Football Féminin - Islande

Rien ne peut arrêter Gunnarsdottir

Fenna Kalma (L) and Suzanne Hendrina Maria Giesen (R) of FC Twente Enschede and Sara Bjoerk Gunnarsdottir (C) of VfL Wolfsburg battle for the ball.
© Getty Images
  • Sara Björk Gunnarsdottir a été élue six fois Joueuse islandaise de l’année
  • Son livre Óstöðvandi ("Inarrêtable") est paru en novembre 2019
  • "Je voulais raconter une histoire à laquelle beaucoup de gens peuvent s’identifier"

Élue Joueuse islandaise de l’année à six reprises, Sara Björk Gunnarsdottir a remporté le championnat de Suède quatre fois, avec le LdB FC Malmö, devenu depuis le FC Rosengård. Elle a également réussi le doublé championnat-Coupe d’Allemagne sous les couleurs du VfL Wolfsburg, et compte 131 sélections. Mais le chemin qui l'a menée vers les sommets est semé d’embûches et Gunnarsdottir a choisi de le raconter dans un ouvrage intitulé Óstöðvandi ("Inarrêtable"), paru en novembre l'année dernière.

"En 2018, j’ai été élue Sportive de l’année en Islande. C’est l’une des récompenses les plus prestigieuses du pays ; tous les sportifs islandais rêvent de la remporter. Elle concerne toutes les disciplines et peut être remise indifféremment à un homme ou à une femme. C’était vraiment un très grand honneur", entame la milieu de terrain au micro de FIFA.com. "Peu de temps après, j’ai reçu un appel de Magnus Helgason, qui a écrit le livre en question. Selon lui, cette élection était une bonne occasion pour moi de partager mon histoire."

Sara Björk Gunnarsdottir
© imago images

Gunnarsdottir retrace le long chemin qui l’a menée de sa petite ville natale en Islande à la conquête de la Bundesliga féminine. "Je ne suis pas encore vieille, mais j’ai déjà vécu beaucoup de choses au cours de ma carrière. Ce sont surtout les combats et les échecs qui ont fait de moi celle que je suis aujourd’hui", détaille-t-elle. "Ces épreuves ont forgé mon caractère, ma façon de jouer et la manière dont je réfléchis. Pendant deux ans, j’ai lutté contre les blessures – une déchirure des ligaments croisés puis une fracture du fémur. À un moment, j’ai cru que je ne rejouerais plus jamais au football", poursuit la joueuse de 29 ans.

Dans son livre, elle parle beaucoup de ces épreuves qu'il a fallu surmonter et de la voie qu'elle a empruntée pour en arriver là où elle est aujourd’hui. Il est aussi question de sa vie personnelle. "J’évoque la pression inhérente au football et la passion, qui peut devenir un fardeau. Je donne aussi quelques clés sur la façon dont j’ai résolu ces problèmes", révèle-t-elle. "Je suis fière de ce que j’ai réalisé, mais je suis surtout fière de mes échecs et de la manière dont je les ai surmontés."

Capacités et mentalité

Le titre de son livre s'est imposé comme une évidence, estimant que rien ni personne ne pouvait se mettre en travers de sa route. Dès son plus jeune âge, elle a toujours voulu gagner, que ce soit aux cartes ou sur un terrain de football. Quand les autres lui disaient qu’elle ne réussirait jamais, elle n’en était que plus motivée. "J’étais toujours en compétition avec moi-même. Je voulais voir jusqu’où je pouvais repousser mes limites. Lorsque j’étais blessée, je voulais vaincre la douleur afin de pouvoir jouer à nouveau", confirme celle qui a évolué avec les U-17, les U-19 et l’équipe nationale en l'espace d'un an. "Ça m’a fait réfléchir. Je me suis dit : ‘Maintenant, je peux vraiment viser haut’. À 20 ans, j’ai annoncé à la presse que je voulais devenir la meilleure milieu de terrain du monde. J’imagine que ça a fait rire beaucoup de gens. Pourtant, j’ai toujours eu confiance en mes capacités et cette mentalité m’a permis d’atteindre mon niveau actuel."

Elle évolue depuis 2016 au VfL Wolfsburg, un club qu’elle quittera à la fin de la saison, si possible avec un dernier trophée, la Bundesliga reprenant du service le 29 mai prochain. "C’est un soulagement de retrouver les terrains. Nous avons commencé à nous entraîner collectivement et nous sommes toutes en pleine forme", assure-t-elle. "Ce qui me manque, c’est de me retrouver dans le vestiaire ou de tenir un ballon entre mes mains. Au cours de cette période, j’ai pu mesurer à quel point j'ai besoin de jouer. Nous avons arrêté alors que nous étions engagées en championnat, en Coupe d’Allemagne et en Ligue des champions. Mon objectif est de remporter deux titres de plus avec Wolfsburg", conclut-elle, plus que jamais décidée à faire honneur au titre de son livre.

La devise en Islande est : "nous nous battons quoi qu'il arrive." Nous n'avons peut-être pas les meilleures compétences en Islande, mais nous nous battrons jusqu'au bout. Cela nous rend spéciaux. Si nous n'avons pas cela, nous ne sommes pas vraiment nous-mêmes.

Sara Björk Gunnarsdottir

Sara Bjork Gunnarsdottir of Iceland and Svenja Huth of Germany battle for the ball during the Iceland Women's and Germany Women's.
© Getty Images

Explorer le sujet

Articles recommandés

China national team goalkeeper Zhao Lina plays drums after a training session

Les femmes dans le football

Zhao, une batterie de talents dans les gants

20 mai 2020

Adelina Engman of Chelsea Women 

Football Féminin - Finlande

Engman en repos forcé pour se ressourcer

12 mai 2020