Football féminin

L'élite européenne a rendez-vous en Suède

Josephine Henning (R) of Germany and Louisa Necib of France compete for the ball
© Getty Images

L'Allemagne est aujourd'hui à la tête de l'une des séries les plus remarquables de la planète football. La *Mannschaft *version dames règne sans partage sur l'Europe depuis 20 ans. Toutefois, son hégémonie n'a jamais paru autant menacée qu'en cette année 2013.

L'UEFA EURO Féminin qui débute le 10 juillet en Suède réunit les 12 meilleures équipes du continent. Le nom du vainqueur sera connu à l'issue de la finale, programmée le 28 juillet prochain à Solna. Les Allemandes monteront-elles à nouveau sur la première marche du podium ? Depuis une dizaine d'années, les écarts ne cessent de se réduire au niveau international, au point que certaines équipes ne cachent plus leur ambition de déloger l'Allemagne de son trône. 

Grand pays de football féminin, la Suède semble toute indiquée pour accueillir cette compétition très attendue. "On sent que quelque chose d'important est sur le point de se produire", note la capitaine suédoise Caroline Seger à l'approche du rendez-vous.

La Suède vise haut
La Suède *figure évidemment en tête d'affiche du *Groupe A. La sélection scandinave espère rejoindre le club très fermé des quatre nations sacrées devant leur public, l'Allemagne étant la dernière équipe à avoir signé cet exploit, il y a 12 ans. Les* Blagult *auront à cœur de faire oublier leur élimination dès les quarts de finale en 2009, ce qui constitue leur plus mauvaise performance depuis 20 ans. Une grande partie de l'attention médiatique risque également de se concentrer sur Pia Sundhage. L'Entraîneur de l'Année pour le Football Féminin 2012 s'apprête à disputer sa première compétition internationale avec sa patrie, après un mandat réussi à la tête des Etats-Unis.

La concurrence s'annonce très rude au sein de cette poule. Quatre fois demi-finaliste de l'épreuve, le Danemark *aura son mot à dire dans la course à la qualification. L'équipe a subi un sérieux lifting suite à son échec dans la compétition préliminaire pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2011™ et compte désormais dans ses rangs plusieurs jeunes joueuses impatientes de faire leurs preuves. Emmenée par le champion du monde 1982 Antonio Cabrini, l'Italie *a délaissé les traditionnels matches amicaux au profit d'un long stage de préparation. Les Azzurre *ne manquent pas de talent en attaque et pourront compter sur l'efficacité de Patrizia Panico, doyenne du tournoi. Décimée par les blessures, la *Finlande **a déjà concédé plusieurs défaites cette année. Sa tâche s'annonce donc particulièrement difficile.

L'Allemagne en danger
Comment l'*Allemagne *gèrera-t-elle l'énorme pression qui pèse sur ses épaules ? Les statistiques sont impressionnantes : depuis 1997, la *Mannschaft *reste sur une série de 19 victoires consécutives en phase finale. Les Allemandes n'ont plus perdu à ce niveau depuis 1993, soit 26 rencontres. Elles doivent toutefois faire face à une cascade de forfaits dont ceux des héroïnes du parcours victorieux en Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2010, Alexandra Popp et Kim Kulig.

Face à l'ogre allemand, la Norvège *paraît la mieux équipée pour créer la surprise dans le *Groupe B. Les Scandinaves comptent plusieurs jeunes talentueuses au sein de leur effectif et semblent sur la pente ascendante. L'équipe a connu des résultats en dents de scie depuis le retour aux commandes d'Even Pellerud mais la troisième place obtenue en Coupe de l'Algarve aux dépens du Japon incite à l'optimisme. Les Pays-Bas *et l'Islande *ont fait leurs débuts à ce niveau en 2009. Dans un bon jour, ces deux formations peuvent poser des problèmes à n'importe quelle équipe.

La France parmi les favoris  *
Après avoir atteint les demi-finales d'Allemagne 2011 et du Tournoi Olympique de Football Féminin l'année suivante, la *
France
espère franchir un palier en 2013. L'arrière latérale Laure Boulleau estime que Les Bleues ont "une bonne carte à jouer" en Suède. "Nous avons des supporters, nos matches passent à la télévision et l'intérêt du public va croissant", explique-t-elle "La seule chose qui nous manque, c'est un trophée. Une victoire marquerait un tournant important dans notre évolution. Ce serait certainement l'événement le plus important de toute l'histoire du football féminin en France."

D'après le sélectionneur de la Russie Sergey Lavrentiev, le Groupe C sera sans doute le plus serré. La présence de l'Angleterre *et de l'Espagne*, l'une des équipes en forme du moment, lui donne a priori raison. Finalistes malheureuses il y a quatre ans, les Anglaises ont l'expérience nécessaire pour faire encore mieux en 2013. Après une longue absence de 16 ans sur la scène continentale, les Espagnoles et leur star Veronica Boquete ont envie de se faire remarquer :"Je crois que le moment est venu pour l'Espagne d'aller plus loin. Nous devons nous révéler aux yeux du monde comme l'ont fait nos homologues masculins", annonce-t-elle.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Rachel Yankey of England shakes hands with Azusa Iwashimizu of Japan

Football féminin

Un mois au féminin : juin 2013

01 juil. 2013

Patrizia Panico #9 of Italy and Christie Rampone #3 of the United States chase down the ball

Football féminin

Panico veut convertir l'Italie à l'Euro

27 juin 2013

Netherlands striker Manon Melis

Football féminin

Les Oranjes sont mûres pour l'Europe

13 juin 2013

Ellen White of England is congratulated by team-mate Toni Duggan after scoring against Canada

Football féminin

White et les Anglaises chercheuses d'or

30 mai 2013

UEFA EURO Féminin 2013

Football féminin

UEFA EURO Féminin 2013

09 juil. 2013