Journée des Droits des Femmes

Bareman : "Le potentiel du football féminin est sans limite"

Sarai Bareman poses for a portrait
© Getty Images
  • La directrice du football féminin de la FIFA au micro de FIFA.com à l'occasion de la Journée Internationale du droit des femmes
  • Bareman est membre du conseil d'administration de la FIFA
  • Elle parle des nombreuses possibilités qu'offre la Coupe du Monde Féminine 2023

La Néo-Zélandaise Sarai Bareman est la directrice de la division du football féminin de la FIFA. Avant de commencer à occuper ce poste à la FIFA en 2016, Sarai était la seule femme de la Commission des Réformes 2016 de la FIFA où elle n'a eu de cesse d'appeler à de profonds changements dans l'organisation, demandant notamment des actions concrètes en faveur des femmes occupant des postes à responsabilités à la FIFA et en faveur d'un plus grand investissement dans le football féminin.

Sarai est une habituée des associations nationales puisqu'elle a été présidente de la Fédération de football des Samoa et a travaillé à la Confédération océanienne de football. Aujourd'hui, elle dirige la division du football féminin à la FIFA, un organe dont l'objectif est de développer et de professionnaliser davantage encore le football féminin, conformément à la stratégie pour le football féminin de la FIFA et à la vision de la FIFA 2020-2023.

"Je rencontre tous les jours des femmes qui travaillent dans le football et leurs histoires continuent de m'inspirer," raconte Bareman, interrogée par FIFA.com, à l'occasion de la Journée internationale des femmes. "Qu'il s'agisse d'une joueuse, d'une entraîneure, d'une bénévole ou d'une dirigeante, il y a tellement de personnalités et d'histoires inédites dans le football féminin".

Arden en exemple

"Entre les femmes qui poussent le développement du football féminin en Asie, les arbitres femmes qui font tomber les barrières ou encore la naissance d'une nouvelle équipe nationale féminine, je suis heureuse de pouvoir apporter mon soutien à d'autres femmes dans le football et de voir d'autres femmes jouer un rôle important pour l'avenir du football," poursuit-elle. "Bien qu'il reste de nombreuses difficultés à surmonter après la pandémie, je suis convaincue que le football féminin peut devenir un sport véritablement mondial au cours des années à venir. Le potentiel est sans limite, sur le terrain et en dehors."

Bareman a également parlé des femmes qui l'inspirent, ainsi que des qualités et des valeurs qu'elle admire. "De grandes femmes ont été mises en lumière lors de cette pandémie, comme Jacinda Ardern. Elle a su diriger son pays avec un mélange parfait d'authenticité, d'empathie et d'autorité. Ces qualités me parlent et correspondent à mes propres valeurs de leader. La réussite de la Nouvelle-Zélande pendant la pandémie est due à son leadership."

Jacinda Ardern, Prime Minister of New Zealand, speaks at the first post cabinet meeting press conference of the new cabinet in Wellington, New Zealand, on Nov. 6, 2020
© imago images

Football féminin 1 - 0 Covid

Alors que la FIFA avait annoncé, à l'occasion de France 2019, qu'elle allait doubler le budget réservé au football féminin afin d'atteindre 1 milliard $ d'investissement entre 2019 et 2022, la pandémie a confronté le football féminin à de nouveaux problèmes, touchant de nombreuses ligues et associations membres. Afin de permettre au football de surmonter l'impact financier de la pandémie, la FIFA a mis en place son plan d'aide contre le COVID-19 qui comporte une bourse supplémentaire de 500 000 $ pour les 211 associations membres spécifiquement pour le football féminin.

"Je l'ai déjà dit, mais bien que le football féminin ait été confronté à des problèmes importants et continue de l'être encore aujourd'hui en raison de la pandémie, la FIFA a montré un engagement des plus forts à l'égard du football féminin. Je suis optimiste et je sais que le football féminin a la possibilité de connaître une croissance encore plus forte, de devenir plus populaire et de grandir davantage encore," confie Bareman.

"L'année prochaine, l'Inde et le Costa Rica vont accueillir des tournois de jeunes féminins tandis que les qualifications pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2023 vont commencer. Tout cela aura lieu en même temps que nous nous préparons pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022, qui nous permettra d'assurer aussi la promotion du football féminin et d'exploiter l'intérêt pour le football international," ajoute-elle.

Carli Lloyd of the USA lifts the FIFA Women's World Cup Trophy
© Getty Images

Cap sur 2023

Bareman s'est ensuite tournée vers 2023 et a rappelé l'importance et l'impact que la prochaine Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ aura sur le football féminin. Elle espère que la compétition laissera un héritage durable sur le terrain et en dehors : "Nous franchissons un cap très important en passant de 24 à 32 équipes. En plus d'offrir à davantage d'équipes la possibilité d'évoluer au plus haut niveau, le football féminin va pouvoir toucher plus de supporters, plus de femmes et de filles et plus de pays dans le monde. L'impact et l'héritage de ce tournoi ne peuvent être sous-estimés. Cela ne s'arrêtera pas à ce qu'il se passe sur le terrain en Australie et en Nouvelle-Zélande."

De plus, Bareman a souligné à quel point il était important d'insister sur les préparatifs du tournoi afin de stimuler la participation, la commercialisation et l'intérêt envers le football féminin. "L'avant-Coupe du Monde est toujours fascinant, cet enthousiasme et cette joie que cela peut créer au niveau mondial, c'est incroyable. J'encourage tous les acteurs clés du football féminin à en profiter. C'est l'occasion rêvée de faire briller notre sport. Ajoutez à cela deux co-hôtes très expérimentés et impatients, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, et vous verrez tout de suite l'héritage potentiel que le tournoi va pouvoir laisser. L'année 2023 sera l'année où le football féminin se mondialisera pour de bon!"

Dans son message à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Sarai conclut : "Pour moi, c'est la Journée internationale des femmes tous les jours. Nous ne devrions pas attendre ce jour-là pour nous féliciter de nos accomplissements, pour se motiver les unes les autres et pour chercher l'égalité. J'ai tellement de chance de diriger le football féminin où notre travail repose sur ces thèmes. J'encourage toutes les femmes à trouver des raisons de célébrer la réussite tous les jours!"

Cet article fait partie de notre série consacrée au football féminin et aux femmes dans le football, pour célébrer la Journée Internationale du droit des femmes. Pour en savoir plus sur la Stratégie et les Programmes de Développement du Football Féminin de la FIFA, cliquez ici.

Stephanie Catley of Australia and Rebekah Stott of New Zealand pose for photos during the announcement of Australia & New Zealand's Joint Bid to host the FIFA Women's 2023 World Cup
© Getty Images

Explorer le sujet

Articles recommandés

Bai Lili(Middle) in 2017 AFC U-16 Women's Championship

Journée internationale des droits des femmes

Bai de la reconstruction à la formation 

05 mars 2021

FIFA Chief HR & Services Officer Kimberly Morris

Journée internationale des droits des femmes

Morris : "Les femmes doivent être audacieuses et fières"

06 mars 2021