Jouer une Coupe du Monde à domicile est une expérience unique, à multiples facettes, où le soutien du public s'accompagne généralement d'une forme de pression. La milieu de terrain Sophie Schmidt vient de vivre cette aventure en Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015™.

La sélection canadienne a toujours évolué dans des stades pleins à craquer, battant au passage des records de couverture médiatique dans le pays. Au premier tour, les Canucks ont terminé premières de leur groupe, en ne marquant pourtant que deux buts en trois rencontres. Après avoir bien négocié leur huitième de finale, les Canadiennes ont cédé en quart face à une Angleterre solide, mais qui n'en paraissait pas moins prenable.

Six semaines après l'élimination cette déception vécue à Vancouver, Schmidt prend du recul pour livrer son analyse. "Le fait de jouer à domicile est toujours source de pression, car les gens attendent beaucoup de vous", explique-t-elle à FIFA.com. "Mais la plus grosse pression est venue de nous-mêmes. Nous voulions aller le plus loin possible pour notre pays et pour que tous nos compatriotes puissent être fiers. À la moindre erreur ou quand nous manquions de réussite, cette pression revenait invariablement. Autant que possible, nous avons essayé d'utiliser la pression comme source de motivation et d'énergie."

Envie de rester au lit
La milieu de terrain a mis cette motivation dans ses courses incessantes pour faire le lien entre la défense et l'attaque canadiennes. Mais elle assure que pendant le tournoi, elle n'était pas consciente de l'ampleur des choses, en restant concentrée sur les tâches immédiates. "Quand nous avons été éliminées, j'ai eu une sensation d'épuisement beaucoup plus mental que physique", admet-elle. "Cela faisait des mois que nous ne pensions qu'à la Coupe du Monde donc forcément, quand tout s'est arrêté, il y a eu un gros vide. J'ai eu envie de rester au lit pendant une semaine pour recharger les batteries", ajoute Schmidt en rigolant.

Schmidt et ses coéquipières ont quand même eu un impact au pays. Plus de 50 000 personnes ont assisté au match d'ouverture des Canucks face à la RP Chine, à Edmonton, la plus grande affluence pour un match d'une équipe du Canada à domicile, toutes disciplines confondues. Ce record a ensuite été battu à plusieurs reprises par les matches disputés à Vancouver. "J'espère que nous avons donné envie aux jeunes filles de réaliser leur rêve. J'espère que plus de gens regarderont désormais le football, que plus de filles et de pères auront envie de jouer au foot ensemble", confie Schmidt. "Si cela arrive, l'équipe deviendra encore plus forte."

Si l'un de ses meilleurs souvenirs de cette Coupe du Monde restera le soutien des fans, sa principale déception est de ne pas avoir réussi à marquer plus de buts. "Nous n'avons pas grand-chose à nous reprocher", ajoute-t-elle cependant. "Il y a toujours un sentiment de déception quand vous ne gagnez pas un tournoi. Mais sur l'ensemble de la compétition, le bilan est très positif. J'espère que cette Coupe du Monde en général et les stades pleins en particulier auront un impact sur l'avenir du football féminin au Canada."

Retour aux sources
Schmidt, qui parle couramment allemand en raison des origines de sa famille, voulait depuis longtemps évoluer dans le championnat d'outre-Rhin. Son souhait vient d'être exaucé, sous la forme d'une signature au 1.FFC Francfort. "C'est énorme pour moi", estime-t-elle au sujet de son transfert. "Énorme et un peu irréel. C'est un très grand club et nous allons jouer la Ligue des champions. L'équipe a de grosses ambitions et moi aussi. En Allemagne, le football fait partie de la vie de tous les jours. Je suis vraiment très heureuse à l'idée d'évoluer dans cet environnement."

Dans l'immédiat, Schmidt va se concentrer sur la Bundesliga, qui est sur le point de débuter. En février prochain, on devrait la retrouver dans l'équipe du Canada qui disputera les qualifications de la CONCACAF pour le Tournoi Olympique de Football Féminin, Rio 2016. À 27 ans, elle envisage la prochaine édition des Jeux Olympiques avec une motivation particulière, au regard de la médaille de bronze remportée il y a trois ans à Londres. "J'espère que nous allons rester sur la dynamique de la Coupe du Monde. C'est bien d'avoir un autre grand rendez-vous à une échéance pas trop éloignée", juge-t-elle. "Le Tournoi Olympique a une saveur particulière, différente de celle de la Coupe du Monde. Et puis, après la médaille de bronze d'il y a trois ans, nous savons que nous sommes capables de réussir quelque chose à Rio."

Articles recommandés

Coupe du Monde Féminine de la FIFA™

Angleterre - Canada en images

28 juin 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA™

Le Père La Victoire d'une famille nombreuse

22 juin 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA™

Entrée savoureuse pour l'hôte

07 juin 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA™

Angleterre 2:1 Canada en vidéo

28 juin 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA™

Canada 1:0 Suisse en vidéo

22 juin 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA™

Pays-Bas 1:1 Canada en vidéo

16 juin 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA™

Canada 0:0 Nouvelle-Zélande en vidéo

12 juin 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA™

Canada 2015 : les fans dans tous leur états

08 juin 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA™

Canada 1:0 RP Chine en vidéo

07 juin 2015