Football Féminin

Changement de cap dans le Pacifique 

School visit by Fiji at 2019 OFC U-19 Women's Championship
© OFC
  • Le football féminin a connu une croissance spectaculaire ces derniers mois dans la région
  • L'annonce de la Coupe du Monde 2023 a stimulé les efforts
  • "Il reste un potentiel énorme et de nombreuses opportunités à exploiter partout en Océanie"

Vous le savez, l'Australie et la Nouvelle-Zélande vont accueillir la prochaine édition de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™. Si l'annonce de cette nouvelle a créé l'effervescence dans la région, elle a surtout permis au football féminin de prendre un nouvel élan.

En effet, dans l'attente de voir le tournoi planétaire poser ses valises dans le Pacifique pour la toute première fois, le football féminin a trouvé un nouveau souffle avec l'organisation de nombreuses activités de développement ces derniers mois, même si des signes de changement ont pu être observés avant l'annonce du mois de juin : le simple fait, qu'en 2018, les 11 nations de l'OFC aient toutes participé à la Coupe des Nations Féminine de l'OFC pour la première fois de l'histoire !

"L'opportunité de bâtir l'avenir du football féminin est là. L'OFC souhaite accroître la participation et l'investissement dans le football féminin dans le Pacifique," soulignait, il y a peu, Franck Castillo, secrétaire général de l'OFC.

Les Tonga s'y mettent

En 2020, ce vent de renouveau s'est déchaîné. "Motivées par l'idée que la Coupe du Monde Féminine aura lieu en Nouvelle-Zélande et en Australie en 2023, toutes nos associations membres ont commencé à donner la priorité au football féminin", se réjouit Emma Evans, responsable du développement du football féminin de l'OFC, au micro de FIFA.com.

"Ainsi, huit des onze associations membres ont désormais nommé un responsable du développement du football féminin pour renforcer la discipline. Au début de l'année 2020, il n'y en avait que quatre." Evans a également supervisé la mise en place du programme de développement des compétences du football féminin de l'OFC au mois de juillet. Ce programme propose des conseils et des tuteurs aux responsables du développement du football féminin.

La Mélanésie, la moitié ouest du continent, a traditionnellement eu la mainmise sur la région, mais de nouvelles équipes commencent à émerger en Polynésie. Par exemple, aux Tonga, grâce au projet Heilala Manongi, des milliers de jeunes filles ont été initiées à la pratique du football.

"Nous mettons l'accent sur le football féminin, qui est soutenu par notre président et notre comité exécutif, en particulier avec la Coupe du Monde 2023, qui aura lieu en Océanie et qui pourrait créer des opportunités", a récemment précisé à FIFA.com Kilifi Uele, directeur technique de la Fédération tongienne de football. "Notre projet de développement du football féminin touchera les îles les plus isolées."

Tahiti pionnier sur le Beach

Chez ses voisins des Samoa, un responsable du développement du football féminin s'occupe de chaque île, en organisant des festivals et en ouvrant des centres de football ludique. Plus de 300 jeunes filles participent à chaque programme, en plus des programmes hebdomadaires avec une entraîneure et des bénévoles.

À l'est de la Polynésie, Tahiti a également réalisé un grand pas en avant sur le terrain et en dehors sous la houlette de Stéphanie Spielmann, participante au Programme de mentorat des entraîneurs de la FIFA. Tahiti est notamment la seule nation océanienne à proposer une compétition de Beach Soccer pour les femmes.

Dans le même temps, aux Îles Salomon, un championnat féminin national a été créé alors que le pays se prépare à accueillir les Jeux du Pacifique 2023. Étant donné la passion qu'elle éprouve pour le ballon rond, cette nation mélanésienne présente un potentiel gigantesque. Elle peut déjà prendre exemple sur son voisin, la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

"Lors des cinq dernières années environ, nous n'avons pas vraiment fait d'efforts pour développer le football féminin, mais nous voyons aujourd'hui les opportunités qui existent. Nous souhaitons donc nous focaliser sur le football féminin et essayer de le faire progresser pour qu'il passe au niveau supérieur", admet Antoinette Miniti, responsable du développement du football féminin aux Îles Salomon.

Un gigantesque potentiel

Cette région du monde adore le football, cela ne fait aucun doute, ce qui renforce davantage les possibilités de croissance. Ainsi, l'OFC espère que le nouveau championnat national des Îles Salomon montrera le chemin à suivre à d'autres nations de l'OFC.

"Malgré les progrès réalisés dans le football féminin, il reste un potentiel énorme et de nombreuses opportunités à exploiter partout en Océanie, que ce soit sur le terrain ou en dehors", ajoute Evans. "Étant donné que la Coupe du Monde Féminine 2023 va être organisée au sein de notre confédération, l'OFC espère désormais mettre en œuvre une stratégie du football féminin. Celle-ci montrera que le football a le pouvoir de changer la société, de faire progresser l'égalité des sexes et de créer davantage d'opportunités pour les jeunes filles et les femmes qui pratiquent le football dans l'ensemble du Pacifique."

"J'espère voir le football féminin continuer à progresser en Océanie et je suis certaine que la passion, le dévouement et les efforts des dirigeants du football féminin en Océanie nous permettront d'atteindre nos objectifs", conclut Evans.

Explorer le sujet

Articles recommandés