La FIFA

L’Afrique se penche sur la sécurité de ses stades

FIFA/CAF Security Seminar in Cairo, Egypt May 12-14 2015
© Others

Satisfaits d’avoir eu l’opportunité d’aborder la problématique de la sécurité des stades, les participants au séminaire régional de la FIFA/CAF pour les agents de sécurité nationaux en ont dressé un bilan positif.

Organisé au Caire, en Égypte, du 12 au 14 mai, l'événement était destiné à renforcer la sécurité et la gestion des risques pendant les matches et les compétitions, mais aussi à informer les différents acteurs sur la notion d’intégrité sportive. L’objectif général était de venir en aide aux agents de sécurité et de leur donner les moyens de faire face aux différents problèmes rencontrés dans leurs pays respectifs. Avant la CAF, la CONCACAF, la CONMEBOL et l’AFC avaient déjà bénéficié du même séminaire.

Les règles de sûreté et de sécurité des stades de la FIFA étaient notamment à l’ordre du jour, en marge des échanges sur la gestion des risques, l’intendance, la capacité maximale des stades, les centres d’opération, le contrôle et la gestion des foules, les mesures de prévention en matière d’incendie et de terrorisme et l’initiative d’intégrité de la FIFA. Les agents de sécurité de 52 associations membres ont participé à ce séminaire, sur trois jours.

Responsable de la Sécurité de la FIFA, Serge Dumortier a rappelé que le domaine de la sûreté et de la sécurité était essentiel. Ce constat a motivé la FIFA à créer en 2011 son département sûreté et intégrité. "J’ai été impressionné par le nombre de participants et leur implication", se félicite Dumortier. "La sûreté et la sécurité des stades étaient au cœur des discussions. C’est un problème dans plusieurs pays à travers le monde, dont certains en Afrique. Il est important pour toutes les associations membres de mettre en place leurs propres règlements, afin de faire face aux problèmes de sécurité dans les stades."

"Nous ne pouvons pas uniquement nous reposer sur les gouvernements", poursuit-il. "En tant qu’organisatrices, les associations membres ont également leur part de responsabilité pour assurer la gestion adéquate des questions de sûreté et de sécurité pendant les matches et s’impliquer dans la lutte mondiale contre les manquements à l’intégrité sportive. Plusieurs participants ayant émis ce souhait, nous encourageons fortement la CAF à soutenir davantage ses associations membres dans ce domaine, en mettant à disposition une équipe spécialisée dans les problématiques de sécurité et d’intégrité."

Au travail
Le représentant du Ghana, Nathan Kofi Boakye, qui était en charge de la sécurité de sa première participation à la Coupe du Monde de la FIFA™, en 2006, a tiré de nombreux enseignements du séminaire. "C’était instructif, notamment sur l’initiative d’intégrité de la FIFA", témoigne-t-il. "Nous avons du travail pour s’assurer que le football reste un sport juste et équitable. Nous devons aider la discipline à s’émanciper de toute activité criminelle. J’espère que les participants, une fois rentrés chez eux, mettront en place ces mesures de sécurité, qui sont au cœur du football, afin que la violence ne puisse pas entacher la beauté de ce sport."

"Environ 96 % des fédérations africaines étaient présentes, c’est bon signe", apprécie le Marocain Essadik Alaoui. "La plupart des participants occupaient des postes de responsabilité, avec beaucoup d’expérience, ce qui montre à quel point ces séminaires sont importants. Nous avons beaucoup travaillé lors de ces trois jours, qui nous ont permis d’échanger nos idées avec les autres participants."

Le Rwandais Félicien Bandora était également conquis. "Le programme était intéressant dans l’ensemble, nous avons pu voir ce qui se fait dans nos pays respectifs" explique-t-il. "Il faudra désormais s’attacher à mettre en place et à superviser les différents points abordés." "J’ai beaucoup appris, c’était très instructif", ajoute le représentant zambien Bennie Gerald Silwamba. "J’ai hâte de retourner dans mon pays et de partager ce que j’ai appris avec mes collègues pour assurer la sécurité des matches."

La Consultante sécurité de la FIFA, Deborah Doe, et l’Agent de sécurité de la FIFA, Patrick Beckles, sont également intervenus au cours du séminaire.

Explorer le sujet

Articles recommandés