Médical

McNally, à la santé des Red Devils

Manchester United Head of Sports Medicine and Science Steve McNally 
© imago images
  • Le docteur McNally est le médecin de Manchester United depuis 16 ans
  • Il évoque une journée de travail ordinaire...
  • ... et les conséquences de l’épidémie de Covid-19

Le docteur Steve McNally est responsable de la médecine du sport et de la recherche à Manchester United. En poste depuis 16 ans, il s’est entretenu avec Andrew Massey, Directeur du Département médical de la FIFA, dans le premier épisode de notre nouvelle série Podcast, pour évoquer en sa compagnie une journée de travail ordinaire chez un pensionnaire de l’élite anglaise, ses relations avec les entraîneurs et le rôle de la médecine du sport durant la pandémie de Covid-19.

Docteur, à quoi ressemble une journée de travail ordinaire ?

Les choses ont changé au fil du temps. J’arrive vers 8 heures du matin, mais je reçois généralement un ou deux appels téléphoniques sur le chemin du travail. Je passe ensuite une demi-heure tout seul, afin de préparer une courte réunion avec mes collègues. Nous passons brièvement en revue le cas de chaque joueur, puis nous discutons du contenu des séances d’entraînement du jour. Nous nous penchons ensuite plus longuement sur l’état de santé de chaque joueur et nous présentons nos conclusions aux entraîneurs. Il arrive que nos remarques les amènent à changer leurs plans, ce qui peut être frustrant pour eux.

Que se passe-t-il ensuite ?

À partir de là, nous avons un peu moins de deux heures pour préparer les joueurs. Il arrive que certains viennent un peu plus tôt, car ils ont simplement envie de parler. Depuis sept ou huit ans, je ne pense pas avoir manqué un seul entraînement. D’une part, ça me permet d’intervenir en cas d’urgence et, d’autre part, ça me donne l'occasion de voir comment les joueurs se comportent. Je suis ainsi aux premières loges, au cas où il se passerait quelque chose. Après la séance, nous dressons le bilan de l’entraînement. Nous établissons nos diagnostics et nous faisons part de nos remarques aux entraîneurs. Par ailleurs, les tâches administratives sont de plus en plus nombreuses. Nous avons des réunions, des commissions, des budgets à gérer et de nombreux appels téléphoniques à passer.

Au cours de votre carrière, vous avez connus différents managers. Avez-vous dû vous adapter ?

Oui, nous faisons un travail de soutien. Ce n'est pas à nous de diriger l’équipe ou le club, nous avons donc l’obligation de nous adapter. Il faut traiter chaque patient individuellement. C’est, à chaque fois, l’occasion d’apprendre une nouvelle façon de faire les choses.

Dans quelle situation se trouve Manchester United, par rapport à l’épidémie de Covid-19 ?

Une entreprise aussi connue que la nôtre a naturellement un rôle important à jouer dans la société. Nous nous devons de donner le meilleur exemple possible, notamment en respectant les consignes données par le gouvernement. Il faut également prendre en compte le contexte plus général de la communauté du football européen et mondial. Nous avons dû faire preuve d'une grande créativité pour faire en sorte que nos joueurs restent performants, indépendamment du moment où les compétitions reprendront.

Quelles seront les conséquences de ce hiatus sur le football ?

En ce moment, nous réfléchissons surtout à des façons de mieux travailler à l’avenir. Cette crise nous a rendus plus efficaces, plus réactifs et plus dynamiques. Les défis à relever sont nombreux. Il faut trouver le moyen de proposer des entraînements dans un cadre sûr, afin de permettre aux joueurs de retrouver le très haut niveau. Nous devons aussi préparer la saison prochaine, après la plus longue pause que nous ayons jamais connue.

Quel est le plus grand moment de votre carrière ?

Sur le plan sportif, j’ai toujours dit que notre victoire en Coupe du Monde des Clubs 2008 représentait un sommet. Tout le monde rêve posséder une médaille sur laquelle on peut lire "champion du monde". De plus, pour disputer cette compétition, il faut commencer par remporter la Ligue des champions. Parallèlement, il y a aussi des traitements médicaux, qui doivent évidemment rester confidentiels, dont les résultats m’ont apporté une grande satisfaction, indépendamment du fait qu'ils aient été administrés à des stars ou à des joueurs plus modestes.

Explorer le sujet

Articles recommandés