Santé

Journée mondiale sans tabac 2020 : Protéger les jeunes générations

A no smoking sign
© Getty Images
  • Chaque année, le tabac tue près de huit millions de personnes à travers le monde
  • L’OMS a instauré la Journée mondiale sans tabac le 31 mai 1987
  • La protection des jeunes générations est au cœur de l’action de cette édition 2020

Cela n’est plus à démontrer : le tabagisme représente un risque pour la santé. Chaque année, le tabac tue près de huit millions de personnes à travers le monde. On estime le nombre de décès liés au tabagisme passif à plus d'un million. C’est ce qu’indique le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) consacré au tabac. Il convient donc d’agir au plus vite pour faire baisser ces chiffres alarmants.

Les bonnes raisons pour arrêter de fumer ne manquent pas :

  • après 20 minutes sans tabac, le rythme cardiaque et la tension artérielle commencent à baisser
  • après douze heures, le taux de monoxyde de carbone dans le sang retrouve un niveau normal
  • après deux à douze semaines, la circulation sanguine et la capacité pulmonaire s’améliorent sensiblement
  • après un à neuf mois, la toux et la sensation d’essoufflement diminuent
  • après un an, le risque de maladie coronarienne est deux fois moins élevé que chez un fumeur régulier
  • après cinq à 15 ans, le risque d’accident vasculaire cérébral est équivalent à celui d'un non-fumeur
  • après dix ans, le risque de développer un cancer du poumon est deux fois inférieur à celui d'un fumeur
  • après 15 un an, le risque de maladie coronarienne est comparable à celui d’un non-fumeur

En ces temps de pandémie de Covid-19, il est plus important que jamais d’arrêter de fumer. Rappelons en effet que la cigarette est un facteur de risque supplémentaire pour les infections respiratoires, dont il augmente la gravité. Le Covid-19 est une maladie infectieuse qui touche principalement les poumons. Le tabagisme touche les fonctions pulmonaires et affecte négativement la capacité du corps à lutter contre les coronavirus et d’autres maladies.

Le 31 mai 2020, la Journée mondiale sans tabac, lancée en 1987 par l’Organisation mondiale de la santé, fêtera son 33ème anniversaire. Cette campagne internationale met à l’honneur les initiatives et les progrès vers un monde sans tabac. Cette année, les organisateurs ont choisi de mettre l’accent sur la protection des jeunes générations : "Protéger les jeunes contre les manipulations de l’industrie et décourager la consommation de tabac et de nicotine".

Les jeunes visés

Selon des données recueillies partout dans le monde depuis 2015, 17% des jeunes âgés de 15 à 24 ans fument. Les enfants et les adolescents qui utilisent des cigarettes électroniques ont deux fois plus de chances de se mettre à fumer par la suite. La nicotine contenue dans ces produits les rend très dépendants et peut en outre nuire au bon développement du cerveau des plus jeunes.

Il est donc nécessaire d’intensifier les mesures de protection en faveur des groupes les plus vulnérables. Selon les études, une personne qui commence à fumer avant l’âge de 20 ans a de fortes probabilités de développer une dépendance beaucoup plus forte. Sa capacité à maîtriser son tabagisme à plus long terme peut également être affectée. Mis à l’honneur le 31 mai, le thème de la protection de la jeunesse sera l’occasion de découvrir les meilleures pratiques dans la lutte contre le tabagisme des jeunes.

Consciente de ses responsabilités, la FIFA s’est engagée depuis de nombreuses années à lutter contre la consommation de tabac et ses effets néfastes. Dès 1986, l’instance dirigeante du football mondial a fait savoir que les publicités pour des marques de cigarettes étaient interdites dans ses compétitions. Depuis 2002, les tournois estampillés FIFA sont des événements strictement non-fumeurs. La FIFA s’engage à organiser des événements sportifs sans tabac, à promouvoir un mode de vie sain et à encourager le bien-être de chacun.

Lire également

Politique sans tabac dans les événements de la FIFA

Documents connexes

Articles recommandés