Football féminin

Vilda : "Ambition, espoir et travail acharné"

Jorge Vilda coach of Spain
© Getty Images

L'Espagne féminine a un nouvel entraîneur. Après 27 ans de bons et loyaux services, Ignacio Quereda a présenté sa démission, pour être remplacé par Jorge Vilda, jusqu'ici entraîneur de la sélection U-19.

Vilda, qui a hérité sa passion pour le football féminin de son père Ángel, avec qui il a commencé à travailler il y a huit ans dans les catégories inférieures de la sélection féminine, a joué un rôle-clé dans les progrès effectués par la Rojita depuis quelques années. Sous ses ordres, elle n'a manqué le podium européen qu'en 2012. Elle a terminé troisième de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Trinité-et-Tobago 2010 et deuxième à Costa Rica 2014. Ensuite, il a pris les rênes de la sélection U-19, qu'il a conduite jusqu'en finale du Championnat d'Europe de la catégorie.

À 34 ans, Jorge Vilda, qui a figuré dans les dix finalistes pour le prix de l'Entraîneur de l'Année FIFA pour le football féminin en 2010 et 2014, a comme mission de reproduire cette réussite avec les seniors. FIFA.com a rencontré le technicien originaire de Madrid peu de temps après sa nomination.

M. Vilda, en cette période de transition, que pouvez-vous apporter de neuf à l'Espagne ?
Avant tout de l'ambition, de l'espoir et du travail acharné, avec l'objectif d'obtenir la qualification pour l'EURO 2017 aux Pays-Bas. Nous allons essayer de reproduire le travail effectué dans les catégories inférieures. Nous allons maintenir le même style, en apportant une touche et des concepts personnels.

C'est-à-dire ?
Depuis toujours à la Fédération espagnole, nous essayons d'insuffler la même philosophie de jeu dans toutes les catégories afin de faciliter les transitions d'une classe d'âge à une autre. Avec les seniors oui, nous allons faire quelques changements, mais actuellement, nous sommes toujours dans une phase de planification et de définition. Il est trop tôt pour dire les choses plus concrètement.

Quel est votre plan de travail dans le futur proche ?
Nous avons plusieurs rendez-vous FIFA en septembre et j'ai bien l'intention d'organiser un stage de préparation plusieurs jours avant notre premier match, pour pouvoir travailler intensément. Nous en profiterons pour poser les bases du travail à effectuer en vue du match contre la Finlande, en octobre.

Que vous a dit votre prédécesseur ?
Il m'a souhaité bonne chance et m'a dit qu'il restait à ma disposition en cas de besoin.

Les grands débuts de la Roja en Coupe du Monde Féminine de la FIFA, à Canada 2015, ont été décevants, avec l'élimination dès la phase de groupes. Cela a entraîné une certaine tension entre les joueuses et l'entraîneur. Les joueuses ont demandé un changement de cap et ont fini par l'obtenir. Tout cela augmente-t-il la pression et les attentes autour de vous ?
La pression, je m'en mets beaucoup plus tout seul que tout ce qui peut venir de l'extérieur. C'est la pire pression, je le sais, mais c'est comme ça que je fonctionne dans ma tête. Je ne peux rien y changer. En même temps, cela m'aide à créer une sorte d'armure pour que la pression extérieure ne m'affecte pas.

La situation vécue par vos joueuses lors de la Coupe du Monde au Canada va-t-elle laisser des séquelles ? Va-t-il falloir effectuer un travail spécifique sur le plan du mental et de la motivation ?
Non, pas du tout. Ce sont des joueuses très professionnelles et je sais qu'au moment de reprendre l'entraînement, toutes ces émotions appartiendront déjà au passé. Je suis certain qu'elles vont arriver dans les meilleures conditions possibles pour entamer un nouveau cycle et qu'elles vont consacrer toute leur énergie à essayer de faire mieux à l'avenir.

Avez-vous déjà parlé avec les joueuses ?
Oui, elles m'ont assuré de leur soutien et m'ont déjà fait part de leurs encouragements. Elles sont prêtes à travailler et ont beaucoup d'ambition et d'espoir quant à la suite, au travail à effectuer et aux compétitions à venir.

Quel est le message qui vous a le plus touché parmi ceux que vous avez reçu ces derniers jours ?
Quand ma nomination a été rendue publique, avant de regarder mes messages, j'ai passé un coup de fil. A mon père, bien sûr. Il a toujours été mon mentor et c'est à lui que je dois ce que je suis devenu, aussi bien au niveau personnel que footballistique. Le premier appel a été pour lui. Il était très heureux.

Vous a-t-il donné un conseil ?
Ce n'est pas son genre. Je sais que si j'ai des doutes, il sera là pour m'écouter. Mais il ne me donne pas de conseils si je ne demande rien. C'est un homme qui a une vraie vision du futur. Son soutien m'a toujours été très précieux.

Comment expliquez-vous la difficulté de reproduire chez les seniors la réussite des sélections espagnoles de jeunes ?
Il y a d'une part le fossé toujours assez important entre les meilleures équipes féminines de la planète et notre sélection. Il faudrait par exemple avoir un championnat plus compétitif. Nous travaillons dans ce sens. Ensuite, l'exode de nos meilleures joueuses vers les plus grands championnats européens ne nous aide pas. Et puis, nous devons être patients, car les joueuses qui ont atteint des phases finales de Coupe du Monde dans les catégories inférieures n'ont pas terminé leur développement. Elles doivent acquérir plus de maturité pour pouvoir former un groupe plus compétitif, avec plus d'expérience internationale.

Vous avez suivi la dernière Coupe du Monde depuis l'Espagne. Comment l'avez-vous vécue ?
La Coupe du Monde a été très suivie en Espagne. Ça m'a surpris. Je savais que les gens s'y intéresseraient, mais à ce point-là… Beaucoup de gens ont regardé les matches en direct, malgré le décalage horaire important. On peut dire que le football féminin est arrivé dans les foyers ainsi que dans les médias. J'espère qu'il ne s'agit pas d'un phénomène éphémère et que nous allons pouvoir surfer sur cette vague pour que le foot féminin obtienne la reconnaissance qu'il mérite dans les médias et dans la société.

Explorer le sujet

Articles recommandés

République de Corée 2:1 Espagne en vidéo

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

République de Corée 2:1 Espagne en vidéo

18 juin 2015

Brésil 1:0 Espagne en vidéo

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

Brésil 1:0 Espagne en vidéo

13 juin 2015

Espagne 1:1 Costa Rica

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

Espagne 1:1 Costa Rica

09 juin 2015

Costa Rica 2014 : Japon 2:0 Espagne

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2014

Costa Rica 2014 : Japon 2:0 Espagne

06 mars 2015

Costa Rica 2014 : Italie 0:2 Espagne

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2014

Costa Rica 2014 : Italie 0:2 Espagne

04 mars 2015

Costa Rica 2014 : Nigeria 0:3 Espagne

Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2014

Costa Rica 2014 : Nigeria 0:3 Espagne

03 mars 2015