UEFA EURO Féminin 2022

Premiers qualifiés connus et suspense maintenu

Denmark celebrate qualifying for the UEFA Women's EURO
© Getty Images
  • Les Pays-Bas, l’Allemagne, le Danemark, la Norvège et la Suède ont validé leur billet
  • Victoires importantes pour la Russie, la Finlande et la Suisse
  • Les prochains matches auront lieu entre le 26 novembre et le 1er décembre

Les Pays-Bas, l’Allemagne, le Danemark, la Norvège et la Suède sont les premiers pays à rejoindre l’Angleterre, pays hôte de la compétition, en phase finale de l’UEFA EURO féminin 2022. Dix places restent à pourvoir.

La situation dans les groupes

Les Néerlandaises seront là pour défendre leur titre. Les vice-championnes du monde ont dominé l’Estonie 7-0, un résultat qui leur ouvre les portes d’Angleterre 2022. Dans la foulée, elles ont également pris la mesure du Kosovo 6-0. La Russie a, elle aussi, des raisons de se réjouir : fortes de leurs succès sur la Slovénie (1-0) et la Turquie (4-2), les Slaves sont assurées de terminer à la deuxième place du Groupe A.

Dans le Groupe B, le Danemark est sorti vainqueur d'une lutte serrée pour la première place, directement qualificative. Dans le choc décisif, les Danoises se sont imposées 3-1 face à l’Italie à Empoli. Un doublé de Nadia Nadim et une frappe victorieuse de Nicoline Sørensen ont scellé la défaite des Azzurre, pourtant invaincues sur leurs terres depuis cinq ans.

Les Norvégiennes peuvent également commencer à préparer leur séjour en Angleterre. Les doubles championnes d’Europe se sont contentées d’une victoire étriquée (1-0) contre le Pays de Galles pour composter leur ticket dans le Groupe C. L’unique but de la partie est à mettre au crédit de Frida Maanum. L’Irlande du Nord profite quant à elle de la défaite des Galloises et de son succès 1-0 contre le Bélarus pour se rapprocher de la deuxième place.

150

Face au Pays de Galles, Maren Mjelde a honoré sa 150ème sélection en équipe de Norvège. Sa première apparition chez les Gresshoppene remonte au 27 octobre 2007, peu avant son 18ème anniversaire. On l'a ensuite revue en sélection en mars 2009, à l’occasion de la Coupe de l’Algarve.

Vainqueur 3-0 de la Moldavie, la Pologne occupe provisoirement la tête du Groupe D devant l’Espagne, qui enregistre pour sa part un succès précieux face à la République tchèque (4-0). Toutefois, les Polonaises, à l’instar des Tchèques, comptent deux matches de plus que leurs concurrentes espagnoles. Si la décision n’est pas encore tombée dans cette section, les joueuses de Jorge Vilda semblent les mieux placées, d’autant qu’elles doivent encore accueillir la Pologne, le 1er décembre à Madrid. De son côté, la République tchèque n’a pas dit son dernier mot. Forte de son succès 3-0 sur l’Azerbaïdjan, elle peut encore décrocher la deuxième place, à condition de l’emporter contre la Moldavie le 1er décembre et sous réserve que la Pologne ne s’impose pas en Espagne.

La situation est encore plus incertaine dans le Groupe E. Les Finlandaises ont été les premières à faire chuter l’Écosse (1-0), qui réalisait jusque-là un sans-faute, et consolident leur statut de leader. Cette rencontre avait une saveur particulière pour la sélectionneuse finlandaise Anna Signeul, qui a dirigé l’Écosse entre 2005 et 2017. Pendant ce temps, le Portugal est monté sur la deuxième marche, grâce à sa victoire 1-0 sur Chypre.

Si rien n’est fait dans le Groupe E, le Groupe F, lui, a déjà livré un premier verdict. En s’imposant 2-0 contre l’Islande, la Suède a confirmé sa qualification pour la phase finale de l’épreuve continentale. Sofia Jakobsson et Olivia Schough ont offert la victoire à leur équipe, qui reste invaincue après sept journées.

"Je suis convaincue que, dans un bon jour, nous pouvons battre n’importe qui. Nous allons donc tout faire pour que ce soit un bon jour", annonçait Irene Fuhrman à FIFA.com avant le match contre la France. Au coup de sifflet final, la sélectionneuse de l'Autriche pouvait avoir la sourire. Face à des Bleues favorites, ses joueuses ont arraché un nul vierge. Ce résultat leur permet de conserver la deuxième place du Groupe G, derrière leurs adversaires du jour. Les deux équipes s’affronteront à nouveau le 27 novembre.

La Suisse semble, elle aussi, bien partie pour se qualifier. En s'imposant 2-0 contre la Roumanie, les protégées de Nils Nielsen ont consolidé leur avance en tête du Groupe H. Avec 19 points au compteur, la Nati abordera son choc du 1er décembre face à la Belgique en position de force. Un point lui suffirait pour assurer sa qualification. Toutefois, les Red Flames nourrissent également de grandes ambitions, comme en témoigne leur victoire 9-0 sur la Lituanie.

Dans le Groupe I, la contre-performance de la République d’Irlande a fait les affaires de l’Allemagne, qui a pu fêter un succès sans même fouler la pelouse. Battues 1-0 en Ukraine, les Irlandaises ont, involontairement, officialisé la qualification de la Mannschaft féminine pour la phase finale. "Nous sommes satisfaites de cette qualification anticipée pour l’Euro. Néanmoins, notre objectif reste de remporter les deux derniers matches contre la Grèce et l’Irlande. Nous voulons boucler cette compétition préliminaire sur un sans-faute", a régi la sélectionneuse allemande Martina Voss-Tecklenburg.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Kyah Simon of Australia takes a 'selfie' after the FIFA Women's World Cup 2015 Round of 16 match between Brazil and Australia at Moncton Stadium

Australie - Nouvelle-Zélande 2023

Simon : "Chaque jour, je tente de repousser mes limites"

27 oct. 2020

Cristiana Girelli of Italy celebrates after scoring her team's first goal 

Football Féminin - Italie

Girelli, fer de lance des Azzurre

26 oct. 2020

Irene Fuhrmann (Austria)

Football féminin - Autriche

Fuhrmann, le changement dans la continuité

21 oct. 2020

Sakina Karchaoui of France poses for a portrait

Football Féminin - France

Karchaoui, arme à gauche et larmes derrière

22 oct. 2020