Football Féminin

Sun Wen : "Le football féminin chinois a de la ressource"

2020 Chinese Women's Super League: Jiangsu Suning vs Hebei Huaxia
© Others
  • La Women’s Super League chinoise a repris en août
  • Dix équipes se disputent le titre dans un tout nouveau format
  • Sun Wen évoque la compétition et le développement du football féminin chinois

Dès le 23 août, les footballeuses chinoises ont retrouvé le chemin des terrains à l’occasion du coup d’envoi de la Women’s Super League 2020. Les dix équipes en lice s’affrontent dans un tournoi divisé en deux phases distinctes et intégralement disputé à Kunming, dans la province du Yunnan.

Entraîné par Jocelyn Prêcheur, le tenant du titre Jiangsu Suning espère prolonger son règne. Sèchement battue 3-0 par Wuhan Jiangda, l’équipe occupe actuellement la quatrième place du classement, avec deux succès en trois matches. En tête, on retrouve Shanghai Rural Commercial Bank et Wuhan, tous deux auteurs d'un sans-faute depuis le début de la compétition. Le premier ne fait pas mystère de son ambition d’ajouter un neuvième titre (un record) à son tableau de chasse, tandis que le second rêve de ceindre pour la première fois la couronne nationale.

"Le championnat féminin est de retour et c’est une bonne nouvelle", se réjouit l’ancienne internationale chinoise Sun Wen, qui supervise la compétition en tant que vice-présidente de la Fédération chinoise de football (CFA). "Tout ça fait plaisir à voir. Ça prouve que le football féminin chinois a de la ressource. On ne peut que rendre hommage au courage de ces joueuses."

Solidarité et responsabilité

Footballeuses et équipes techniques ont, semble-t-il, parfaitement su négocier la période de la pandémie de Covid-19. Pendant le confinement, les joueuses chinoises ont continué à s’entraîner chez elles. Elles ont même fait preuve d'une grande créativité dans leurs exercices pour rester en forme, au point que plusieurs de leurs vidéos sont devenues virales.

"Le football est un sport qui réclame beaucoup d’implication", note la Joueuse du Siècle de la FIFA. "En relançant le championnat, nous avons voulu passer un message : notre confiance et notre passion pour le jeu sont intactes. La pandémie nous a posé des problèmes, mais elle nous a également forcés à réfléchir au sens de la vie. Le monde a besoin de solidarité et de responsabilité [pour lutter contre le virus], deux qualités qu’on trouve en abondance chez les footballeuses."

La première phase durera du 23 août au 18 septembre, soit un peu plus de trois semaines. Au cours de cette période, chaque équipe disputera neuf matches. Les quatre premiers continueront leur lutte pour le titre du 28 septembre au 10 octobre, tandis que les autres tenteront d’obtenir le meilleur classement possible.

"Les équipes ont l’habitude de jouer à domicile et à l’extérieur mais, pour des raisons de sécurité, nous avons changé le format. Tous les matches ont lieu au même endroit afin de simplifier les déplacements. La sécurité et la santé des joueuses sont nos priorités. Toutes nos préparations et notre organisation ont été pensées pour répondre aux exigences sanitaires."

Les stars au rendez-vous

La compétition rassemble quelques grands noms du football chinois, mais aussi des étrangères de renom. L’attaquante internationale chinoise Wang Shanshan, la nouvelle recrue de Wuhan, a déjà marqué à quatre reprises, dont un doublé contre Jiangsu, ce qui lui vaut d’occuper la tête du classement des buteuses. À ses côtés, on retrouve l’ancienne Joueuse de l’AFC de l’Année, Mia Xiaoxu, qui a déjà mené Beijing à la victoire à deux reprises.

Mais les expatriées ne sont pas en reste, loin de là. L’attaquante internationale zambienne Barbra Banda (Shanghai) affiche, elle aussi, quatre buts au compteur. Élue Joueuse de la Saison en 2019, l’attaquante malawienne Tabitha Chawinga s’était imposée comme l’une des instigatrices du sacre de Jiangsu. Elle n’a rien perdu de son efficacité, comme en témoignent ses deux réalisations à ce jour.

"Cette saison, nos équipes ont recruté dix joueuses étrangères. Toutes se sont montrées très à leur avantage depuis leur arrivée et elles ont inscrit dix buts au total en deux journées", précise Sun Wen.

La compétition suscite de plus en plus d’intérêt, ce qui laisse à penser que d’autres talents pourraient se révéler. C’est en tout cas l'espoir de notre interlocutrice. "C’est une bonne occasion pour les membres de l’encadrement technique de la sélection de mesurer l’état de forme des unes et des autres. Ils pourront observer nos stars et découvrir de nouveaux visages."

"Personnellement, je souhaite voir émerger de jeunes talents. Nous suivrons de près les joueuses qui ont participé à la Coupe du Monde Féminine U-20. J’espère que ce tournoi marquera l’avènement de nouvelles stars", conclut-elle.

Explorer le sujet

Articles recommandés

4 Jul 1999: Sun Wen #9 of China fights for the ball with Linda Medalen #10 of Norway.

Archives de la Coupe du Monde féminine

Sun Wen, aux origines de la légende

07 févr. 2019