Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

7 juin - 7 juillet

France 2019 - Arbitrage

Collina évoque les VAR, les penalties et l'arbitrage

FIFA Referees Committee Pierluigi Collina speaks to the media following a FIFA referees training session ahead of the Women's World Cup France 2019 on June 04, 2019 in Paris, France. 
© Getty Images
  • Pierluigi Collina répond aux questions qui entourent l'arbitrage de France 2019
  • Il revient sur l'utilisation des VAR et l'application des Lois du Jeu récemment amendées
  • Collina : “Les performances des arbitres correspondent à nos attentes”

Alors que la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™ entre dans sa seconde phase, le moment est venu pour les personnes associées au tournoi de dresser un premier bilan et d'établir la liste des réussites et des difficultés rencontrées.

Les arbitres et leurs superviseurs ne font pas exception à la règle. Pierluigi Collina, président de la Commission des Arbitres de la FIFA, a répondu aux questions et aux critiques suscitées par le premier tour.

La phase de groupes de la Coupe du Monde Féminine vient de s'achever. Quelles sont vos premières impressions
Elles sont très positives. La Coupe du Monde Féminine 2019 suscite un vif intérêt, même dans les pays où le football féminin n'est pas très populaire. Nous voulions créer le "Moment de briller" ; je pense que nous y sommes arrivés.

Êtes-vous satisfait de la prestation des arbitres ?
Leurs performances correspondent à nos attentes. Le département de l'Arbitrage de la FIFA, et notamment Kari Seitz, chef de projet pour France 2019, travaille sans relâche aux côtés des arbitres depuis plusieurs années. Nous avons retenu 24 équipes arbitrales originaires de six confédérations pour la phase de groupes. Toutes ont fait preuve d'un engagement irréprochable et de qualités intéressantes.

Le 2 mars, l'International Football Association Board (IFAB) a promulgué un certain nombre de modifications aux Lois du Jeu. Ces changements sont entrés en vigueur quelques jours avant le début de la Coupe du Monde Féminine en France et sont donc appliqués pour la première fois dans une compétition FIFA. Le résultat est-il satisfaisant ou ces nouveautés ont-elles donné lieu à des malentendus ou à des interprétations erronées ?
Les changements sont entrés en vigueur le 1er juin, mais les 24 équipes arbitrales ont été informées dès l'annonce de la décision, le 2 mars. De plus, elles ont pu appliquer les nouvelles Lois lors des matches amicaux disputés entre mars et juin. Enfin, en arrivant dans leurs QG respectifs, les équipes ont reçu la visite d'un membre du département de l'Arbitrage de la FIFA afin d'apporter les précisions nécessaires aux joueuses et aux sélectionneurs.

En conséquence, ces changements ne sont pas une surprise. Tout le monde a été prévenu et a eu le temps de se familiariser avec cette nouvelle donne. La nouvelle procédure pour les dégagements de la gardienne ont rendu le jeu plus fluide. La nouvelle méthode pour les remplacements nous a permis de gagner du temps. En écartant les attaquantes des murs défensifs, nous avons résolu certains des problèmes que nous avions rencontrés par le passé. Pour le moment, l'attitude des officiels d'équipe est très satisfaisante. Enfin, les penalties sont tirés correctement. Autrefois, les gardiennes les arrêtaient souvent en avançant depuis la ligne de but.

Vous évoquez les penalties. Il s'agit sans doute du sujet le plus débattu et le plus critiqué en lien avec l'utilisation des VAR. La règle elle-même a fait couler beaucoup d'encre. Comment expliquer clairement le concept à tout le monde ?
Avant toute chose, je tiens à rappeler que, pendant longtemps, le gardien de but devait garder les deux pieds sur la ligne de but jusqu'à ce que le tireur ait frappé. Cette situation rendait les arrêts très difficiles pour les gardiens. Il était en outre difficile à l'arbitre de faire appliquer pleinement le règlement. Quand nous en avons pris conscience, nous avons discuté de ce problème avec les joueurs et les entraîneurs. Nous avons finalement décidé d'aider les gardiens en les autorisant à n'avoir qu'un pied sur la ligne, au lieu de deux. Ce changement leur a simplifié la vie et il est désormais plus facile pour eux de respecter cette nouvelle Loi, par rapport à la version antérieure. Si une loi existe, les arbitres doivent la faire respecter, surtout lorsque des outils comme les VAR ou la technologie sur la ligne de but sont à leur disposition.

Pour les décisions factuelles, le nombre de centimètres importe peu. Si le ballon passe la ligne de quelques centimètres, il faut accorder le but. Si une faute est commise dans la surface à quelques centimètres près, il faut siffler penalty. C'est la même chose pour les hors-jeu : il n'y a pas de petit ou de grand hors-jeu. Il n'y a que des hors-jeu. Aujourd'hui, les arbitres ne peuvent plus se défausser en cas d'erreur car les VAR et la technologie sur la ligne de but sont là pour les aider. En conséquence, si un gardien de but commet une infraction en avançant avant que le penalty ne soit tiré, le VAR n'a pas d'autre choix que d'intervenir et d'informer l'arbitre que le penalty doit être tiré à nouveau et le gardien sanctionné.

La situation est différente dans le cas d'autres joueurs qui avancent car ils sont sous le contrôle de l'arbitre. Les VAR ne peuvent intervenir, sauf si les joueurs en question sont directement impliqués dans l'action - par exemple, si le penalty rebondit contre un montant ou s'il est renvoyé par le gardien. Je rappelle que toutes les équipes ont été informées début mars et que les gardiennes ont eu le temps de s'adapter. Comme je l'ai dit, la dernière modification en date tend plutôt à leur faciliter la tâche.

Vanina Correa of Argentina saves a penalty from Nikita Parris of England
© Getty Images

Les arbitres ne font donc que leur travail en appliquant la règle ?
C'est leur mission et elles n'ont pas de raison d'y déroger. Toutefois, je dois dire que les arbitres vont au-delà de leur simple devoir puisqu'avant chaque penalty, elles rappellent précisément aux gardiennes ce qu'elles ont le droit de faire et ce qui leur est interdit.

Si les arbitres appliquent le règlement à la lettre et qu'un match se joue aux tirs au but après 120 minutes, une gardienne ne risque-t-elle pas d'être exclue si elle quitte sa ligne une deuxième fois ?
La FIFA a demandé et obtenu une dispense temporaire de la part de l'IFAB en ce qui concerne les tirs depuis le point de penalty, c’est-à-dire les penalties tirés à l'issue du match pour déterminer le résultat. L'avertissement adressé aux gardiens qui commettraient cette faute était conçu comme une arme de dissuasion. Mais, au fond, quoi de plus dissuasif que les VAR ? Un gardien ne peut pas bouger ses deux pieds de la ligne en toute impunité. De plus, nous avons considéré que le risque d'un second avertissement était trop élevé, compte tenu du nombre de penalties tirés.

Donc, pendant la seconde phase de la Coupe du Monde Féminine 2019, si une rencontre se joue aux tirs au but, un déplacement interdit de la gardienne aura pour conséquence de faire retirer le penalty, mais n'entraînera pas d'avertissement pour la fautive. A l'issue du tournoi, les sanctions disciplinaires pour les fautes commises par les gardiens de but sur les penalties pourra fait l'objet d'un nouveau débat au sein de l'IFAB.

Parlons des VAR. Êtes-vous satisfait de leur utilisation en France ? Avez-vous rencontré certaines difficultés ?
Je suis très satisfait de la façon dont les VAR fonctionnent. Nos arbitres ont commencé à utiliser cet outil après la Coupe du Monde 2018. Elles ont donc dû suivre une préparation intensive pour être prêtes pour la Coupe du Monde Féminine. Je dois tout de même admettre que certaines erreurs ont été commises. C'est compréhensible, mais ça ne devrait pas arriver. J'en suis désolé.

Qu'attendez-vous de la suite du tournoi ?
Les arbitres vont continuer à travailler très dur pour être prêtes pour les prochains tours. A partir de maintenant, les matches sont plus importants et plus difficiles. Mais je suis certain qu'elles réussiront.

Articles recommandés