Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

7 juin - 7 juillet

France 2019 - Brésil

Aline déjà fière de ses héritières

© Getty Images
  • La finaliste de la Coupe du Monde 2007 affirme que les jeunes talents peuvent briller
  • Si Marta reste "la meilleure joueuse du monde", d'autres peuvent émerger
  • Le football féminin s'est développé au Brésil par rapport à l'époque où Aline était à son apogée

L'Amérique du Sud brille par son football flamboyant et cette confiance en soi pour essayer un nouveau geste qui réussira ou pas, mais qui a le potentiel de charmer le public. Mais jusqu'à présent, la région n'a eu qu'un seul finaliste en Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ : le Brésil en 2007.

La tour de contrôle de la défense brésilienne à cette occasion, Aline, avait la tâche ingrate de barrer la route à l'une des légendes du football féminin allemand, Birgit Prinz, qui évoluait au sein d'une formation constellée de talents. Dans cette finale disputée à Shanghai, c'est l'Allemagne qui s'imposera sur le score de 2-0.

© Foto-net

Nervosité et impatience

Mais malgré cette défaite, la défenseuse à la retraite, qui travaille aujourd'hui comme coordinatrice de football dans son pays, estime que cette finale disputée il y a 12 ans a été le point culminant de sa carrière. "Battre les États-Unis 4-0 en demi-finale, puis être si près de gagner le trophée en disputant la finale, tout cela a rendu le tournoi très spécial pour moi", raconte-t-elle. "Bien sûr, le résultat n'est pas très bien passé au sein de l'équipe, mais nous avons réalisé un si beau parcours jusqu'en finale… Et puis c'est la période où j'ai pratiqué mon meilleur football."

Pour avoir représenté son pays à deux Coupes du Monde, Aline sait exactement ce que les Brésiliennes ressentent dans la dernière ligne droite menant à la prochaine édition de la compétition, cet été en France.

"Nervosité" et "impatience" sont les termes qu'elle utilise pour décrire les dernières semaines de préparation avant un tournoi. Elle ajoute aussi que si vous enlevez cela, alors autant arrêter de jouer... "Chaque joueuse professionnelle vit les semaines et les mois qui précèdent le tournoi dans un état de nervosité et d'excitation constantes", précise-t-elle. "Quand vous cessez de ressentir cela, c'est le signe qu'il est temps d'arrêter, car ça fait partie du jeu d'être anxieuses et impatientes à l'idée de jouer de grands matches de Coupe du Monde."

© Getty Images

Prêtes pour la scène mondiale

Le Brésil a été versé dans le même groupe que l'Australie, l'Italie et la Jamaïque. Les Sud-Américaines compteront une nouvelle fois sur leur technique, leur expérience et le caractère imprévisible de leur football pour essayer de prendre le meilleur sur leurs trois adversaires.

Marta sera présente. L'attaquante devrait à elle seule focaliser une bonne partie de l'attention des défenses adverses. Cela dit, Aline souligne que France 2019 sera également l'occasion de briller pour d'autres joueuses, comme la jeune Ludmila da Silva, qui évolue actuellement à l'Atlético de Madrid. "Marta représente toujours un point essentiel, mais d'autres joueuses comme Ludmila et Adriana seront aussi importantes que Marta. Elles montreront leur potentiel au reste du monde et j'espère qu'elles feront de bonnes prestations durant ces matches", annonce-t-elle.

© Getty Images

Aline s'est confiée à l'occasion de la dernière étape de l'actuelle Tournée du Trophée de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™, qui s'est arrêtée à Rio de Janeiro le 10 mars dernier. Elle espère que le prochain séjour du Trophée au Brésil sera beaucoup plus long...

Toutefois, elle sait aussi qu'au vu de la croissance du football féminin dans le monde entier, la concurrence va être plus féroce que jamais pour la conquête du Graal. "Il y a énormément de compétition dans le monde entier, mais le niveau du football a progressé au Brésil aussi", juge-t-elle. "Par le passé, nous n'avions pas de championnats de jeunes. Aujourd'hui, nous avons deux ligues seniors et une pour les jeunes. De nos jours, il est possible de trouver de très bonnes joueuses dans les clubs brésiliens, ce qui améliore le niveau. Cela va nous aider pour l'avenir."

© Getty Images

Explorer le sujet

Articles recommandés

France 2019 - Brésil

Marta, un top 3 made in USA

11 mars 2019

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019™

Gilberto Silva : "N'écoutez pas ceux qui doutent"

11 mars 2019