Football féminin - Argentine

Jaimes, un long voyage et un immense rêve

Changchun Zhuoyue's Argentina forward Sole Jaimes is poised to take a shot
© Others
  • Soledad Jaimes a inscrit 14 buts en autant de matches en Super League chinoise
  • L’Argentine a participé à la Coupe du Monde Féminine 2019
  • La buteuse espère créer la surprise en Australie et en Nouvelle-Zélande

Si l'année qui s'écoule a été compliquée à bien des égards, Soledad Jaimes a sans doute vécu l’une de ses meilleures saisons à l’occasion de la Super League féminine chinoise 2020. L’internationale argentine a marqué à 14 reprises en autant de sorties, contribuant ainsi largement au maintien parmi l’élite de son club, Changchun Zhuoyue.

"La pandémie du coronavirus a évidemment mis un voile sur cette année 2020", estime l’ancienne joueuse de l'Olympique lyonnais, au micro de FIFA.com. "Mais ces difficultés ne nous ont pas empêchées de continuer à travailler. Notre équipe a repris l’entraînement en mars. Le championnat a adopté un nouveau format. Toutes les équipes s’entraînaient et s’affrontaient au même endroit. Les joueuses étaient ainsi protégées."

Les grandes voyageuses comme Jaimes ont l’habitude de vivre loin de leurs proches. Ils n'en sont pas moins un moteur pour l'attaquante. "Si je travaille aussi dur, c’est avant tout pour ma famille. Par chance, tout le monde est en bonne santé chez moi. Des milliers de kilomètres nous séparent, mais je suis la plus heureuse des femmes lorsque je pense que je joue pour ma famille", confie-t-elle.

Sole Jaimes (Middle) competes for the ball
© Others

Progresser aux côtés des meilleures

Née à Nogoya, Jaimes débute le football à sept ans, pieds nus dans la rue, en compagnie des autres enfants du quartier, principalement des garçons. "Il n’y avait pas d’équipe dans ma ville et ma famille n’avait pas les moyens de m’envoyer dans un centre de formation. Mais à 15 ans, j’ai eu l’occasion de faire un essai à Boca Juniors."

Après y avoir passé quelques années, la jeune femme poursuit son parcours à River Plate, puis à Foz Cataratas. Son transfert à Santos, au Brésil, maque un premier tournant important dans sa carrière. "Ça a tout changé. J’ai signé mon premier contrat professionnel et, à partir de là, j’ai pu réaliser mon rêve d’aider ma famille."

Elle poursuit sa progression avec les Sereias da Vila et inscrit 21 buts en trois saisons, au cours desquelles elle remporte notamment le Championnat Brésilien de Football Féminin 2017 et y côtoie Cristiane. "C’était ma première idole", confie Jaimes à propos de la deuxième meilleure buteuse de l’histoire de la Seleçao. "Son talent est connu et reconnu dans le monde entier, mais c’est aussi une personne extraordinaire. J’ai énormément appris en m’entraînant à ses côtés."

La suite de sa carrière la mène à l’Olympique Lyonnais. Pour sa première saison sur les bords du Rhône, elle remporte la Ligue des champions féminine de l'UEFA. Son séjour en France est aussi l’occasion pour elle de rencontrer une autre attaquante d’exception, Ada Hegerberg. "Je l’admire énormément. À chaque fois que nous avons joué ensemble, j’ai été soufflée par sa technique individuelle. Par ailleurs, c’est quelqu’un de très sympathique."

Sole Jaimes (R) competes for the ball
© Others

Cap sur 2020

Au niveau international, Jaimes représente son pays en Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2008. Lors de ce tournoi, elle contribue à la victoire (3-1) de l’Argentine sur la France en marquant un but. Dix ans plus tard, elle signe cinq réalisations en Copa América Féminine 2018. L’Albiceleste termine troisième et valide ainsi son billet pour un barrage intercontinental contre le Panam, qu'elle remportera pour accéder à la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™.

Pour son entrée dans lice dans sa troisième phase finale, l’Argentine de Jaimes crée la surprise en arrachant un nul vierge au Japon, ancien lauréat de l’épreuve. Battues 1-0 par l’Angleterre, les Sud-Américaines terminent leur parcours sur un nul 3-3 contre l’Écosse, après avoir été menées au score. Sur le plan comptable, ce bilan se révèle insuffisant pour franchir la phase de groupes. Toutefois, les joueuses repartent de France satisfaites d’avoir inscrit leurs premiers points dans cette compétition.

"C’était ma première Coupe du Monde. J’étais folle de joie à l’idée de représenter mon pays à ce niveau. Nous avons rencontré des adversaires redoutables et à chaque fois, nous avons tout donné. Mais le plus important, c’est que nous avons prouvé que nous avions notre place à ce niveau. Au lendemain de ce tournoi, le football féminin a gagné en popularité en Argentine. Nous disposons désormais d'un championnat professionnel."

Compte tenu de sa réussite actuelle, Jaimes pense déjà à la prochaine édition de l’épreuve mondiale, qui aura lieu en Australie et en Nouvelle-Zélande en 2023. Sans surprise, son objectif est de faire encore mieux qu’en 2019. "Nous bénéficions d'un meilleur soutien financier et nous avons davantage d’occasions de nous travailler et de jouer ensemble. Je pense que nous pouvons faire encore mieux en 2023, si nous faisons le nécessaire à l’entraînement et en match", conclut-elle.

Sole Jaimes of Argentina takes a moment of reflection
© Getty Images

Explorer le sujet

Articles recommandés

Dalila Ippolito of Argentina poses for a portrait

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2023™

Ippolito, première de cordée

11 sept. 2020

Malawi women's national team captain Tabitha Chawinga(L) and her sister Temwa Chawinga

Football Féminin - Malawi

Les sœurs malawites à la conquête de la Chine

13 oct. 2020

France 2019 : Écosse 3-3 Argentine en vidéo

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019™

France 2019 : Écosse 3-3 Argentine en vidéo

19 juin 2019