Coupe du Monde U-20 de la FIFA, République de Corée 2017

20 mai - 11 juin

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Podstawski, fils prodigue et gendre idéal

© AFP

Talentueux, sympathique, beau, intelligent, le milieu défensif et capitaine du Portugal Tomás Podstawski n’est pas loin d’être parfait. Et s’il cumule les qualités, il en laisse une prendre le pas sur les autres : la persévérance. Aussi, malgré ses superbes performances individuelles lors du dernier championnat d’Europe et le joli parcours de son équipe, finaliste de la compétition, le natif de Porto en veut plus à l’aube de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Nouvelle-Zélande 2015.

"On a conscience d’avoir fait un très bon Euro U-20, mais on veut aller encore plus loin", raconte-t-il au micro de FIFA.com. "Mais j’ai le sentiment qu’on a progressé en quelques mois et suis surtout convaincu qu’on va donner le meilleur de nous-même à chaque match. Le plus important, c’est de faire plaisir aux supporters en leur offrant du spectacle, et par-dessus tout de faire honneur à notre pays."

Avec un père polonais, ce pays aurait d’ailleurs très bien pu ne pas être le Portugal. "J’ai été sollicité plusieurs fois pour jouer avec la Pologne", confirme-t-il. "Mais ma mère est portugaise, je suis né au Portugal, je me sens citoyen portugais à part entière, et ma première langue est le portugais", martèle ce quadrilingue (polonais, portugais, français et anglais). Quatre langues bien utiles pour réussir dans sa vie parallèle au football.

Car le prodige ne se contente effectivement pas d’être parmi les grands espoirs portugais dans son sport : Podstawski est également un brillant étudiant en relations internationales. "Je voulais avoir dans ma vie un plan B, sachant évidemment que le plan A est le foot ! Et je n’ai aucun regret : c’est très enrichissant. L’université m’ouvre sur autre chose, elle m’offre d’autres aspects de la vie, d’autres perspectives", confie-t-il. "Entre les matches en club, et les regroupements en sélection, le football me prend toutefois de plus en plus de temps. J’ai de plus en plus de mal à combiner les deux, mais je m’accroche. Je fais de mon mieux !"

Son mieux, il le fait bien, en tout cas consciencieusement. Il mène d’ailleurs sa vie de footballeur comme sa vie d’étudiant : sans griller les étapes et le moteur "travail" à plein régime. Infatigable milieu récupérateur-relayeur-dynamiteur, Podstawski est un cadre en sélection depuis ses plus jeunes années, mais doit encore patienter pour jouer avec les A du FC Porto : "Evoluer tôt ou tard avec les A est évidemment l’objectif que je me suis fixé. En attendant, je m’efforce de m’entraîner le plus sérieusement possible sorte d’être fin prêt quand l'entraîneur décidera de m’appeler".

De qui tenir
Cette ambition teintée d’humilité, il la doit avant tout à ses parents, un professeur d’éducation physique et une ancienne gymnaste professionnelle qui lui ont donné les valeurs nécessaires pour s’épanouir dans son sport : "Je leur dois tout : mon jeu, ma motivation, ma passion", confirme-t-il, "Petit, Ils m’ont fait faire tellement de choses... L’école finie, ils nous emmenaient au parc avec mon frère, devenu lui aussi footballeur. On faisait du vélo, de la natation, du tennis, et du volley. Si le ballon rond a finalement pris le dessus sur nous, c’est parce que notre pays respire le foot plus que n’importe quel autre sport !"

Quelle meilleure occasion qu’une Coupe du Monde pour combler le Portugal ? La jeune Selecção *das Quinas* aura fort à faire dès le premier tour, dans un Groupe C très ouvert, mêlant également Qatar, Sénégal et Colombie. En tant que capitaine, Podstawski a conscience de l’enjeu : "Porter le brassard de ma sélection est un immense honneur. Je connais les responsabilités que cela implique : je veux épauler mes coéquipiers autant qu’ils m’aident, et qu’ensemble nous montrions au monde et à nos compatriotes, quel que soit l’adversaire, combien le Portugal est une bonne équipe."

Grand frère pour ses partenaires, fils prodige pour ses parents, Tomás Podstawski a le profil du gendre idéal. "Des défauts ? Qui n’en a pas ? Mais je laisse aux gens, à mes amis, et aux supporteurs, de se faire leur propre opinion de moi-même !", souffle-t-il pour conclure. Avec Podswastki dans ses rangs, le Portugal est lui d'ores et déjà jugé comme un sérieux prétendant au titre.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Nouvelle-Zélande 2015 : le tirage au sort en image...

10 févr. 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Reid vous invite à Nouvelle-Zélande 2015

20 mai 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Le Prince Harry lance le compte à rebours en Nouve...

16 mai 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Cap sur la Nouvelle-Zélande !

10 mars 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

L'histoire de la Coupe du Monde U-20

18 févr. 2015

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2015

Lucumí, des buts sous pression

11 mai 2015