Football Féminin - Allemagne

Grings montre la voie et donne de la voix

Inka Grings ( Cheftrainerin Straelen ) 
© imago images
  • L'ancienne buteuse de l'Allemagne Inka Grings a débuté un carrière d'entraîneur
  • Elle est la 1ère femme à entraîner une équipe masculine dans les 4 premières divisions allemandes
  • "Je trouve incroyable qu'on n'ose pas sortir des sentiers battus", confie-t-elle

Auteure de 64 réalisations en 96 sélections avec l’Allemagne, Inka Grings a remporté deux UEFA EUROS féminins, en 2005 et 2009. À chaque fois, Grings a largement contribué au sacre de la Mannschaft en terminant meilleure buteuse de la compétition.

Entrée dans l’histoire en tant que joueuse, elle le fait désormais en tant qu'entraîneur. Grings a débuté sa carrière en dirigeant pendant trois ans l’équipe féminine du MSV Duisbourg, avant de prendre en main l’équipe B masculine du Viktoria Cologne. Depuis avril 2019, la sextuple meilleure buteuse de la Bundesliga entraîne le SV Straelen, devenant ainsi la première femme à occuper ce poste dans l’une des quatre premières divisions masculines du football allemand.

Pourtant, elle n'accorde pas beaucoup d’importance à ce record. "Quand j’ai été choisie pour reprendre cette équipe, qui évoluait en division régionale, je savais que ça ferait couler beaucoup d’encre. Je m’y étais préparée. Dans ma carrière, j’ai eu l’occasion de beaucoup m’entraîner, notamment avec l’équipe nationale. Ce n’est pas non plus comme si je partais dans l’inconnu", précise-t-elle au micro de FIFA.com. "Ça ne me dérange pas. Je ne suis pas particulièrement fière ou heureuse d’avoir obtenu ce poste. Je suis toujours attristée de voir qu’il y a si peu de femmes dans ce milieu. D’un autre côté, je ne suis pas du genre à clamer : le pouvoir aux femmes. Il faut simplement vivre en bonne intelligence."

Nous avons une chancelière qui est l'une des femmes les plus puissantes au monde. Cela prouve que les femmes peuvent également occuper des postes de direction et sont faites pour cela.

Inka Grings

Suivre sa propre voie et faire ses preuves

Les femmes sont en effet rares sur les bancs de touche des équipes masculines, à quelques exceptions près. La sélectionneuse de la France Corinne Diacre a dirigé l’équipe de Clermont Foot en Ligue 2 entre 2014 et 2017. De son côté, Yen Ting Chan est devenue la première femme à mener une équipe masculine au titre dans un championnat de première division : Eastern AA, à Hongkong.

"Je trouve incroyable que les gens n’osent pas sortir des sentiers battus pour tenter d’intégrer des femmes, quel que soit le poste. En temps normal, les hommes et les femmes fonctionnent de façon harmonieuse au sein de la société. En quoi le football est-il différent ?", s’interroge Gings.

Mais pour que cette évolution puisse avoir lieu, les femmes doivent jouer leur rôle, note également la native de Düsseldorf. "Nous manquons peut-être de femmes prêtes à franchir le pas ou capables de s'imaginer dans ma situation. Personne ne se résume à quelques clichés", soutient-elle. "Je ne sais pas s’il y a déjà eu une femme entraîneur qui s’est déclarée ouvertement candidate pour diriger une équipe masculine. Je trace ma route car je veux suivre ma propre voie. C’est tout ce qui m’intéresse. Je pense que j’ai les capacités pour réussir. J'ai vécu dans le football beaucoup de choses dont la plupart des gens n’ont même pas idée. À moi maintenant de me mettre en avant et de faire mes preuves."

Inka Grings (2nd L) of Germany celebrates after scoring
© Getty Images

Revenir sur les idées reçues

Dans un milieu longtemps considéré comme essentiellement masculin, Grings est consciente qu'elle doit faire ses preuves, mais ne se laisse pas influencer par les critiques des sceptiques. "Franchement, ça ne m’intéresse pas beaucoup et ça ne me dérange pas du tout. Dans nos sociétés, si on se conduit de façon raisonnable, les gens finissent par revenir sur leurs idées reçues", estime-t-elle. "La société s’ouvre de plus en plus aux changements et c’est une très bonne nouvelle. On peut tout de même regretter qu’au 21ème siècle, nous ayons encore ce genre de conversations", conclut-elle, décidée à laisser les résultats à la tête de son équipe parler pour elle.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Natascha Honegger

Football Féminin - Brésil

Honegger, des gants suisses dans le but brésilien

01 avr. 2020

San Diego Loyal celebrate club launch

Football Féminin - États-Unis

San Diego et Donovan misent sur un staff féminin

31 mars 2020

Martina Voss-Tecklenburg

Football Féminin - Allemagne

Voss-Tecklenburg : "L'Allemagne est toujours au sommet"

23 mars 2020