Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

7 juin - 7 juillet

France 2019 - Afrique du Sud

Kgatlana, la France comme une étape

Thembi Kgatlana of South Africa poses for a portrait
© Getty Images
  • Thembi Kgatlana est la Joueuse Africaine de l'Année de la CAF en titre
  • Elle évoque pour nous les progrès du football féminin sud-africain
  • Suivez le Live Blog d'Espagne – Afrique du Sud

De notre reporter d'équipe avec l'Afrique du Sud Busisiwe Mokwena

L'Afrique du Sud a dû patienter longtemps avant de fêter sa première qualification pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™, mais les fruits de cet exploit n'ont pas tardé à mûrir. Grâce aux deux participations consécutives au Tournoi Olympique de Football féminin et, désormais, à la qualification pour France 2019, les Banyana Banyana ont profondément changé le paysage du football féminin dans le pays hôte de la Coupe du Monde de la FIFA 2010™.

Joueuse Africaine de l'Année en titre, Thembi Kgatlana espère que les performances de l'Afrique du Sud en phase finale contribueront à soutenir cette dynamique. Le premier match contre l'Espagne, qui aura lieu dès ce 8 juin, risque de s'avérer crucial.

“Je crois que la Coupe du Monde est la plate-forme dont nous avions besoin pour mieux faire connaître notre équipe”, explique la buteuse sud-africaine. “Il y a sept mois, les gens savaient qui nous étions, mais le soutien dont nous bénéficiions à l'époque n'avait rien à voir avec ce que nous connaissons depuis notre qualification pour la Coupe du Monde. Tout a changé. Désormais, on s'intéresse vraiment à nous.”

Une fois leur billet pour la France en poche, Kgatlana et sa coéquipière Linda Motlhalo ont rejoint Beijing BG Phoenix, en Women's Super League chinoise. Grâce à ce transfert, les deux jeunes femmes ont pu se mesurer régulièrement à d'autres grands noms du football féminin africain, à l'image des Nigérianes Chiwendu Ihezuo, Francisca Ordega et Onome Ebi.

“Les clubs étrangers commencent à s'intéresser de près aux Banyana”, poursuit Kgatlana. “Sauf erreur de ma part, nous sommes actuellement huit à exercer le métier de footballeuse professionnelle. Ça en dit long sur les progrès réalisés par le football féminin en Afrique du Sud. Il est important que nous tirions le meilleur parti de cette Coupe du Monde car d'autres joueuses sud-africaines ont le potentiel pour passer professionnelles. Nous avons l'opportunité d'ouvrir de nombreuses portes ; pour nous, c'est aussi l'occasion de rendre quelque chose à notre pays.”

Pour la plupart, les internationales évoluent dans le championnat universitaire ou en Sasol League. La Fédération sud-africaine de football s'est engagée à lancer un championnat féminin professionnel dès le mois d'août, une fois les joueuses revenues de leur séjour en France.

“J'ai de grands espoirs pour le football féminin en Afrique du Sud”, confie Kgatlana. “Je suis jeune, mais je n'ignore pas que d'autres sont passées avant moi. Elles ont dû lutter car elles n'avaient pas toujours l'équipement nécessaire. Elles n'imaginaient sans doute pas que nous serions un jour à ce niveau. Je pourrais prendre l'exemple de Janine van Wyk. Pour elle, cette participation marque une étape importante. Toutes celles qui ont joué avec Janine, qui ont raccroché les crampons et qui nous suivrons à la télévision, sont sûrement fières de notre qualification pour la Coupe du Monde. C'est un exploit qu'elles n'ont pas pu réaliser lorsqu'elles étaient sur le terrain."

Et de conclure : “Une participation à la Coupe du Monde ne concerne pas uniquement les joueuses et l'encadrement technique. C'est important pour tout le pays et pour tous ceux qui nous encouragent.”

Explorer le sujet

Articles recommandés

Portia Modise of South Africa celebrates scoring

FIFA Women's World Cup

Sang froid et cent buts pour Modise

11 avr. 2019

South Africa captain Janine van Wyk

France 2019 - Afrique du Sud

Van Wyk tient enfin son moment historique

18 janv. 2019