Leonardo Cuellar, sélectionneur du Mexique
Notre équipe était très jeune et la pression au Mexique était immense. Encaisser un but dès la première minute a rendu notre tâche compliquée et la France est très forte : elle l'a montré aujourd'hui et poursuit donc l'aventure. Nous savions que ce serait difficile pour nous de gagner face à la France, mais en plus, nous avons donné le bâton pour nous faire battre avec ce but d'entrée de jeu. Nous pensions pouvoir aller plus loin et nous savions qu'il fallait trouver le moyen d'atteindre notre objectif, qui était une qualification pour les huitièmes de finale, et nous n'y sommes pas parvenus. Nous n'avons aucune excuse.

Philippe Bergeroo, sélectionneur de la France
Quand on gagne 5:0, l'entraîneur est toujours content. Les filles ont rendu le match facile, on avait travaillé tactiquement pour aller les chercher haut, gêner leur relance. On va essayer de récupérer et d'analyser ce match, mais on sait qu'on a très bien joué. On ne peut pas gagner tous les matches, ce n'est pas toujours facile, mais il faut toujours garder confiance en son équipe et protéger le groupe. Au tirage au sort, j'avais dit que c'était un groupe difficile, qu'il ne fallait pas le prendre à la légère, et on s'est mis en grosse difficulté en perdant contre la Colombie. On est sortis du groupe, ce qui était le premier objectif, on respire un peu.