant, plus de tirage au sort et le Paraguay n’a pas de limite. Nous avons notre destin en main", annonce l’autre Robert. Mais par définition, le destin est déjà écrit…

Explorer le sujet

Articles recommandés

Turquie 2013 : Grèce - Paraguay en photos

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013

Turquie 2013 : Grèce - Paraguay en photos

28 juin 2013

Turquie 2013 : Mexique - Paraguay en photos

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013

Turquie 2013 : Mexique - Paraguay en photos

25 juin 2013

Turquie 2013 : Paraguay - Mali en photos

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013

Turquie 2013 : Paraguay - Mali en photos

22 juin 2013

Ebenezer Assifuah of Ghana (L) breaks away from Caleb Stanko of USA

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013

Beaucoup de chance et un peu de patience pour Assifuah

01 juil. 2013