Tournoi Olympique de Football Féminin, Tokyo 2020

Tournoi Olympique de Football Féminin, Tokyo 2020

21 juillet - 6 août 2021

Tokyo 2020 (F)

Un tirage équilibré et commenté

Japan women's national football team head coach Asako Takakura watches the Tokyo 2020 Olympic Football Tournament draws 
© Others
  • Le sort a parlé pour le Tournoi Olympique de Football de Tokyo 2020
  • Le Japon, hôte, ouvrira contre le Canada dans le Groupe E
  • Florilège de réactions suite au tirage au sort

Une étape cruciale sur la route de Tokyo 2020 a été franchie ce mercredi 21 avril avec le tirage au sort officiel à Zurich du Tournoi Olympique de Football Féminin de Tokyo 2020.

Le Japon, pays hôte, affrontera le Canada lors de son match d'ouverture dans le groupe E, où il affrontera également la Grande-Bretagne et le Chili. Le Groupe G s'annonce particulièrement passionnant avec les deux co-hôtes de la prochaine Coupe du Monde Féminine de la FIFA™, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, mais aussi les États-Unis qui retrouveront les Suèdoises qui les ont éliminés aux tirs au but lors de Rio 2016. Enfin, la RP Chine, le Brésil, la Zambie et les Pays-Bas constituent le Groupe G.

Tokyo 2020 : Official Draw Reults (Women)
© FIFA.com

Groupe E

"Nous avons tous été déçus de manquer les Jeux Olympiques de 2016 et nous n’avons pas oublié ce sentiment. Les joueuses sont heureuses d'être de retour dans le tournoi et sont conscientes de la responsabilité qu'elles portent. Nous sommes tombées sur des équipes fortes, comme chez les hommes, mais c’est formidable pour nous. Nous devons bien analyser ce qui nous attend et gérer au mieux. L'esprit d'équipe sera la clé." - Asako Takakura, sélectionneuse du Japon

"Nous sommes tombés dans un groupe très excitant, c'est certain. Le Japon est une équipe extrêmement talentueuse et une grande puissante du football féminin depuis de nombreuses années. Le Canada est une autre très bonne équipe, très physique, comme nous l'avons vu récemment contre l'Angleterre et le Pays de Galles. Le Chili n’est pas une équipe que je connais aussi bien, mais ils ont réalisé une performance très impressionnante contre le Cameroun pour se qualifier pour la première fois de leur histoire." Hege Riise, sélectionneuse de la Grande Bretagne

Riise-Wilkinson, deux monuments pour les Trois Lionnes

Lire également

Riise-Wilkinson, deux monuments pour les Trois Lionnes

Groupe F

"Nous aborderons ces Jeux Olympiques avec optimisme et essayerons de montrer la mentalité des Roses d'Acier. Nous espérons que nos joueuses pourront montrer au monde ce dont elles sont capables" - Jia Xiuquan, sélectionneur de la RP Chine

"La Chine est une équipe technique, aussi une équipe solide, cohésive et agressive. Elles arriveront parfaitement préparées pour cette compétition. Les Pays-Bas ont disputé la finale de la Coupe du Monde et nous savons que c'est une très bonne équipe dont nous connaissons bien les joueuses. Enfin, la Zambie, que nous aurons la chance de pouvoir étudier un peu comme nous les jouons en dernier, mais ce que j'ai vu me dit est qu'elles sont très fortes, rapides et bien organisés." - Pia Sundhage, sélectionneuse du Brésil

Interview de Pia Sundhage

Lire également

Interview de Pia Sundhage

Groupe G

"Il est difficile pour le moment de dire si c'est un bon tirage au sort. Bien sûr, il y a trois bons adversaires qui attendent, mais d'un point de vue logistique, il semble que ce sera une bonne configuration. Comme toujours lorsque vous abordez une compétition, le premier match est primordial. Ce sera bien sûr un sacré défi d'affronter les États-Unis en premier." - Peter Gerhardsson, sélectionneur de la Suède

"Nous avons un grand respect pour nos trois adversaires dans ce groupe et nous savons que ce tournoi nous poussera à dépasser nos limites à la fois mentalement et physiquement. Chaque match nous mettra au défi techniquement et tactiquement. Nous ferons tout ce que nous pouvons ces prochains mois pour réussir" - Vlatko Andonovski, sélectionneur des USA

"De toute évidence, c'est un tirage au sort difficile. Mais cela signifie aussi que nous connaissons bien nos futurs adversaires. Il y a la Suède que je connais naturellement très bien, les États-Unis pour qui j'ai travaillé pendant plusieurs années... Et puis évidemment, tout mon staff connait très bien la Nouvelle-Zélande. Nous avons donc une idée claire de qui nous attend" - Tony Gustavsson, sélectionneur de l'Australie

Explorer le sujet

Articles recommandés