Suivez nous sur
Football féminin

Sawa, une légende en cinq temps

(FIFA.com)
Japan's Homare Sawa
© Getty Images

En plus de l'Américaine Abby Wambach, une autre légende du football féminin a annoncé qu'elle mettait un terme à sa longue et riche carrière : Homare Sawa. Débuté il y a près de 25 ans, le voyage de la footballeuse japonaise restera placé sous le double signe de la grandeur et du talent. Son parcours a été jalonné de récompenses et de distinctions. Elle détient le record de sélection en équipe du Japon avec 205 capes (pour 83 buts). Son nom est désormais indissociable d'un événement historique pour le Japon et le football féminin en général : la victoire des *Nadeshiko *en finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2011™.

*FIFA.com *s'est penché sur cinq moments décisifs dans la carrière de la numéro 10 japonaise.

*Des débuts discrets *
À l'époque des grands débuts de Homare Sawa sur la scène mondiale, le football féminin présentait un visage bien différent de celui que nous lui connaissons aujourd'hui. En 1995, moins de 4 000 spectateurs étaient présents dans la petite ville suédoise de Karlstad pour voir une jeune Japonaise de 16 ans défier l'Allemagne, championne d'Europe en titre. La *Mannschaft *était sortie victorieuse de cette confrontation grâce à un but de Silvia Neid. À l'époque, qui aurait pu prédire une telle carrière à la jeune milieu de terrain ? Sawa a participé à six éditions de l'épreuve suprême, un record toutes disciplines confondues qu'elle partage avec la Brésilienne Formiga. Sawa totalise aujourd'hui 24 matches au plus haut niveau, au cours desquels elle a trouvé le chemin des filets à huit reprises.

*Un été magique en Allemagne *
La chose peut paraître incongrue aujourd'hui, mais le Japon abordait l'édition 2011 en position d'outsider. Le bilan des *Nadeshiko *était alors famélique : trois victoires en 16 matches et une apparition en quarts de finale en cinq participations. En l'espace de quelques semaines, Sawa et ses partenaires ont successivement battu l'Allemagne, la Suède et les États-Unis pour s'adjuger le plus convoité des trophées. La capitaine Sawa s'est rapidement imposée comme l'architecte de ce triomphe. Lauréate du Soulier d'Or adidas de la compétition, notre héroïne a trouvé le chemin des filets à cinq reprises, s'adjugeant également au passage le Ballon d'Or adidas de l'épreuve. En égalisant à la 117ème minute de jeu, elle a permis à son équipe d'atteindre la séance de tirs au but. Cette reprise victorieuse est encore considérée comme l'un des symboles de cette édition allemande.  

*Étincelante sur ses terres *
Fait peu connu, Sawa a débuté sa carrière en club à l'âge de 12 ans. Elle a passé 13 saisons dans le plus grand club du Japon, le NTV Beleza. En 2011, elle a cependant rejoint l'INCA Kobe Leonessa, ouvrant ainsi l'une des périodes les plus fastes de l'histoire de cette équipe. Tout au long de sa carrière, la Japonaise a amassé 11 couronnes nationales. Bien entendu, les mois qui ont suivi Allemagne 2011 se sont révélés parmi les plus riches. L'INAC Kobe évoluait régulièrement devant plus de 20 000 spectateurs. Au sein d'une équipe composée de stars, Sawa faisait figure de joyau de la couronne. Dans ce contexte, elle a incarné à la perfection la passion de tout un pays pour le football féminin. Son visage s'est retrouvé sur des affiches, à la télévision et dans de nombreuses campagnes publicitaires. Selon le site d'information japonais Sponichi Annex, des supporters auraient même campé devant sa maison en 2011, au sommet de sa gloire.

*Parmi les plus grandes *
Sawa appartient à une petite élite d'athlètes féminines qui ont disputé quatre Tournois Olympiques de Football Féminin. Sans doute aurait-elle pu ajouter une cinquième participation à son actif si elle avait choisi de repousser son départ. En effet, les qualifications pour Rio 2016 débuteront au mois de février. En 2012, les Japonaises ont prouvé que leur succès en Allemagne ne devait rien au hasard en décrochant la médaille d'argent. Sawa a encore brillé tout au long de la compétition, même si le brassard de capitaine avait été confié cette fois à Aya Miyama. En dépit de la défaite en finale, la présence du Japon sur le podium peut être considérée comme un tournant. Deux ans plus tard, les *Nadeshiko *ont réalisé un nouvel exploit en remportant la Coupe d'Asie Féminine de l'AFC pour la première fois de leur histoire. Bien entendu, Sawa était présente en finale pour prendre part à cet événement historique.   

*Style et élégance *

En janvier, le gotha du football mondial sera à nouveau réuni à Zurich à l'occasion du Gala FIFA Ballon d'Or. Il y a quatre ans, Lionel Messi avait fait les gros titres, mais Homare Sawa n'était pas passée inaperçue non plus. L'internationale japonaise a beau défier les conventions, elle a fait tourner bien des têtes en foulant le tapis rouge vêtue d'un magnifique kimono. Un peu plus tard dans la soirée, elle est devenue la première Asiatique (hommes et femmes confondus) à remporter la plus prestigieuse des récompenses de la planète football. Par bien des aspects, l'attitude de Sawa en cette soirée de l'hiver 2012 reflétait celle affichée en permanence sur le terrain : élégante et triomphante.

Articles recommandés

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

Souvenirs de Coupe du Monde : Homare Sawa

07 juin 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

Sawa (2011 : JPN - USA)

08 mai 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2007™

Classique : Japon - Angleterre (2007)

28 juin 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

Homare Sawa (Japon)

20 juin 2015

FIFA Ballon d'Or

Homare Sawa au Gala FIFA Ballon d'Or 2011

10 janv. 2012

Football féminin

Un mois au féminin : novembre 2015

30 nov. 2015

Football féminin

L'Asie tous azimuts

04 déc. 2015

Football féminin

Wambach en dix actes

16 déc. 2015