Football féminin

La passe de six pour l'Allemagne

Germany's players celebrate with the trophy
© AFP

Ce dimanche 28 juillet, le sacre de l'Allemagne à l'UEFA EURO Féminin 2013 a marqué la fin de 14 journées pleines de surprises et de records. Plus de 200 000 spectateurs sont venus voir s'affronter les 12 meilleures équipes du continent dans sept stades. Outre l'Allemagne, la France, quatrième de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Allemagne 2011™ et du Tournoi Olympique de Football Féminin 2012, se trouvait au centre des attentions, de même que la Suède, pays hôte du tournoi.

Pia Sundhage a repris les rênes de l'équipe de son pays natal en décembre 2012, après avoir entraîné avec succès les États-Unis. Les attentes étaient donc élevées envers la sélection suédoise, qui rêvait de décrocher la couronne continentale devant ses supporters. Après une entrée en matière décevante, sanctionnée par un nul contre le Danemark, les locales se sont améliorées au fil des matches pour inir en tête de leur groupe et valider leur billet pour les quarts de finale. Au passage, elles ont obtenu face à la Finlande la victoire la plus large de la compétition (5:0). L'Italie s'est également inclinée face à la Suède 3:1. Les Finlandaises ont dû faire leurs valises dès la fin du premier tour, tandis que les Italiennes, deuxièmes, se sont qualifiées pour l'étape suivante.

Dans le Groupe B, l'Allemagne a également connu un départ difficile. Sa rencontre avec les Pays-Bas s'est achevée sur un score nul et vierge. Nettement moins bien positionnée au Classement mondial féminin de la FIFA, l'Islande a certes été vaincue, mais la Mannschaft féminine a ensuite subi face à la Norvège sa première défaite en Championnat d'Europe depuis 28 matches. Le règne de l'Allemagne semblait donc toucher à sa fin et nombreux sont ceux qui commençaient déjà à douter de la jeune équipe entraînée par Silvia Neid.

Le Danemark a créé la surprise
Dans le Groupe C, les choses se sont passées différemment. La France était venue en Suède avec de grandes ambitions, qu'elle a affirmées en s'imposant haut la main contre la Russie, l'Espagne et l'Angleterre, récoltant neuf points ainsi que la première place de la poule. L'Angleterre, en revanche, s'est montrée en-dessous de ses propres attentes et n'a pas réussi à se qualifier pour le second tour, avec seulement un point au compteur, laissant la deuxième place à l'Espagne. Dans le duel à distance pour le dernier ticket pour les quarts de finale, la Russie a perdu contre le Danemark, qualifié pour la suite aux côtés de l'Islande en tant que meilleur troisième.

La phase à élimination directe a montré que la lutte était de plus en plus serrée dans le football féminin européen. Il n'y a pas eu de très large victoire à ce stade de la compétition. Le Danemark s'est imposé comme l'équipe surprise du tournoi : il a su saisir sa chance et a éliminé la France aux tirs au but. "Il n'y a plus de matches faciles. Aujourd'hui, on a l'impression que toutes les équipes peuvent gagner. Si nous réussissons à aller au-delà de la phase de groupes, nous aurons nos chances de franchir une étape de plus", annonçait la Danoise Johanna Rasmussen avant le début du tournoi au micro de FIFA.com. Les événements lui ont donné raison. Mais en demi-finale face à la Norvège, tombeur de l'Espagne, le Danemark s'est cette fois-ci incliné à l'issue des tirs au but.

Angerer fait la différence
L'autre demi-finale s'est révélée tout aussi riche en suspense. Après un net succès 4:0 contre l'Islande, la Suède était donnée favorite contre l'Allemagne, qui n'avait vaincu l'Italie que de justesse. Plein comme un œuf, le stade Gamla Ullevi de Göteborg a été le cadre d'un match passionnant dont le sorta basculé sur un but de Dzsenifer Marozsán.

La Norvège et l'Allemagne qualifiées pour leur quatrième finale commune en Championnat d'Europe, les deux équipes y voyaient l'occasion de prendre une revanche : la Mannschaft comptait bien faire oublier la défaite subie durant la phase de groupes, tandis que les Norvégiennes espéraient enfin l'emporter, après trois finales perdues. Malheureusement pour les Scandinaves, Nadine Angerer et Anja Mittag étaient dans un grand jour. Avec deux penalties arrêtés, la gardienne allemande s'est illustrée comme l'héroïne du match. Quant à Mittag, entrée après la pause, elle a inscrit le but de la victoire sur son premier ballon.

Pour Angerer et ses coéquipières, le rêve est devenu réalité. Elles peuvent désormais mettre le cap sur la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015™. Les qualifications européennes débuteront en septembre.

Pour retrouver toutes les informations concernant la *Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015™, rendez-vous sur FIFA.com.*

Explorer le sujet

Articles recommandés