Football féminin

Tableau complet et championnes inspirées

© Getty Images

Les grands championnats féminins européens ont momentanément laissé la place aux sélections ce week-end. L'actualité des équipes nationales a été dominée par plusieurs matches amicaux de prestige, ainsi que par l'attribution du dernier ticket pour l'UEFA EURO féminin 2017. *FIFA.com *fait le point.

*Steffi Jones reste invaincue  *
L'Allemagne n'en finit plus de gagner depuis l'arrivée de Steffi Jones aux commandes. Encore auréolée de son triomphe olympique, la *Nationalmannschaft *a entamé une nouvelle ère en remportant deux matches de qualification pour l'UEFA EURO féminin 2017. Les Allemandes ont dominé l'Autriche et les Pays-Bas en amical. Pour sa 434ème sortie, l'Allemagne a affronté pour la première fois sa voisine autrichienne, à Ratisbonne. Elle en a profité pour offrir à sa nouvelle sélectionneuse son premier succès à domicile. Face à un adversaire volontaire, les championnes olympiques en titre se sont imposées 4:2. Anja Mittag, auteure d'un doublé, Verena Faißt et Lena Petermann, sur penalty, ont scellé le succès allemand. Côté autrichien, Laura Feiersinger et Nina Burger ont sauvé l'honneur.

Trois jours plus tard, la Mannschaft *l'a emporté sur le même score, cette fois face aux *OranjeLeeuwinnen. Mandy Islacker deux fois, Anja Mittag et Tabea Kemme ont trouvé la cible côté allemand. Sherida Spitse et Vivianne Miedema se sont chargées de donner au score des allures plus respectables. Cinq jours auparavant, les Néerlandaises s'étaient livrées à une démonstration de force aux dépens de l'Écosse (7:0).

Les Suédoises ont remporté le premier de leurs deux duels sur un score identique. L'affiche proposée à Göteborg a vu l'Iran se produire pour la première fois en Europe. Les vice-championnes olympiques ont, en revanche, connu davantage de difficultés face à la Norvège, quelques jours plus tard. Les protégées de Pia Sundhage ont bouclé leur calendrier international de l'année 2016 sur un nul vierge. 

Le Portugal s'invite aux Pays-Bas
L'attribution de la dernière place qualificative pour le prochain Euro féminin a donné lieu à un suspense haletant. L'ultime sésame est finalement revenu aux Portugaises, grâce à la règle des buts marqués à l'extérieur. Elles fêtent ainsi la première participation de leur histoire à la phase finale de l'épreuve continentale. A Lisbonne, la première confrontation avec la Roumanie s'était soldée par un nul vierge. Après 90 minutes à Cluj-Napoca, les deux équipes étaient toujours à égalité. La délivrance est finalement venue d'Andreia Norton, auteure d'un but décisif en prolongation. Laura Rus est parvenue à égaliser à neuf minutes du terme, sans toutefois remettre en question la qualification portugaise. Les joueuses de Mirel Albon ont tout tenté pour arracher la victoire dans les dernières minutes, sans succès. Le tirage au sort de la phase finale aura lieu le 8 novembre à Rotterdam.  

Les Belges découvriront à ce moment-là les noms de leurs premiers adversaires. Équipe en forme du moment, les Red Flames ont confirmé en dominant par deux fois la Russie (3:0 et 3:1). La France, l'Angleterre et l'Espagne ont également profité du calendrier international pour se situer. Le choc au sommet entre la France, troisième du Classement féminin mondial de la FIFA, et l'Angleterre, cinquième, s'est terminé sans vainqueur. Les Three Lionesses ont poursuivi leurs préparations pour l'Euro en s'imposant 2:1 devant l'Espagne. Une frappe manquée de Karen Carney déviée dans le but par Marta Torrejón et un superbe coup franc de Steph Houghton ont fait la différence côté anglais. Torrejón s'est rattrapée en sauvant l'honneur espagnol.  

Les États-Unis en démonstration
Deux matches et un verdict sans appel : 9:1. On pourrait ainsi résumer en quelques mots la double confrontation entre les États-Unis et la Suisse. Les *Stars and Stripes *ont largement dominé la première rencontre à Sandy, dans l'Utah, grâce à des buts signés Lynn Williams, qui fêtait sa première sélection, Tobin Heath, Christen Press et Samantha Mewis. Les Américaines ont toutefois dû attendre la seconde période pour faire la différence. Aux côtés de Williams, Abby Dahlkemper, Ashley Hatch, Casey Short et Andi Sullivan ont également honoré leur première sélection.  

La deuxième affiche s'est déroulée à Minneapolis où les protégées de Martina Voss-Tecklenburg ont créé la surprise en ouvrant le score par Sandrine Mauron. La joie des Suissesses a cependant été de courte durée. Carli Lloyd, auteure d'un doublé, n'a pas tardé à remettre de l'ordre dans la partie. Christen Press, Crystal Dunn et Kealia Ohai l'ont imitée pour offrir un large succès (5:1) aux championnes du monde en titre.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

Sinclair lance la fête

22 oct. 2016

Football féminin

Départs canons, arrivées en trombe

18 oct. 2016

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2007™

Salisbury change le destin des Matildas

08 oct. 2016