Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Turquie 2013

21 juin - 13 juillet

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013

Ramos, un passé au service de l'avenir

© Others

Tab Ramos a toujours été en avance sur son temps. Le milieu de terrain aussi fin qu'élégant a éclairé la fin des années 90 de son talent. Précurseur des Landon Donovan et autres Clint Dempsey, il a contribué à faire des États-Unis une superpuissance au sein de la CONCACAF.

À 46 ans, l'ancien international américain s'est fixé un nouveau défi : construire une équipe à son image. En tant que sélectionneur U-20 des États-Unis, sa première mission consiste à mener une nouvelle génération vers le plus haut niveau. "C'est une tranche d'âge difficile", confie-t-il au micro de FIFA.com. "Certains joueurs viennent juste de passer professionnels et sont très motivés. D'autres ont le sentiment d'être arrivés et ils pensent davantage à leur nouvelle voiture qu'à leur prochain match."

En son temps, Ramos a connu un parcours beaucoup plus cahoteux que la majorité des espoirs qu'il entraîne aujourd'hui. Fils d'un footballeur professionnel de Montevideo, le jeune Tab est arrivé aux États-Unis à l'âge de 11 ans. Les Ramos se sont rapidement fait une place au sein des communautés d'immigrants installées dans le nord du New Jersey. À une époque où le football était encore un sport marginal, le talent et le sens du dribble du futur joueur du Betis Séville ne sont évidemment pas passés inaperçus. 

Peu de temps après avoir obtenu la nationalité américaine, Ramos représentait son pays d'adoption en Coupe du Monde U-20 de la FIFA 1983. Il n'avait que 15 ans. "Je ne pouvais pas y croire. J'avais l'impression de rêver", se souvient l'intéressé. Le petit meneur de jeu a poursuivi sa progression et, sous son impulsion, les *Stars and Stripes *n'ont pas tardé à retrouver la Coupe du Monde de la FIFA™, après 40 ans d'absence. Ramos a disputé trois éditions consécutives : Italie 1990, États-Unis 1994 et France 1998. Depuis, les États-Unis n'ont plus manqué une seule fois à l'appel.

* Un héros américain*

"Je suis très fier d'avoir appartenu à ces équipes", poursuit Ramos, qui a su ajouter une touche de créativité au sein d'une sélection traditionnellement dominée par les grands gabarits. "Nous avons fait découvrir le football aux Américains. Avec Eric Wynalda, Marcelo Balboa, John Harkes et Tony Meola, nous avons accompli quelque chose d'unique." Autre pionnier du football aux États-Unis, Alexi Lalas n'a pas oublié son ancien partenaire : "Son toucher de balle était subtil et délicat mais il dégageait une puissance atomique".

Le reste du monde se souvient sans doute de Ramos comme de la victime d'un coup de coude du Brésilien Leonardo, en Coupe du Monde de la FIFA 1994™. "Quand le temps est un peu humide, ce côté de ma tête me fait encore mal", précise-t-il. Victime d'une fracture du crâne à San Francisco, le milieu de terrain américain avait bien failli mettre un terme à sa carrière ce jour-là. "J'étais peut-être un peu plus intelligent avant. Je ne sais pas", ajoute-t-il sur le ton de la plaisanterie.

Ramos a tenté sa chance à l'étranger, à une époque où les footballeurs américains n'étaient pas nombreux à s'expatrier. Il a ainsi porté les couleurs de Tigres au Mexique et du Betis en Espagne. Depuis, les temps ont changé et ses protégés sont aujourd'hui très courtisés, malgré leur jeune âge. "Tout le monde surveille ces gamins avec attention", explique le sélectionneur, qui n'ignore pas que les qualifications de la CONCACAF ont été retransmises en direct à la télévision américaine. "Quand j'étais jeune, il fallait aller chez quelqu'un qui avait une antenne satellite rien que pour suivre la Coupe du Monde !"   

Voir Lionel Messi et Cristiano Ronaldo en action tous les week-ends n'est pas sans poser quelques problèmes, comme il le reconnaît lui-même. "Ces garçons font sans arrêt des passements de jambes. La plupart du temps, ça ne sert strictement à rien", s'amuse Ramos. Premier joueur à intégrer la MLS à sa création en 1996, l'ancien international travaille maintenant en collaboration étroite avec Jürgen Klinsmann, son homologue chez les A.

De nouveaux horizons

"La compétition est beaucoup plus forte aujourd'hui", note Ramos. Son équipe compte déjà cinq expatriés et plusieurs pensionnaires de MLS. "Autrefois, il suffisait de savoir faire tourner le ballon pour être dans l'équipe. Maintenant, j'ai une centaine de gamins qui savent le faire. Nous choisissons en priorité ceux qui sont capables de jouer dans la profondeur ou de faire basculer un match."

Les protégés de Ramos sont allés gagner leur billet pour la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013 au Mexique, en territoire hostile. Encouragés par le discours très offensif de leur sélectionneur, les espoirs américains ont poussé le pays hôte dans ses derniers retranchements, en arrachant la prolongation en finale. "Notre objectif était de nous qualifier pour la Coupe du Monde", rappelle Ramos, dont l'équipe a inscrit dix buts en cinq matches. "Mais cela ne nous a pas empêchés de faire le jeu. Nous avons fait preuve de courage et nous avons tout tenté pour arracher la décision."  

Benji Joya s'est imposé comme l'une des révélations du tournoi. Le petit milieu de terrain rappelle évidemment des souvenirs à son entraîneur. "Il y a un an, Joya n'était pas très demandé. Les clubs de MLS ne voulaient pas de lui alors il est parti tenter sa chance au Mexique. Il n'était pas très performant mais nous avons tout de suite vu quelque chose de spécial en lui. Depuis, il est devenu un joueur important. C'est le plus dur dans ce métier. Il faut parfois se fier à son instinct et miser sur des jeunes qui disposent d'une grosse marge de progression". Sans doute est-ce la raison pour laquelle il aime comparer son rôle de sélectionneur à celui d'un père de famille.

Pour leur entrée en lice en Coupe du Monde U-20 de la FIFA, les Américains affronteront l'Espagne, l'un des favoris de la compétition. "Peu importe l'adversaire, il faut prendre des points."

Documents connexes

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013

Championnat U-20 de la CONCACAF : Mexique-Etats-Un...

04 mars 2013

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2019

Les stars de la Coupe du Monde U-20

08 avr. 2013

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013

Les Young Lions veulent enfin marquer leur territoire

18 avr. 2013