UEFA EURO Féminin 2022

Démonstrations et grands pas vers la qualification

Eugenie Le Sommer (L) and Amel Majri, of France, celebrate
© imago images
  • Belgique, Danemark, Allemagne, Italie et Suisse assurés de terminer parmi les deux premiers de leurs groupes
  • Les Pays-Bas et la Norvège peuvent valider leur billet en cas de succès en octobre
  • Le Sommer dans l'histoire des Bleues, Marozsan dans le club des centenaires

La route qui mène à l’UEFA Euro féminin 2022 entre dans sa dernière ligne droite. Tenants du titre, les Pays-Bas pourraient confirmer leur qualification en s’imposant le 23 octobre prochain à domicile, contre l’Estonie. De son côté, la Norvège a besoin d’un succès contre le Bélarus le 21 octobre avant de faire ses premières réservations.

La situation dans les groupes

Dans le Groupe A, les Pays-Bas dominent les débats, avec sept victoires en autant de journées. Leur dernier succès en date, contre la Russie (1-0), leur a permis de faire un pas supplémentaire vers la qualification. La Slovénie occupe pour le moment la deuxième position, à neuf longueurs du leader.

La situation est bien différente dans le Groupe B, où le Danemark et l’Italie sont toujours à la lutte pour la première place. Les Scandinaves restent sur une nette victoire (8-0) sur Malte, tandis que les Italiennes ont largement dominé la Bosnie-et-Herzégovine (5-0). Quoi qu’il advienne désormais, les deux premières places du groupe leur sont acquises.

Doubles championnes d’Europe, les Norvégiennes enregistrent des temps de passage rassurants dans le Groupe C. Leur victoire étriquée (1-0) sur le Pays de Galles a consolidé leur statut de leader. Si les Gresshoppene prennent à nouveau les trois points contre le Bélarus, la qualification ne pourra plus leur échapper.

À l’inverse, la Pologne traverse une passe difficile. Dans le Groupe D, ses deux dernières sorties contre la République tchèque ne lui ont rapporté qu’un point. Après un nul vierge, les protégées de Milosz Stepinski se sont inclinées 2-0 et pointent désormais au troisième rang. Les Espagnoles, qui ont dominé la Moldavie 9-0, ont désormais toutes les cartes en main. La Furia Roja est certes à égalité de point avec la République tchèque, mais elle a disputé un match de moins.

Dans le même temps, la Suède et l’Islande ont abandonné leurs premiers points dans le Groupe F. Les deux équipes restaient sur quatre victoires consécutives, mais elles n’ont pu se départager lors de leur confrontation directe (1-1). Le match retour aura lieu le 27 octobre. Vainqueur (5-0) de la Lettonie, la Hongrie reste en embuscade, à six points du duo de tête.

Dans le Groupe G, Eugénie Le Sommer est entrée dans l’histoire en devenant la meilleure buteuse de l’équipe de France féminine. Elle efface ainsi des tablettes Marinette Pinchon et ses 81 réalisations sous le maillot bleu. L'attaquante de l'Olympique Lyonnais s’est offert un doublé contre la Macédoine du Nord (7-0). Dans la foulée, les Françaises ont battu la Serbie 2-0. Toutefois, la première place reste la propriété des Autrichiennes, qui ont sèchement battu le Kazakhstan 5-0 sous la direction de leur nouvelle sélectionneuse Irene Fuhrmann.

Le choc entre la Suisse et la Belgique s’annonce pour sa part comme une finale dans le Groupe H. Tenues en échec (1-1) par la Croatie, les joueuses de Nils Nielsen se sont relancées en battant les Red Flames 2-1 quelques jours plus tard pour permettre à la Nati de reprendre le dessus sur la Belgique, qui a lâché à cette occasion ses premiers points. Tout pourrait donc se jouer lors de la dernière journée, avec le déplacement des Suissesses en Belgique. Toutefois, si la Suisse s’impose le 26 octobre contre la Roumanie et que, parallèlement, les Belges s’inclinent en Lituanie, la première place ne pourra plus échapper aux Confédérées.

Enfin dans le Groupe I, l’Allemagne a pris le meilleur sur la République d’Irlande (3-0), jusque-là invaincue, avant de faire subir le même sort au Monténégro (3-0). Si les joueuses de Vera Pauw ne parviennent pas à prendre les trois points en Ukraine le 22 octobre prochain, les Allemandes, qui comptent cinq points d’avance, pourraient fêter leur qualification dès l’avant-dernière journée, contre la Grèce.

100

Dzsenifer Marozsán est entrée, à 28 ans, dans le cercle des centenaires. La meneuse de jeu de l'Allemagne a disputé son 100ème match international contre le Monténégro en remplaçant Melanie Leupolz à la 53ème minute.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Eugenie Le Sommer of France celebrates after scoring

Football Féminin - France

Le Sommer dans l'histoire

22 sept. 2020

Algerian coach Nadia Belala 

Football Féminin - Algérie

Petits pas et grandes avancées pour Belala

22 sept. 2020

German goalkeeper Merle Frohms 

Football Féminin - Allemagne

Un pas en avant pour Frohms et la Mannschaft

18 sept. 2020

Melanie Huber

EURO FÉMININ 2022 - SUISSE

Huber, une nouvelle vie avec la Nati

21 sept. 2020