Journée Internationale des Femmes

Le football fait bouger les lignes dans les zones rurales du Kenya

Moving the Goalposts, Kenya
© Others
  • Moving The Goalposts aide les femmes de la côte kenyane à s’exprimer
  • Un espace rassurant par le biais du football et de l’éducation
  • L’ONG est soutenue par des financements de la Fondation FIFA

Les comtés kenyans de Kilifi et Kwale, situés sur le littoral de l’Océan indien, renvoient une image idyllique dans les guides touristiques. Pourtant, derrière la carte postale des plages paradisiaques bordées de palmiers, se cache une existence rude pour la population locale, en particulier les jeunes femmes. Ces comtés présentent des taux élevés de grossesse chez les adolescentes et de nombreuses jeunes filles sont contraintes d’abandonner leur scolarité au niveau secondaire. Car l’idée est répandue, dans la culture locale, que leur place est "dans la cuisine" et pas ailleurs.

Pourtant, le football contribue à faire bouger les lignes. Sous le slogan "Tunaweza", qui signifie "nous pouvons le faire" en swahili, et grâce au financement du programme Community de la Fondation FIFA, Moving The Goalposts (MTG) aide les femmes de la région à faire entendre leur voix, à se battre pour leurs droits et à terminer leurs études. Grâce à cette initiative, certaines bénéficiaires mènent aujourd’hui des carrières d’enseignantes, de musiciennes, de responsables des achats et de journalistes.

Une jeune fille qui a rejoint MTG après avoir abandonné l’école et a été encouragée à terminer ses études est aujourd’hui présentatrice radio. Une ou deux autres ont même réussi à faire carrière dans le football. C’est le cas d’Essa Kida, qui évolue en première division turque. Pourtant, cet exemple est considéré comme un bonus. "Ce n’est pas une fin en soi", indique Dorcas Amakobe, la directrice générale de MTG.

Le concept de MTG est simple. En structurant la pratique du football, l’organisation offre aux filles et aux jeunes femmes un espace rassurant qui leur apporte également éducation et soutien. "Nous utilisons le football pour faire passer notre message et nos informations en matière de procréation et de droits de la femme", explique Dorcas Amakobe.

Moving the Goalposts, Kenya
© Others

La Fondation FIFA apporte son soutien en formant des entraîneurs et des arbitres, en organisant des stages de football et en contribuant à la rémunération du personnel. Cette entité indépendante a été fondée en mars 2018 dans le but de contribuer à la promotion d’un changement social positif à travers le monde. Ses objectifs sont supervisés par le conseil d’administration de la Fondation FIFA, présidé par le Président de la FIFA, Gianni Infantino. Le directeur général de la Fondation FIFA est Youri Djorkaeff, qui est régulièrement soutenu dans sa mission par les Légendes de la FIFA. Chaque année, des demandes de financement peuvent être formulées par des organisations à but non lucratif bien établies qui se servent du football pour traiter une multitude de problèmes sociaux.

Avant la fondation de MTG il y a près de 20 ans, le football féminin n’avait aucune visibilité dans la région, ce qui en a fait un vecteur idéal pour pousser le changement. "Nous avions besoin de faire quelque chose qui n’était pas considéré comme traditionnel pour les femmes, quelque chose qui bouscule les mentalités au sein des communautés", développe-t-elle. "Le football n’était pas considéré comme un sport pour les femmes. C’était le sport le plus populaire et pourtant, il était interdit aux femmes. Nous avons donc pensé qu’il serait pertinent de montrer que les femmes sont capables de faire les mêmes choses que les hommes."

Moving the Goalposts, Kenya
© Others

Cette action a également donné l’occasion aux femmes et aux jeunes filles de se retrouver dans un espace public ouvert, ce qui les a aidées à développer des compétences psychosociales comme le fair-play ainsi que la gestion de la victoire et de la défaite. "Cette activité leur apprend à endosser le rôle de leader et à se retrouver au centre de la communauté. Sur le terrain, il faut communiquer, il faut passer la balle, il faut impliquer ses coéquipières. Toutes ces notions jouent également un rôle important dans la vie", justifie Madame Amakobe.

MTG compte actuellement 9 000 membres et, jusqu’à la pandémie de COVID-19, elle organisait trois championnats dans trois catégories d’âges. L’organisation a aidé 30 écoles à introduire le football féminin et elle aligne une équipe dans le championnat du Kenya féminin.

Moving the Goalposts, Kenya
© Others

L’un des gros problèmes de la région est le nombre de jeunes filles qui quittent le circuit scolaire. MTG fournit des bourses aux filles et jeunes femmes vulnérables afin de les aider à financer leurs études. Certaines jeunes femmes ont également pu réintégrer MTG dans le rôle d’entraîneures.

Ce projet s’est heurté à une certaine résistance, souvent de la part des familles elles-mêmes. "Il y avait cette idée selon laquelle le football rendrait les filles trop masculines. Les familles attendent d’une fille qu’elle reste à la maison pour aider, qu’elle se marie et qu’elle fasse des enfants. Ce sont des normes très claires que la communauté a définies pour les femmes", explique Madame Amakobe.

"Une partie du défi consistait à battre en brèche les fausses idées, comme celle voulant qu’à cause du football, les femmes deviendraient trop musclées ou que leurs seins ne seraient pas aussi ronds qu’ils le devraient."

Moving the Goalposts, Kenya

Mais peu à peu, la situation est en train de s’améliorer. "Nous avons réussi à modifier les perceptions de la communauté. Par exemple, certains matches de garçons sont arbitrés par des filles."

À l’instar du football dans le monde entier, MTG a été affecté par la pandémie de COVID-19. Le football de base a été mis à l’arrêt au Kenya, mais MTG a continué de remplir son rôle en proposant des séances de fitness et en veillant à ce que ses membres soient bien informées.

"Nous avons fourni des masques aux enfants et nous avons ajouté une séance consacrée au COVID dans notre programme santé", précise Amakobe. "Beaucoup de fausses informations circulaient."

Cet article fait partie de notre série sur le football féminin et les femmes dans le football, pour célébrer la Journée Internationale des Femmes 2021. Pour en savoir plus sur la stratégie et les programmes de développement du football féminin de la FIFA et pour lire d'autres articles comme celui-ci, cliquez ici.

Explorer le sujet