Journée internationale des droits des femmes

Bai de la reconstruction à la formation 

Bai Lili(Middle) in 2017 AFC U-16 Women's Championship
© AFC
  • Bai Lili dirige le département du football féminin de l'AFC
  • L'ancienne internationale chinoise a vu sa carrière écourtée par une blessure
  • Depuis, elle œuvre au développement du football féminin

Bai Lili, ancienne internationale de la RP Chine, a su se forger un nouveau destin après l'arrêt brutal de sa carrière dû à une rupture des ligaments. Sa blessure est survenue pendant la Coupe d'Asie Féminine de l'AFC 2006 remportée par les siennes. Pièce incontournable du onze titulaire de la sélectionneuse Ma Liangxing, Bai a brillé jusqu'aux demi-finales, qui ont vu les Roses d’acier disposer de la RDP Corée, tenante du titre, 1-0. Ce match allait être son dernier.

Clouée dans un fauteuil roulant, Bai a regardé des tribunes son équipe battre l'Australie aux tirs au but pour décrocher son huitième titre asiatique. Malgré tout, elle montrait un visage souriant après la victoire, qu'elle a célébrée le trophée en main et entourée de ses coéquipières. "Pour être honnête, je n'avais pas réalisé la gravité de ma blessure, avoue à FIFA.com l'ex-attaquante de 42 ans, aujourd'hui responsable du département du football féminin de la Confédération asiatique de football (AFC). "J'espérais me remettre rapidement. J'étais impatiente, parce que la Chine devait accueillir la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ l'année suivante, en 2007."

Pour Bai, qui avait disputé la Coupe d'Asie Féminine de l'AFC 2002 et le Tournoi Olympique de Football Féminin 2004, cette Coupe du Monde sur le sol national promettait d'être l'apogée de sa carrière. Malheureusement, après quatre opérations en deux ans, il lui a fallu abandonner tout espoir d'un retour sur le terrain. "J'ai tout fait pour retrouver ma condition physique, avant de finalement admettre que je ne reviendrais jamais", poursuit-elle. "J'étais au sommet de ma forme avant ma blessure, mais j'ai dû arrêter. C'était cruel".

Bai Lili (Middle) celebrates on a wheelchair with teammates after winning the 2016 AFC Women's Asian Cup
© AFC

Un nouveau chapitre

Incapable de renoncer totalement au ballon rond, Bai a décidé de contribuer au développement du beau jeu. Elle a fondé une entreprise afin d'entraîner les enfants, de prendre part aux programmes de football universitaires et de travailler en tant qu'assistante aux projets locaux lancés par la FIFA et l'AFC en Chine. "Il ne sert à rien de ressasser le passé", commente-t-elle. "Il faut faire du concret et mettre ses idées en pratique pour se créer des opportunités et réaliser ses ambitions."

Pour se préparer à ses nouvelles activités, Bai a suivi les cours pour entraîneurs de l'AFC et a obtenu la licence pro en 2016. Ses efforts et sa progression l'ont aidée à rejoindre le staff technique des U-17 chinoises qualifiées pour la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Costa Rica 2014™. Un an plus tard, elle a été nommée responsable du football féminin de l'AFC. "Avec le recul, je pense avoir perfectionné mes nouvelles capacités pendant les années passées à former les jeunes. J'ai engrangé une expérience précieuse sur le plan de la gestion et du relationnel. L'AFC m'a sans doute longtemps observé avant de me proposer le poste", estime-t-elle.

Bai Lili talks during the FIFA Women's Football Regional Coaching Workshop on September 29, 2016 in Amman, Jordan.
© Getty Images

Une source d'inspiration

Le défi posé par son travail à l'AFC diffère de tous ceux qu'elle a relevés auparavant en tant que joueuse ou entraîneur. Chargée du développement du football féminin sur le plus vaste continent de la planète, Bai est consciente de la lourde responsabilité pesant sur ses épaules. "Il faut s'informer de la situation de chacune des 47 associations membres de l'AFC, aller sur place et rencontrer des gens pour connaître leurs besoins et apporter notre aide. Nous devons communiquer pour proposer des solutions et des projets", précise-t-elle.

Globalement, le football féminin a progressé en Asie, mais le niveau de développement reste inégal. En Asie de l'Est, les équipes sont relativement solides, tandis que dans d'autres régions, elles ont encore une marge de progression. "Notre continent est le plus peuplé du monde et il offre un gros potentiel. Il existe de nombreuses cultures différentes en Asie, ce qui a l'avantage de garantir une grande diversité dans le jeu féminin et de vraies oppositions de styles", décrit celle qui a gagné le respect et l'admiration de tous par son travail.

"Bai est un modèle. J'admire sa résilience, sa générosité et sa détermination à propulser le football féminin asiatique à de nouveaux sommets", explique Sarai Bareman, directrice du football féminin de la FIFA, au micro de FIFA.com. "Elle est l'exemple vivant de la façon dont l'expérience et les connaissances engrangées sur le terrain peuvent contribuer au jeu hors du terrain. J'espère voir d'autres anciennes joueuses comme elle s'impliquer dans l'administration du football féminin, ce qui profitera aux femmes et aux filles du monde entier."

Les jeunes joueuses pourraient difficilement trouver meilleur modèle à suivre. "En tant qu'ancienne joueuse, je prouve par l'exemple que les filles peuvent s'assurer un bel avenir grâce au football. Elles doivent améliorer leurs capacités sur et hors du terrain, et suivre une formation complète", conclut Bai.

Cet article fait partie de notre série consacrée au football féminin et aux femmes dans le football, pour célébrer la Journée Internationale de la Femme 2021. Pour en savoir plus sur la Stratégie et les Programmes de Développement du Football Féminin de la FIFA, cliquez ICI.

Explorer le sujet

Articles recommandés