Coupe du Monde U-20 de la FIFA, République de Corée 2017

20 mai - 11 juin

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013

Le triple héritage de Cordoba

© Getty Images

Reprendre l’entreprise familiale et la faire fructifier est un challenge difficile. Tout comme être amené à succéder à un monument, ou soutenir la comparaison avec un géant de la profession. A 20 ans à peine, le Colombien Jhon Cordoba a réussi à relever les trois défis à la fois ! Et la performance est d’autant plus remarquable quand la profession en question consiste à faire trembler les filets.

Marquer des buts, l’attaquant de la sélection U-20 cafetera a très tôt su comment faire. Peut-être même avant d’apprendre à parler ou à marcher. Il lui suffisait de regarder son papa exercer son métier. A 153 reprises, Manuel Acisclo Córdoba a répété ce geste. De quoi faire naître une vocation chez le petit - à l’époque, car aujourd’hui il regarde le monde du haut de ses 186 centimètres - Jhon Andrés. "Mon père m’aide beaucoup, comme tous les pères, mais lui est passé par là, donc il sait exactement de quoi il parle et quels conseils donner", explique au micro de FIFA.com le rejeton, après la première victoire colombienne à la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Turquie 2013, face au pays hôte. "Il m’appuie énormément. Aujourd’hui j’ai confiance en mes propres capacités et mon propre talent, pour avoir une carrière aussi belle que la sienne."

Celle de Manuel l’a vu notamment porter les maillots de l’Atlético Nacional, Santa Fe ou Independiente Medellin, et connaître les honneurs de la Copa Libertadores et de la sélection nationale. Jhon n’en est pas encore là, mais avec un tel modèle, difficile de ne pas progresser. "C’est un père et un professeur à la fois", confirme le fiston, auteur du but égalisateur face à l’Australie en ouverture du Groupe C. "Il me parle souvent des buts que je marque et les compare avec ceux qu’il a marqués. Quand j’ai commencé dans les tournois régionaux, c’est surtout là que son aide et ses conseils ont été importants. Après quand on devient professionnel, ce n’est plus vraiment nécessaire."

Le Drogba colombien
Surtout que le football colombien des années 80, l’heure de gloire du géniteur, et celui dans lequel évolue son successeur n’ont plus grand-chose à voir. "Quand j’ai commencé, les équipes passaient de trois à deux attaquants, mais mon fils est habitué à jouer seul", analysait Manuel lors de la première saison de Jhon à Envigado, en 2012. "C’est bon pour un attaquant. Ça l’oblige à être un meilleur joueur, pas seulement un finisseur, car il a moins d’accompagnement." Effectivement, le jeune avant-centre progresse match après match, au point de pousser son père à un aveu : "John est beaucoup plus puissant que je ne l’étais. En plus, il a un meilleur jeu aérien, c’est un homme de surface."

Ce sont sans doute ces qualités, ajoutées au gabarit du jeune homme, sa capacité à conserver le ballon, et à son instinct de buteur qui ont poussé les journalistes locaux à le qualifier de "Drogba colombien." Une attention flatteuse, certes, mais parfois lourde à porter. Combien de "nouveaux Pelé", de "nouveaux Zidane" ou de "Maradona de tel ou tel pays" se sont brûlé les ailes, étouffés par la comparaison ?

Mais Cordoba est prêt à l’assumer. "C’est vrai que j’ai des caractéristiques et un jeu qui rappellent un peu ceux de Didier Drogba. C’est un honneur et une grande pression", concède-t-il dans une attitude soudain gênée, qui contraste avec son allure de géant, avant de retrouver bien vite son assurance. "Mais peu importe. Un surnom, c’est bien, mais je veux qu’on se rappelle de mon nom : je suis Jhon Cordoba. Je veux marquer l’histoire avec mon propre nom et devenir un grand buteur."

Dans les pas de Jackson
Pour cela, quoi de mieux que de suivre les traces d’un troisième talentueux attaquant ? En signant pour Jaguares de Chiapas, au Mexique, en 2012, le prometteur *Cafetero *réalisait non seulement son rêve de connaître une expérience à l’étranger, mais rejoignait surtout une formation qui venait de se séparer de son buteur vedette, un certain Jackson Martinez, international colombien parti faire les beaux jours du FC Porto. "C’est vrai ! C’est encore un lourd héritage à porter", rigole-t-il quand on lui fait remarquer cette autre succession à assumer. "Ça veut dire qu’on attend beaucoup de moi. J’espère être à la hauteur, c’est une fierté de marcher dans les pas de Jackson."

Après une saison dans le Chiapas, Cordoba a été prêté aux Dorados du Sinaola pour l’année à venir. De quoi gagner du temps de jeu et peut-être taper dans l’œil du sélectionneur José Pekerman. Cordoba se chargerait alors d’un autre héritage : défendre les couleurs de la Colombie en Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ après 14 ans d’absence.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013

Turquie 2013 : Turquie - Colombie en photos

25 juin 2013

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013

Turquie 2013 : Colombie - Australie en photos

22 juin 2013