Football Féminin - Israël

Burstein trace le chemin du football israélien

Gabriel Burstein
  • Gabriel Burstein a pris les rênes de la sélection féminine israélienne en juillet
  • Le technicien argentin est tourné vers l'avenir
  • "Mon objectif est de promouvoir le développement du football féminin en Israël"

Contrairement à l'équipe masculine qui a disputé la Coupe du Monde de la FIFA, Mexique 1970™, la sélection féminine d'Israël ne s'est encore jamais qualifiée pour l'épreuve mondiale, ou même pour la phase finale d'un championnat européen. De nombreuses raisons expliquent son absence dans les grands rendez-vous, ne serait-ce que sa disparition des terrains pendant 20 ans après ses débuts internationaux en 1977.

Nommé sélectionneur en juillet dernier, Gabriel Burstein connaît bien la situation. "L'Allemagne, par exemple, compte dans les 3 000 heures d'entraînement de plus que nous", remarque-t-il au micro de FIFA.com. "Je suis arrivé en Israël il y a 25 ans et j'ai commencé à entraîner des formations féminines il y a dix ans. J'aime les aider à améliorer leur jeu. Mon objectif est de promouvoir le développement du football féminin en Israël. Lorsqu'on se voit offrir la chance de diriger la sélection nationale, il faut en tirer le meilleur parti. Je travaille très dur. L'équipe féminine est ma seule préoccupation."

Des bases solides

L'Argentin ne s'attend pas à réaliser des performances du jour au lendemain, mais s'est fixé comme priorité la promotion à long terme du football féminin en Israël. "Les filles doivent avant tout comprendre que le football n'est pas réservé aux garçons", explique Burstein. "Mon objectif est de leur procurer un modèle qu'elles puissent admirer et auquel elles aient envie de ressembler. Pour y parvenir, nous devons obtenir des résultats et mettre des projets en route. Je sais que c'est difficile pour un pays impliqué dans un conflit. Je dois convaincre des filles de 10 ou 11 ans qu'elles peuvent jouer au football et qu'elles ont un avenir dans ce sport. Plus je pourrais en amener au football, plus l'équipe nationale pourra progresser."

Le technicien de 43 ans souligne la nécessité de jeter des bases solides. Pour ce faire, il est crucial que les filles se mettent au football à l'école, un projet qui doit être lancé dans tous les établissements israéliens l'an prochain. "Il faut bien commencer quelque part", commente-t-il.

Réaliste, mais optimiste

Burstein inaugurera son mandat sur le banc israélien le 29 août, dans le cadre des qualifications pour l'UEFA EURO Féminin 2021, face à l'Italie, quart-de-finaliste de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019™. "Pour l'instant, je suis concentré sur mon projet avec la fédération. C'est un programme à long terme. On ne devient pas médecin en deux ans, n'est-ce pas ?" insiste l'entraîneur. "Si nous restons sur notre lancée, nous pourrons atteindre un très bon niveau en moins de dix ans, parce que nous disposons du potentiel nécessaire."

"Nous qualifier pour l'EURO est impossible", admet l'Argentin. "Mais je dois insuffler aux joueuses la conviction qu'elles ont les moyens d'affronter de grandes équipes. L'Italie est actuellement l'une des meilleures sélections européennes et elle a fait une Coupe du Monde convaincante. Elle a connu une transformation et une évolution remarquables avant le tournoi. Aujourd'hui, la Juventus et l'Inter Milan possèdent une équipe féminine."

C'est ce changement de mentalité auquel Burstein aspire en Israël. Les grands clubs n'ont pas encore de formations féminines, ce qui lui apporterait une aide précieuse. Il est tout aussi important que des joueuses israéliennes parviennent à intégrer les grands championnats européens, pour ensuite transmettre leurs connaissances et leur expérience au reste de l'équipe nationale. "Si nous intensifions les entraînements et cernons les réels besoins des joueuses, nous pourrons peut-être réduire l'écart entre nous et les meilleures équipes. Mais il reste encore un long chemin à parcourir", conclut-il.

Adversaires d'Israël dans les qualifications pour l'UEFA EURO Féminin 2021

  • Bosnie-et-Herzégovine (12 novembre 2019 et 5 mars 2020)
  • Italie (29 août 2019 et 10 avril 2020)
  • Danemark (3 septembre 2019 et 4 juin 2020)
  • Géorgie (10 mars 2020 et 14 avril 2020)
  • Malte (7 novembre 2019 et 22 septembre 2020)

Explorer le sujet

Articles recommandés