Président de la FIFA

Le Président de la FIFA insiste sur la nécessité de coopérer dans le débat sur le calendrier international

Le Président de la FIFA Gianni Infantino a rappelé que la coopération de tous les acteurs du football était indispensable aux débats sur le calendrier international des matches. Dans son allocution au 44ème Congrès ordinaire de l’UEFA à Amsterdam, il a appelé les différentes parties à "s’attaquer à des questions laissées de côté jusqu’à présent".

En référence à la récente réunion de l’IFAB à Belfast (article en anglais), le Président Infantino a déclaré : "Le vice-président de la FIFA et le président de la FA anglaise [Greg Clarke]... ont salué l’esprit de coopération qui animait l’ensemble des intervenants ; c’est dans cet esprit qu’ils ont mentionné les discussions en cours sur le calendrier international des matches. Je pense que ce sujet va beaucoup nous occuper à l’avenir. Le calendrier international des matches doit être amélioré. Un débat est nécessaire. Il faut que tous les acteurs du football prennent part à la discussion."

"Nous devons nous poser des questions, dont certaines que nous avons parfois préféré éviter par le passé. Combien de matches peut-on jouer dans une année ? Combien de compétitions organisons-nous ? Combien de compétitions devrions-nous organiser ? Quelles compétitions sont nécessaires à l’avenir ? Joue-t-on trop ou pas assez dans certaines régions du monde ? Nous devons accepter que le calendrier international des matches est un calendrier global qui, à ce titre, doit tenir compte d’éléments comme le climat ou la géographie."

Le Président de la FIFA a également demandé à ce que l’intérêt des supporters soit pris en considération. "Il ne faut surtout pas les oublier", a insisté Gianni Infantino. "Les supporters sont le cœur du football... Il faut travailler avec eux et leur donner ce qu’ils attendent, peut-être même davantage, dans la mesure du possible."

Le Président de la FIFA, qui a récemment dévoilé sa vision, intitulée "Pour un football vraiment mondial 2020-2023", a salué l’exemple donné par l’instance dirigeante du football européen et quelques "visionnaires" comme l’ancien président de la KNVB Michael van Praag et le regretté président de l’UEFA Lennart Johansson. Il a également fait part de son souhait de faire passer leur message au reste du monde.

"Le football européen et l’UEFA sont le produit de nombreuses contributions", a rappelé le Président de la FIFA. "Puisque nous sommes ici, à Amsterdam, j’aimerais évoquer celle de Michael van Praag. Michael, je me souviens de nos discussions sur de nombreux sujets, à commencer par les arbitres assistants vidéo (VAR). Michael me disait sans cesse que ce système pouvait marcher, alors que j’étais sceptique. C’était lui qui avait raison : ça fonctionne ! D’ici quelques mois, 66 pays en tout utiliseront ce système."

"À ce stade du congrès, j'aimerais parler de notre président, Lennart Johansson. Pour la première fois depuis des dizaines d’années, il ne sera pas des nôtres. C’est le premier président que j’ai connu à l’UEFA. Lennart Johansson était un visionnaire. Sous son impulsion, le football européen a fait d’énormes progrès... notamment le football féminin... Après l’extraordinaire succès de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ en France l’année dernière, il nous faut poursuivre le développement de la discipline, partout dans le monde. Il ne s’agit pas uniquement de soutenir ou d’encourager le football féminin pour lui permettre de franchir un palier... Il y a beaucoup à faire, mais, tous ensemble, nous avons déjà réalisé énormément de choses."

Le Président de la FIFA a également fait allusion aux dernières évolutions des Lois du Jeu, notamment en ce qui concerne les commotions cérébrales, le hors-jeu et les VAR. En guise de conclusion, il a fait savoir que la FIFA continuerait d’apporter "de nouvelles idées" pour lutter contre le racisme et la discrimination, domaine dans lequel la "tolérance zéro" reste plus que jamais de mise.

Articles recommandés