Football féminin

Ma, à tout jamais la première

© Others

En clôturant la marque face au Japon en finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015™, l'Américaine Tobin Heath a inscrit le 771ème but de l'histoire du grand rendez-vous mondial version dames. Cette longue liste de réalisations a débuté avec l'édition inaugurale, il y a 25 ans de cela en RP Chine. Parmi toutes les frappes victorieuses qui ont rythmé les 232 matches disputés au fil des ans, il en est une qui tient une place à part : celle signée Ma Li dans le match d'ouverture de RP Chine 1991 entre le pays hôte et la Norvège.   

Nous sommes le 16 novembre 1991 au stade Tianhe de Guangzhou. Les hôtes se préparent à en découdre avec les Norvégiennes dans une rencontre historique : le tout premier match de l'histoire de la Coupe du Monde Féminine. Devant des supporters entièrement acquis à leur cause, les *Roses d'Acier *dominent d'entrée les débats et prennent l'avantage après 22 minutes de jeu. Ma Li devance les défenseuses adverses pour marquer de la tête un but historique, qui sera suivi de trois autres pour les Chinoises qui se sont imposées largement (4:0). Un quart de siècle plus tard, la buteuse se souvient du moindre détail. 

"Je suis fière d'avoir inscrit le premier but de la Coupe du Monde Féminine", lance Ma, devenue depuis une femme d'affaire avisée au Brésil. "Mais à l'époque, je n'avais pas conscience de la portée de l'exploit. Nous étions très tendues au moment d'aborder ce match et j'étais totalement concentrée sur le jeu. Tout a commencé avec un coup franc sur la droite. La frappe de Wu Weiying était tellement forte que je n'ai eu qu'à me jeter sur le ballon pour le propulser au fond des filets."   

"J'étais encore un peu nerveuse après ça. Je n'ai pas vraiment eu le temps de fêter mon but. En fait, je n'entendais même pas les applaudissements du public. Tout ce qui me préoccupait, c'était que nos adversaires allaient tout faire pour revenir dans le match. Je voulais donc faire le maximum pour aider notre défense à résister à leurs assauts", se souvient-elle.

*Une ancienne basketteuse *
"C'était le résultat d'un dur labeur", poursuit-elle. "Le sélectionneur Shang (Ruihua) avait mis en place un programme spécial pour les trois plus grandes joueuses de l'équipe : Niu Lijie, Zhou Yang et moi. Il nous demandait souvent de rester après la séance et de travailler sur notre détente et notre jeu de tête. Je devais me placer près de la gardienne et mes deux partenaires étaient chargées de profiter de mes déviations. À nous trois, nous devions couvrir toute la surface de réparation en cas de coup de pied arrêté."  

Ce que Ma oublie de préciser, c'est que son efficacité dans le domaine aérien lui venait de sa formation de basketteuse. L'équipe de son collège remportait pratiquement toutes les compétitions auxquelles elle participait… jusqu'à ce que la jeune fille se laisse convaincre de se consacrer au football. Arrivée sur le tard, Ma a progressé à toute vitesse, au point de s'imposer rapidement en défense.   

"J'étais grande (1m71) et j'avais une bonne détente. Mes entraîneurs ont donc décidé de m'aligner en défense. Il ne m'a pas fallu longtemps pour trouver mes marques. Quand je sautais pour marquer de la tête, j'avais l'impression de faire un tir au basket", sourit-elle.  

*Rivalité avec Michelle Akers *
Dans la foulée de ce succès initial, la RP Chine obtient un nul convaincant (2:2) face au Danemark et corrige la Nouvelle-Zélande 4:1. Malheureusement, une défaite inattendue contre la Suède (1:0) met un terme à son parcours dès les quarts de finale.

Vingt-cinq ans plus tard, l'amertume est toujours là : "Nous faisions partie des grandes favorites. Nous ne nous attendions pas à quitter le tournoi de cette façon. Nous étions tellement tristes. Il y a eu beaucoup de larmes dans le vestiaire. Aujourd'hui encore, mon cœur se serre en y repensant. La douleur provoquée par cet échec est plus vive encore que celle liée à une déception sentimentale. Malgré tout, je conserve un souvenir ému de cette première Coupe du Monde Féminine. Mes coéquipières et mes entraîneurs me manquent. Nous avons passé tant de moments inoubliables ensemble, à préparer cet événement."

Depuis les tribunes, Ma et ses partenaires ont vu la Norvège défier les États-Unis en finale. Ma reste convaincue que la RP Chine avait sa place dans cette affiche, et aurait pu viser le titre. "Nous pensions que les Américaines étaient les seules à pouvoir rivaliser avec nous. Mais nous n'avions pas peur d'elles. Nous avions disputé quelques matches amicaux avant la phase finale et nous avions prouvé que nous pouvions leur tenir tête."

Ma nous confie également avoir entretenu une rivalité personnelle avec l'attaquante américaine Michelle Akers, auteure d'un doublé synonyme de victoire (2:1) pour les Stars and Stripes *en finale. "Durant ces matches amicaux, j'avais pour mission de la neutraliser", explique-t-elle lorsque l'on évoque la première la Joueuse Féminine FIFA du 20ème siècle. "Elle était coriace. À chaque fois que nous nous affrontions, j'avais des bleus partout. J'imagine que c'était pareil pour elle. Je crois qu'elle avait un peu peur de moi (rires*). Qui sait ce qui se serait passé si nos deux équipes s'étaient retrouvées en finale ?"

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

Nerfs et Roses d'Acier

27 mai 2014