Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015

7 juin - 7 juillet

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

Angerer, le mur qui rassure

Nadine Angerer #1 of Germany allows a goal on a penalty kick
© Getty Images

"Heureusement que nous avons Nadine", affirmait la sélectionneuse de l'Allemagne Silvia Neid après la partie. La même pensée a dû traverser la tête des cinq joueuses de la Nationalmannschaft volontaires pour frapper un tir au but contre la France. Le soulagement de savoir qu'elles pourraient toujours compter sur leur gardienne en cas d'échec était tangible. "Nous savons toutes de quoi elle est capable. Elle nous donne un supplément de confiance", affirmait au micro de **FIFA.com l'une des tireuses, Dzsenifer Marozsan.

Cette fois inébranlable en Nadine Angerer était justifiée. Voici pourquoi : Finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, RP Chine 2007™ : l'Allemagne mène 1:0, mais concède un penalty. Nadine s'interpose sur la tentative de Marta et maintient son équipe sur le chemin d'un sacre à venir. Finale de l'UEFA EURO féminin 2013 : 0:0 avec la Norvège et Trine Rønning s'apprête à frapper un penalty. Nadine l'arrête. Puis l'Allemagne ouvre la marque, les Norvégiennes obtiennent un deuxième penalty. Cette fois, Solveig Gulbrandsen s'élance, mais Nadine repousse à nouveau.

Le 26 juin à Montréal, la belle histoire s'est enrichie d'une ligne. "Tu m'en arrêtes deux", lui dit Silvia Neid avant la série de tirs au but. "Seulement deux ?", lui répond la gardienne avec son ironie habituelle. "Je n'en ai arrêté qu'un", ira même confier le dernier rempart à Neid une fois la victoire scellée. "Quand je suis sur la ligne, je ne pense à rien d'autre qu'à arrêter le penalty. Je n'ai pas de méthode particulière. J'essaie d'attendre le plus possible, de bien choisir le côté, puis je plonge. Ce n'est pas une tactique, plus une intuition", explique la capitaine allemande. "Michael Fuchs (entraîneur des gardiennes) étudie bien nos adversaires et me donne des conseils. Il me dit quelle est la tendance de chaque joueuse. Après, c'est moi qui décide de l'écouter ou non. Mais c'est une autre histoire…"

De l'intuition certes, mais surtout beaucoup d'entraînement. "Toute l'année, nous travaillons les penalties, à chaque entraînement. C'est une routine qui fait partie de notre système, pas seulement avant les grands tournois. Cela explique que nos joueuses soient à l'aise quand vient le moment des tirs au but. Après chaque séance d'entraînement, elles tirent des penalties. Ça les aide à se concentrer", confie la sélectionneuse allemande.

Du mal à respirer 
"Après avoir arrêté le penalty, je me suis sentie complètement vide, et heureuse. Ce fut un match très intense et après la séance de tirs au but, j'ai eu une montée d'adrénaline", explique Angerer. Quant à Neid, elle a avoué avoir été doublement soulagée par l'exploit de sa gardienne, non seulement parce que son équipe a été "dominée dans tous les domaines", mais également parce qu'elle a eu beaucoup de mal à réunir cinq tireuses. "J'ai demandé s'il y avait des volontaires. Il y en avait quatre. Il en manquait une et j'ai demandé à *Jenny *Marozsan. Elle s'était tordu le genou peu de temps auparavant et avait toujours mal, mais elle a accepté immédiatement. Pendant la série, je priais pour qu'on n'ait pas besoin d'une sixième frappeuse car je sais que dans ces situations, il est très difficile de demander à une joueuse de tirer un penalty, car chaque tentative devient décisive", explique Neid.

Angerer est intervenue in extremis. Claire Lavogez était la cinquième tireuse tricolore et avant elle, les cinq Allemandes et les quatre Françaises avaient converti leur tentative. Lavogez s'élance, Angerer bondit sur son côté gauche et repousse le ballon du genou. Sa légende grandit encore et quand Silvia la serre dans ses bras en guise de remerciement, l'étreinte est si forte que l'héroïne de la soirée a bien du mal à respirer.

Cinq fois championne d'Europe, championne du monde en 2003 sans avoir passé une seule minute sur la pelouse, puis de nouveau en 2007, cette fois comme titulaire à chaque match et sans concéder le moindre but, lla gardienne de Portland Thorns a déjà annoncé qu'elle prendrait sa retraite internationale après Canada 2015. Face à la France, le navire allemand a beaucoup tangué. S'il n'a pas sombré, c'est en définitive grâce à Angerer. Et si l'Allemagne doit remporter une troisième Coupe du Monde, elle le devra sans doute beaucoup à sa gardienne mythique.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Allemagne 1:1, 5:4 t.a.b. France en vidéo

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

Allemagne 1:1, 5:4 t.a.b. France en vidéo

27 juin 2015

L'Allemagne trop forte en 2007

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2007™

L'Allemagne trop forte en 2007

25 juin 2015