Football Féminin

50 ans de football féminin en Allemagne

TuS Wörrstadt - Erster Deutscher Frauenfussball Meister 1974
  • Le 31 octobre 1970, le football féminin intègre les statuts de la fédération allemande
  • La première rencontre officielle de l’Allemagne a lieu le 26 novembre 1982
  • Titres majeurs : 2 Coupe du Mondes Féminine, 8 UEFA EUROS, 1 médaille d’or olympique

Imaginez un peu que la finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™ entre les États-Unis et les Pays-Bas ait été commentée de la façon suivante : "Mettre des buts, et non le couvert, marquer l'adversaire à la culotte, sans laver cette dernière, voilà une bonne chose. En oubliant tous les petits soucis relatifs au ménage, au mari et aux enfants !" Le tollé eût été énorme, la tempête médiatique, inévitable.

Si la chose est inconcevable en 2020, c’est pourtant ce que les joueuses de l’équipe féminine officieuse d’Allemagne ont pu entendre en regardant l’émission "Das aktuelle Sportstudio", diffusée le 2 mars 1970. Une époque où le football féminin était une plaisanterie aux yeux de ces messieurs. Les femmes avaient le droit de tout faire, certes, mais pas de jouer au football ! La chose leur en était même interdite depuis 1955, une décision adoptée à l’unanimité par la fédération allemande de football (DFB).

Ce n’est que 15 ans plus tard, le 31 octobre 1970, que le football féminin fut inscrit officiellement dans les statuts de la DFB. Cette date demeure un jalon dans l’histoire du football féminin allemand, comme le rappelle Hannelore Ratzeburg, vice-présidente de la DFB, en charge de la parité et du football féminin.

"Je suis une enfant des années 1950, une époque où les femmes avaient relativement peu d'opportunités. Dans notre famille, le football n’avait aucune importance à cette époque. Puis, en 1970, la DFB a levé l’interdiction qui frappait le football féminin. À l’époque, j’avais un ami qui jouait en club et on en a discuté à une fête à Noël. J’étais curieuse et aussi un peu portée par mai 68, le mouvement étudiant, l’esprit de rébellion. Je lui ai dit que j’aimerais bien essayer moi aussi", confie Hannelore sur le site Internet de la fédération allemande.

"Ensuite, j’ai impliqué d’autres filles. Je me rappelle que la plupart sont arrivées à l’entraînement en ballerines. Je voulais juste qu’on soit entre nous dans le gymnase, pour que personne ne puisse nous voir au départ. On ne savait pas trop comment on allait s’en sortir. Mes parents ont levé les yeux au ciel. Mais je n’ai pas lâché l’affaire."

"Beaucoup d’hommes étaient venus uniquement pour assister à l’échange de maillots à la fin du match. C’était n’importe quoi !"

Silvia Neid

1970-2020

Au cours des cinq décennies écoulées, l’Allemagne est devenue l’une des nations les plus fortes du football féminin, remportant quantité de titres au niveau international, que ce soit en club ou en sélection. Cinq décennies, où de nombreuses figures ont su montrer le chemin à suivre et définir le profil du football féminin. Des personnalités comme Hannelore Ratzeburg, Gero Bisanz (premier entraîneur de la sélection féminine), Tina Theune, Renate Lingor (membre du "Hall of Fame" du football féminin depuis 2019), Bärbel Wohlleben (première femme à avoir été récompensée pour le "but du mois", en 1974), pour n’en citer que quelques-unes.

Et évidemment, il y a Silvia Neid qui, en tant que joueuse, adjointe ou sélectionneuse, a participé à la conquête des huit titres européens et des deux couronnes mondiales de la sélection allemande, mais aussi de la première médaille d’or lors du Tournoi Olympique de Football Féminin.

"Pour moi, le premier match international, en 1982, a bien sûr été un moment important", confie Neid à dfb.de. "Gero Bisanz avait fait un excellent travail à l’époque. D’abord, il fallait qu’il se débrouille pour trouver des joueuses, car il n’y avait pas de championnat féminin en Allemagne. Il y avait deux pôles d’entraînement, un dans le Nord, un dans le Sud, pour 30 joueuses au total. Au final, 16 d’entre elles ont été conservées et appelées pour le premier match de la sélection. Il y avait 5 000 spectateurs à Coblence, mais on s’est vite rendu compte que certains d’entre eux étaient juste venus pour se moquer de nous. Cela nous a énervées. Mais bien évidemment, cette première rencontre a eu une grande importance pour nous. N’oublions pas la finale de la Coupe d’Allemagne féminine, disputée à Berlin avant la finale des hommes. J’ai même été récompensée pour le "but du mois" à cette occasion en 1988."

Poursuivre la mission

Si le football féminin occupe une place aussi énorme en Allemagne aujourd’hui, c’est aussi grâce à Silvia Neid et à ses succès avec l’équipe nationale. "La victoire était et est toujours la clé absolue. Sans victoire, nous n’aurions jamais attiré l’attention des médias et sans l’attention des médias, nous n’aurions pas connu la ruée vers les clubs. De même, pour l’équipe nationale, le succès a eu une importance énorme. À partir de là, on a pu déclarer qu’on avait besoin d’un entraîneur-adjoint ou d’un kiné. Et les conditions n’ont plus cessé de s’améliorer", souligne-t-elle.

Désormais c’est à la nouvelle génération qu’il revient de poursuivre la mission, de former et d’inspirer de nouvelles joueuses, afin que le souhait de Silvia pour l’avenir devienne réalité. "La lutte incessante pour la reconnaissance devra bien s’achever un jour ou l'autre. Nous jouons au plus haut niveau mondial et nous n’avons plus besoin de nous cacher. Dans le football allemand, certaines femmes possèdent une grande expertise et devraient être davantage impliquées. Qui sait, peut-être que dans quelque temps, une femme sera à la tête de la DFB."

Moments clés

  • 31 octobre 1970 : Le football féminin est officiellement inscrit dans les statuts de la DFB
  • 8 septembre 1974 : Le TuS Wörrstadt remporte le premier championnat
  • 2 mai 1981 : Le Bergisch Gladbach conquiert la première Coupe d’Allemagne
  • 26 novembre 1982 : La sélection féminine, désormais officielle, dispute son premier match, à Coblence. Elle bat la Suisse 5-1 et Silvia Neid signe un doublé.
  • 2 juillet 1989 : L’Allemagne gagne son premier UEFA EURO Féminin, s’imposant 4-1 devant la Norvège
  • 23 mai 2002 : Le 1. FFC Francfort décroche la première Coupe féminine de l’UEFA (ensuite renommée Ligue des champions féminine de l’UEFA)
  • 12 octobre 2003 : L’Allemagne devient championne du monde
  • 30 septembre 2007 : La sélection allemande défend avec succès son titre mondial
  • 19 août 2016 : Les Allemandes ajoutent l’or olympique à leur collection de trophées
  • 2020 : Plus de 1,1 million de femmes et de filles sont licenciées en Allemagne. Près de 10 000 équipes sont engagées dans les divers championnats du pays

"Je trouve que ce n’est pas juste de comparer le football féminin et le football masculin, ni pour l’un ni pour l’autre. C’est quelque chose que je refuse de faire. Le football féminin est un sport merveilleux qui se définit par lui-même. Il est devenu beaucoup plus rapide, plus dynamique, plus athlétique, plus engagé. Le football féminin n’a rien à envier au football masculin."

Bibiana Steinhaus, dans le documentaire d’ARD, "Le plus grand adversaire, c’est le cliché"

Explorer le sujet

Articles recommandés