UEFA EURO Féminin 2022

Belgique, France et Islande valident leur billet

Belgium celebrate qualifying for the UEFA Women's EURO 2022
© imago images
  • La France, la Belgique et l’Islande qualifiées pour l’EURO
  • La course aux places de meilleurs deuxièmes reste ouverte
  • L’Ukraine, la Russie et l’Irlande du Nord accèdent aux barrages

Si trois formations supplémentaires ont rejoint l’UEFA EURO féminin 2022, d’autres prétendants à la qualification vont devoir patienter avant de réserver leurs billets. C’est notamment le cas de l’Espagne, dont le match décisif contre la Pologne dans le Groupe D a été reporté. Dans le Groupe E non plus, rien n’est joué : avec 16 unités, la Finlande et le Portugal sont au coude à coude. Les Finlandaises se sont imposées pour la deuxième fois contre l’Écosse (1-0), tandis que les Portugaises ont tour à tour dominé l’Écosse et l’Albanie (1-0). La première place devrait donc se jouer à l’occasion de la confrontation directe entre les deux équipes.

L’Italie, l’Autriche et la Suisse devront, quant à elles, attendre l’année prochaine pour savoir qui fera partie des trois meilleurs deuxièmes, directement qualifiés, et qui devra en passer par les barrages.

La prochaine journée aura lieu en février 2021.

Qualifiées

La France, la Belgique et l’Islande viennent s’ajouter à la liste des pays assurés de participer à la phase finale. La nation hôte de la dernière Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ a fait la différence le 27 novembre dernier, en s’imposant sans trembler face à ses dauphines autrichiennes (3-0). Les Bleues participeront pour la septième fois d’affilée à l’EURO féminin, grâce à un but de Wendie Renard et à un doublé de Marie-Antoinette Katoto. Dans la foulée, les joueuses de Corinne Diacre ont infligé un lourd 12-0 au Kazakhstan.

De leur côté, les Red Flames ont remporté une passionnante course-poursuite avec la Suisse dans le Groupe H. Tout s’est joué lors de l’ultime journée. Dans leur antre du stade Den Dreef, le Belges n’ont fait qu’une bouchée de leurs rivales, sèchement battues 4-0. Tine De Caigny (deux fois), Tessa Wullaert et Janice Cayman ont été les instigatrices de ce succès sans appel.

Les derniers événements ont également permis à l’Islande d’y voir un peu plus clair sur son avenir. Vainqueurs de la Slovaquie (3-1) et de la Hongrie (1-0), les insulaires sont désormais assurées de faire partie des trois meilleurs deuxièmes. Elles fêteront donc en 2022 leur quatrième participation à l’EURO féminin.

Toujours en course

En s’imposant 7-0 face à la Moldavie, la République tchèque s’est emparée de la deuxième place du Groupe D et peut continuer à rêver. Seule une victoire de la Pologne face à l’Espagne pourrait encore priver les Tchèques d’une participation aux barrages. L’Ukraine s’est adjugé une deuxième place synonyme d’accession aux barrages. La défaite (3-1) de la République d’Irlande face à l’Allemagne, associée à leur victoire 2-1 contre le Monténégro, fait les affaires des Ukrainiennes, qui reprendront la lutte pour la qualification en avril 2021. En Irlande du Nord aussi, les joueuses ont le sourire. En s’imposant 5-1 devant les Îles Féroé, les protégées de Kenneth Shiels ont confirmé leur présence en barrages et rêvent toujours d'une première participation historique à l’EURO féminin.

À retenir

100

Face à la Serbie, Carina Wenninger est devenue la troisième Autrichienne à franchir la barre des 100 sélections, après Nina Burger (109) et Sarah Puntigam (104). Ses débuts en équipe d’Autriche remontent au 5 mai 2007. "Ce n’est pas le nombre de sélections en lui-même qui est important, à mes yeux. Ce qui compte, ce sont les moments vécus ensemble. Au final, ce chiffre prouve que j’ai vécu beaucoup de choses avec cette équipe et j’en suis très fière."

Entendu...

"Je suis très fière de mon équipe, qui a réussi à prendre les trois points même si nous n’avons pas livré notre meilleure performance collective. Ce match n’était peut-être pas très beau, mais c’est justement dans ces moments-là qu’il faut répondre présent. Maintenant, la suite ne dépend plus de nous. Nous allons attendre de voir ce qui va se passer dans les autres groupes." - Irene Fuhrmann, sélectionneuse de l’Autriche, après la victoire 1-0 contre la Serbie

"Quand j’ai entendu l’hymne national, j’en ai eu la chair de poule. Mais dès le coup d’envoi, il faut être totalement concentrée sur son sujet. J’ai dû mettre mes sentiments de côté pour ne penser qu’au jeu." - Ann-Katrin Berger, à propos de ses débuts en équipe d’Allemagne, qui a bouclé les qualifications avec 24 points sur 24 possibles, 46 buts pour et un but contre.

Le chiffre

100 – Face à la Serbie, Carina Wenninger est devenue la troisième Autrichienne à franchir la barre des 100 sélections, après Nina Burger (109) et Sarah Puntigam (104). Ses grands débuts en équipe d’Autriche remontent au 5 mai 2007. "Ce n’est pas le nombre de sélections en lui-même qui est important, à mes yeux. Ce qui compte, ce sont les moments vécus ensemble. Au final, ce chiffre prouve que j’ai vécu beaucoup de choses avec cette équipe et j’en suis très fière."

Explorer le sujet

Articles recommandés

Head Coach Anna Signeul, FIN 

Football Féminin - Finlande

Retrouvailles spéciales pour Signeul

29 nov. 2020

Sarah Puntigam, of Austria, controls the ball

Football Féminin - Autriche

Puntigam, l’atout français de l’ambition autrichienne

26 nov. 2020

Patri of Spain Team during qualifying phase of Euro 2022 

UEFA EURO Féminin 2022

De gros enjeux et des billets en jeu

25 nov. 2020

Denmark celebrate qualifying for the UEFA Women's EURO

UEFA EURO Féminin 2022

Premiers qualifiés connus et suspense maintenu

28 oct. 2020