Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

7 juin - 7 juillet

France 2019

Des femmes au cœur de l’organisation

© LOC

*Le Comité d’Organisation Local (COL) de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™ n’a de cesse de promouvoir les valeurs de mixité. Un objectif qu’il se fixe aussi dans sa politique de recrutement. Plus de 150 collaborateurs y travaillent. Parmi eux, 75 femmes, dont 23 occupent des fonctions à responsabilité. Pour célébrer la Journée Internationale des Droits des Femmes du 8 mars 2019, rencontre avec 7 collaboratrices qui ont su s’imposer dans l’événementiel sportif, secteur souvent considéré comme masculin. *

Marine CAYZAC - Responsable du service Billetterie

"Tout mettre en place, la stratégie comme les outils"

"Cela fait maintenant 2 ans, presque jours pour jours, que j’ai rejoint l’aventure Coupe du Monde Féminine. Je suis salariée détachée de la Fédération Française de Football où j’occupais le poste de Responsable Adjointe du service Billetterie depuis 2012. Ce qui m’a convaincue dans le projet, c’était l’idée de partir d’une feuille blanche et de tout mettre en place, la stratégie comme les outils. C’est une chance d’être au cœur de l’organisation et encore plus à ce niveau de responsabilité. Notre objectif commun, au COL et à la FIFA, est d’accueillir un maximum de spectateurs dans les meilleures conditions. Nous avons mis en place une politique tarifaire attractive en proposant des billets à partir de 9 €. En travaillant à la billetterie on peut suivre en instantané l’état des ventes, cela me plaît ! Nous sommes d’ailleurs très satisfaits par la compétition des U-20 organisée en août 2018 qui a obtenu un remplissage de 85 %. Et pour le Mondial 2019, nous avons atteint nos objectifs de vente par pack (achat de places pour plusieurs matches) plus rapidement que prévu. Plus encore, les ventes à l’international sont allées au-delà de ce qu’on imaginait. C’est une très bonne surprise et une grande satisfaction pour nous tous."

Aurélie MOUEIX - Responsable Événementiel

"Mettre en avant le caractère festif"

"Tout comme Marine, je suis salariée détachée de la FFF. Définir mon travail en quelques mots est simple, ou presque : il s’agit d’embellir le côté sportif de cette Coupe du Monde et faire vivre au spectateur une expérience inoubliable. Car regarder un match à la télévision ou se déplacer au stade sont deux actions totalement différentes. En plus de la rencontre à laquelle il assiste, le public souhaite participer à la fête et vivre des émotions uniques ! C’est ce que je cherche à lui procurer. Et pour que cette Coupe du Monde Féminine ne soit pas juste un événement parmi d’autres mais reste gravée dans la mémoire de tous, spectateurs et téléspectateurs, nous sommes toujours à la recherche de concepts inédits. Nous l’avons réussi avec le tirage au sort en proposant un show innovant, les aventures d’ettie™, notre mascotte, la fille de Footix™ qui relève des défis sportifs dans les 9 villes hôtes, le J-100 et bientôt les FIFA Fan Experiences ou villages animation. J’espère que ce sera encore plus le cas avec la cérémonie d’ouverture. Le spectacle qui s’annonce mettra en avant le caractère festif du Mondial mais fera également la promotion de ce qui anime la FIFA et le COL : faire de cette huitième Coupe du Monde Féminine un tournant pour le sport féminin."

Florence CIVET - Responsable Ressources humaines

"Une question de compétences"

"La Coupe du Monde Féminine véhicule de nombreuses valeurs éthiques et responsables, lesquelles sont portées au quotidien par le Comité d’Organisation et la FIFA. Ces valeurs font partie intégrante de l’ADN du Comité d’Organisation et notre politique de recrutement a toujours tenu à les respecter. Ce qu’il faut pourtant souligner, c’est que nous ne choisissons pas des femmes uniquement pour respecter nos engagements. C’est avant tout une question de compétences, que l’on retrouve, sans distinction de genre. Aujourd’hui, nous sommes fiers d’avoir une parité parfaite au niveau de l’effectif global ainsi qu’à tous les échelons. Trois femmes siègent au Conseil d’Administration et 23 sont responsables de services, notamment dans des secteurs traditionnellement réputés masculins comme le Service des Opérations, la Logistique ou la Billetterie. Pour les responsables des neuf sites, on a même cinq femmes pour quatre hommes ! Les femmes sont présentes à tous les niveaux et cette mixité est bénéfique à tous. Elle permet une plus grande diversité de points de vue et une complémentarité dans le travail effectué."

Sandrine ROUSSEAU - Responsable des Opérations

"Un environnement stimulant"

"J’ai commencé à travailler dans le secteur de l’événementiel sportif en 1999 au Stade de France. J’y suis restée presque 10 ans, dans différents secteurs opérationnels - régie événementielle de congrès ou d’hospitalités, accueil des grands événements sportifs et de concerts - considérés à l’époque comme typiquement masculins ! Jusqu’au milieu des années 2000, il était rare de voir des femmes occuper de telles fonctions. Mais le changement est enfin perceptible. Preuve en est, au tirage au sort le 8 décembre, plusieurs femmes étaient dans l’équipe de coordination technique des opérations artistiques et média. Ce qui me passionne et ce dont je suis satisfaite aujourd’hui, c’est d’avoir été au cœur de nombreux événements et d’avoir pu voir différents aspects des opérations. Il m’a fallu prouver mes compétences et montrer que je pouvais parler technique, être sur le terrain, m’adapter aux horaires de travail et manager une équipe. On travaille dans un environnement réellement stimulant. Les émotions procurées par la réalisation d’un événement, que l’on planifie pendant des semaines et des mois, sont indescriptibles. Et malgré ce rythme, j’ai quand même eu deux enfants !"

Pauline FOSSARD - Chef de projet terrains d’entraînement et logistique arbitre

"J’avais envie de ce défi"

"J’ai intégré le Comité d’Organisation en octobre 2017 pour sélectionner les lieux d’entraînement des équipes pour les deux Coupes du Monde, 2018 et 2019. Après avoir eu plusieurs expériences de gestion de projet, que je qualifierais « de masse », comme réserver 240 hôtels à travers 5 pays, ce nouveau challenge avec le COL me plaisait. Ce sujet était tout nouveau pour moi et j’avais envie de ce défi. En outre, je gère aussi la logistique des arbitres, à savoir, leur trouver un terrain d’entraînement au même titre que les 24 équipes de la compétition, acheminer leur matériel mais aussi organiser des matches pour qu’elles puissent s’exercer. Pour cela, je travaille avec le District 94. Les 12 équipes - appelées sparring partners - qui s’affronteront par rotation ont déjà été sélectionnées. Elles aideront les arbitres à se préparer au Mondial. Mes interlocuteurs au quotidien sont principalement les collectivités et il s’agit d’un milieu assez masculin. Le savoir-être est très important. Sans s’imposer, les premiers échanges sont cruciaux pour montrer que l’on possède les compétences nécessaires afin de mener à bien le projet. Mais les mentalités changent de plus en plus et cela continuera."

Thaïs GUIHENEUF - Chef de projet sécurité privée

"Un enjeu majeur"

"La sécurité est un milieu qui attire peu les femmes, beaucoup de clichés subsistent encore. Pourtant au quotidien, je ne ressens aucune gêne. L’enjeu sécuritaire est majeur et c’est une pièce maîtresse quel que soit l’événement, sportif ou non, et sans distinction de pratique. Il nécessite d’interagir avec tous les services. De plus, la sécurité concerne toutes les populations, le public comme les joueuses ou les organisateurs. Mais il ne faut pas l’oublier, travailler dans ce milieu, c’est aussi prendre part aux festivités. Lors des matches, on perçoit la joie des supporters et on vit les mêmes émotions. On travaille pour assurer la sécurité de tous, mais on travaille dans l’événementiel sportif avant toute chose !"

Sophie VAUTIER – Chef de projet coordination accueil et sécurité

"Les talkies-walkies, c’est le moyen de communication en événement"

"En tant que coordinatrice, je touche à tous les sujets du service, qu’il s’agisse de la sécurité, des accréditations ou du médical. Sans avoir d’expertise sur un domaine propre, je les connais et suis capable de répondre à l’ensemble de nos partenaires. Cela me plaît ! J’ai aussi une mission, qui en surprend plus d’un car c’est quelque chose tout à fait méconnu, c’est la gestion des communications par talkies-walkies. On n’y pense jamais, mais il s’agit pourtant du moyen de communication utilisé par tous en période d’événement. Il permet de se coordonner en temps réel par exemple sur l’ouverture des portes d’un stade au grand public ou sur le fonctionnement de la connectivité pour les médias ou les régisseurs."

Articles recommandés