Le football contre le Covid-19

The One Goal, un seul but : battre le COVID-19

  • De grandes joueuses soutiennent la campagne contre le COVID-19 de The One Goal
  • L'association est dirigée par Hedvig Lindahl et Daniela Porcelli
  • Il est possible de gagner des maillots et chaussures de joueuses au profit du Fonds de l'OMS

Grâce à #TOGetherAgainstCorona (Ensemble contre le Corona), l'association à but non lucratif, dirigée par Daniela Porcelli et la gardienne suédoise Hedvig Lindahl, qui a participé à cinq Coupes du Monde Féminine de la FIFA, est partie à la recherche de joueuses disposées à donner leurs maillots et leurs chaussures de foot.

Certaines stars du ballon rond ont répondu présent, et Lucy Bronze sera la première à ouvrir le bal. En achetant un billet à partir de 5 £, n'importe quel supporter a la possibilité d'acquérir un des articles donnés. Tous les profits sont destinés à de belles causes.

"Quatre-vingt pour cent de l'argent récolté sera remis au Fonds de riposte au COVID-19 de l'Organisation mondiale de la Santé", explique Porcelli, photographe spécialisée du football féminin. "Pour les 20 % restants, c'est la joueuse qui a fait le don qui décide. Tous les deux jours, un nouveau maillot apparaît en ligne et toutes les personnes qui achètent un billet d'entrée ont la possibilité de gagner quelque chose de vraiment unique. Je pense que beaucoup de personnes souhaitent faire un don à cette cause de toute façon, mais grâce à cette initiative, il y a l'excitation de pouvoir gagner quelque chose de spécial."

Un moyen simple de prêter main forte

Quand la pandémie a commencé à prendre des proportions importantes, Lindhal et Porcelli se sont demandé de quelle manire lles pouvaient aider. "Nous avons remarqué que l'OMS réalisait un travail incroyable dans le monde entier et que, grâce à ce fonds, elle agit là où il est le plus urgent de le faire", précise la photographe.

L'étape suivante a consisté à convaincre les vedettes du football féminin de soutenir cette campagne. "Je sais, car je l'ai vécu, que les joueuses sont sans arrêt sollicitées pour donner leurs maillots", explique Lindahl à FIFA.com. "Donc on se pose toujours la question de savoir si c'est une cause qu'on veut soutenir. Heureusement, les joueuses ont réagi de façon très positive à cette campagne. On se sent toutes concernées par la lutte contre le COVID-19 et, d'une certaine manière, c'est un moyen simple que nous, les footballeuses, avons pour prêter main forte."

Hedvig Lindahl of Sweden saves a penalty from Janine Beckie of Canada
© Getty Images

Du rêve à la réalité

"À l'origine, on a commencé par quelques joueuses seulement, mais rapidement, de plus en plus de joueuses nous ont rejoints. Aujourd'hui, il y en a une vingtaine et tous les jours, une nouvelle personne me contacte. C'est comme un rêve devenu réalité."

Ce rêve, Daniella en parle sur le site Internet de The One Goal, en se rappelant une conversation qu'elle a eue avec sa maman quand elle était petite. "J'ai demandé à ma mère : 'Imagine que toutes les personnes qui ont de l'argent me donnent un dollar, j'aurais des millions de dollars et je pourrais les donner aux personnes qui en ont besoin, non ?' Malheureusement, ce n'est pas aussi facile que ça en a l'air. Mais je peux essayer.'"

TOGetherAgainstCorona est le dernier projet entrepris par The One Goal, une association lancée en 2018 dont le but est de réaliser des enchères de football afin de faire profiter de petits projets qui en valent la peine. À l'origine de cette idée, Porcelli a ensuite fait équipe avec Lindahl. "Je n'avais jamais rencontré Hedvig avant", se souvient la Suissesse. "Je savais qui elle était puisque je suis une grande fan de football féminin et je la connaissais à travers mon travail de photographe. Mais quand j'ai eu l'idée de récupérer des chaussures et des maillots de joueuses et de les mettre aux enchères pour financer différents projets sportifs, un ami m'a dit de contacter Hedvig. Je lui ai parlé après un match, on a gardé le contact par e-mail et quelques mois plus tard, The One Goal voyait le jour."

Un grand réseau solidaire

"Nous avons affiché de grandes ambitions depuis le départ", poursuit Lindahl. "Il restait à savoir si elles étaient réalistes, surtout au vu de nos autres engagements. Mais, même si le rythme de progression est lent, nous avons toujours eu l'ambition de faire grandir l'association. Nous voulons être un acteur important du football féminin."

"On a l'impression d'être une vraie famille", se réjouit Porcelli. "Certaines personnes impliquées dans cette campagne ne se connaissent pas, mais on a l'impression de faire partie d'un grand réseau solidaire. Plus il y a de joueuses qui s'impliquent, plus les autres vont commencer à se dire 'Ah, mais c'est cool, j'aimerais en être'. J'espère vraiment que ce n'est que le début", conclut-elle.

Explorer le sujet