Football Féminin

Diacre et Chan, le mentorat et bien au delà

© Others
  • Corinne Diacre et Yuen Ting Chan font la paire
  • "Avec Ting, on s'est vraiment trouvées et on fait les choses avec passion"
  • Le Programme de mentorat des entraîneurs de la FIFA, "une belle idée"

Alors que les Bleues sont en pleine préparation à Clairefontaine pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, la sélectionneuse française Corinne Diacre a pris le temps d’accueillir Yuen Ting Chan avec qui elle forme l'un des binômes du Programme de mentorat des entraîneurs de la FIFA.

Au départ, les deux techniciennes partageaient la singularité d’avoir entraîné une équipe masculine. La Française a dirigé Clermont Foot (deuxième division française) de 2014 à 2017 et la Chinoise est entrée dans l’histoire en 2016 en étant la première femme à mener une équipe de première division (Eastern AA, Hong Kong) au titre de champion.

"Avec Ting, le courant est passé dès fin octobre, quand la FIFA nous a associées. C'était une très belle rencontre", sourit Diacre après avoir chaleureusement accueilli la Chinoise, qui l'avait elle même accueillie il y a quelques mois à Hong Kong.

"Venir ici est une belle opportunité pour moi, à la fois pour passer du temps avec Corinne et observer le travail d’une équipe de haut niveau comme la France. Je pense que je vais beaucoup apprendre cette semaine", sourit celle qui est désormais entraîneure assistante des U-16 féminine en RP Chine.

"Nous échangeons beaucoup et je pose beaucoup de questions à Corinne sur la façon de diriger l’équipe. Je manque encore d’expérience, en particulier dans le domaine du management. Le travail en sélection est complètement différent de celui en club".

"Ce qui est intéressant, c'est qu'on a pas besoin de se voir pour échanger", rebondit Diacre. "On communique beaucoup par Whatsapp. On s'envoie des petits messages, on se pose des petites questions et c'est quelque chose de très régulier. Au delà de ce que nous demande la FIFA, on s'octroie d'autres choses à côté de manière beaucoup plus régulière. J'ai l'impression que, au delà d'avoir une heure, posées, à discuter tactique, on échange plus régulièrement et beaucoup plus."

Cette complicité palpable et grandissante entre les deux femmes est une nouvelle démonstration de la réussite du Programme de mentorat, et prouve à quel point ce dispositif répond à véritable besoin de partage et de transmission chez les entraîneur(e)s du football féminin.

"C'est une belle idée", acquiesce la Française. "Quand la FIFA m'a proposé ce rôle, je me suis mise dans la peau de la mentee plus que de la mentor. Je me suis dit que c'est quelque chose qu'on aurait pu apprécier quand on a démarré notre carrière d'entraîneure, d'avoir un coach de haut niveau, avec une expérience hyper enrichissante pour échanger."

Ces binômes qui roulent

Articles recommandés