La FIFA

Une task force pour le développement du football haïtien

FIFA President Joseph S. Blatter  speaking with people outside the Silvio Cator stadium
© FIFA.com

En visite à Haïti pour la première fois depuis le terrible tremblement de terre qui a frappé l'île il y a trois ans, le Président de la FIFA Joseph S. Blatter a promis de renforcer les infrastructures footballistiques du pays par la mise en place d'une nouvelle task force spéciale.

Au terme de discussions intensives sur le développement de la nation caribéenne avec le Président Michel Martelly, les deux hommes ont convenu qu'un groupe unifié comprenant des membres de la FIFA, de la CONCACAF, de la Fédération haïtienne de football et du gouvernement national serait le mieux à même de fournir l'impulsion dont le football a besoin en Haïti.

Dans un discours prononcé au stade Sylvio Cator, financé par un fonds de développement spécial de la FIFA, le Président Blatter a exposé les grandes lignes de son plan pour aider le football en Haïti. "Nous sommes venus ici afin de soutenir Haïti dans ses efforts pour reconstruire le football dans le pays après le tremblement de terre de 2010", a-t-il expliqué. "Il y a tellement de talent dans ce pays. Nous devons faire plus pour que ce talent puisse s'exprimer. La volonté du Président haïtien est là, et nous avons décidé ensemble de créer un groupe de travail avec la FIFA, la CONCACAF, la Fédération haïtienne de football et le gouvernement, qui avant la fin de l'année devrait établir un plan pour relancer le football haïtien."

Cette annonce a comblé le Président de la CONCACAF Jeffrey Webb, qui était présent et n'a pas manqué de voir le potentiel réel du projet. "Aujourd'hui marque un tournant pour la CONCACAF et pour Haïti", estime-t-il. "Quand nous unissons nos forces avec le football et les gouvernements, nous pouvons obtenir plus d'investissement pour notre sport."

Sur et en dehors du terrain
Suite aux investissements reçus par Haïti depuis le désastre, le Président Martelly a exprimé sa passion pour la reconstruction de la capacité du pays à jouer au football. Il a également insisté sur la façon dont le sport pouvait aider le pays en dehors du terrain. "En Haïti, nous adorons le football. Je suis un grand fan et un ancien joueur, et nous devons faire un effort dans notre pays pour que le football haïtien revienne au premier plan dans notre région", espère-t-il. "Le gouvernement soutient le football et nous allons nous focaliser sur les infrastructures. Nous avons déjà bâti plus de 40 stades au cours de ces deux dernières années. Nous devons donner à notre jeunesse cette opportunité, car le football a tellement d'aspects positifs, pas seulement en tant que sport, mais également en termes d'éducation et de santé."

Ces propos ont été corroborés par ceux du Président Blatter. "Les programmes d'éducation et de développement sont à la base du football. Nous devons faire entrer le football dans les écoles, et pour cela nous avons besoin du soutien des gouvernements. Nous devons former les éducateurs", a-t-il ajouté. "Au niveau de la FIFA, nous allons continuer à soutenir Haïti comme nous l'avons fait avec les 4 millions de dollars US affectés à un fonds de développement suite au tremblement de terre de 2010."

Ce total est venu s'ajouter aux 3 millions de dollars US réunis après le tremblement de terre sous la forme de fonds pour l'aide d'urgence ou de recettes de matches amicaux joués par les 32 équipes ayant participé à la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™. Ces fonds ont servi au développement des infrastructures, comme le stade Sylvio Cator, et à la remise sur pied des compétitions dans le pays ainsi qu'à la création d'une équipe féminine U-17.

À cela, il faut ajouter le nouveau siège de la Fédération haïtienne de football, dont la construction a été financée par ce fonds et qui a été inauguré durant la visite du Président Blatter, devant une démonstration éblouissante de culture locale devant la foule réunie.

Reconstruction et optimismeDans cette dernière se trouvait Yves Jean-Bart, Président de la Fédération haïtienne de football (FHF), qui à l'invitation du Président Blatter au Siège de la FIFA avait fourni un témoignage de première main et terrifiant concernant le désastre. Haïti a en effet perdu plusieurs membres de la communauté du football dans la tragédie. Quand les deux hommes s'étaient rencontrés il y a trois ans, Jean-Bart lui-même portait encore des bandages.

Les Nations unies estiment qu'environ 220 000 citoyens ont péri lors du tremblement de terre et qu'un million et demi de personnes supplémentaires ont perdu leur logement. La FHF a elle-même retiré 32 corps des débris de son ancien siège. Jean-Bart s'est voulu positif durant la visite ce 16 avril. "Après le tremblement de terre, le football a été le premier à reprendre ses activités à Haïti. Cela n'a été possible que grâce au soutien de la FIFA. Peu à peu, nous reconstruisons les équipements et les activités footballistiques", a-t-il précisé.

L'optimisme est de mise sur le terrain également. Les sélections haïtiennes U-17 et U-20 ont toutes les deux participé à leurs tournois de la CONCACAF respectifs cette année. L'ouverture d'un nouveau centre est une nouvelle étape positive qui reflète l'amélioration des résultats de l'équipe nationale. Éliminée de la course à la qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, la sélection haïtienne n'en a pas moins atteint le plus haut niveau de son histoire au Classement mondial FIFA/Coca-Cola en janvier dernier, en se hissant à la 38ème place. Haïti a ainsi fait un bond impressionnant de 18 places entre novembre et décembre l'année dernière.

Explorer le sujet

Articles recommandés