Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

7 juin - 7 juillet

France 2019 - Suède

La fin d'un parcours et le début d'un chemin

Caroline Seger of Sweden and her teammates celebrate following t
© Getty Images
  • La Suède monte sur la troisième marche du podium
  • France 2019 a consolidé la popularité du football féminin dans tout le pays
  • "Nous avons grandi avec le peuple suédois", assure Caroline Seger

Une joie sans limite s’affiche sur les visages suédois alors que le coup de sifflet final vient de retentir à Nice. "Il y a eu beaucoup de larmes, c'est vrai", explique la capitaine Caroline Seger au micro de FIFA.com.

En s’imposant 2-1 face à l’Angleterre pour décrocher la médaille de bronze de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™, les Suédoises ont le sentiment d’avoir réalisé un exploit. Neuvièmes du classement mondial à leur arrivée, elles repartent avec une place sur le podium.

"Nous avons réalisé de grandes choses", se félicite la milieu de terrain Kosovare Asllani. "Personne ne s’imaginait que nous prendrions l’une des trois places olympiques ou que nous pouvions décrocher le bronze. Nous pouvons être fières."

Un exploit plus important

La Suède fait partie des poids lourds traditionnels du football féminin et ont déjà terminé parmi les trois premières de la Coupe du Monde Féminine à quatre reprises. Toutefois, le développement de la discipline au niveau mondial a contribué à renforcer la concurrence."Certains pays investissent beaucoup plus que nous, ce n’est pas un secret", constate la gardienne Hedvig Lindahl. "Nous devons travailler encore plus dur pour nous maintenir à ce niveau."

Le dernier rempart suédois empoche au passage sa quatrième médaille en Coupe du Monde Féminine, et la seconde en bronze. La dernière récompense en date revêt cependant une valeur particulière à ses yeux. "C’est le même résultat qu’en 2011 mais, à titre personnel, j’ai le sentiment d’avoir mieux joué. Je crois qu’il y a huit ans, la Suède faisait partie des nations de pointe. Nous étions en avance sur les autres. Aujourd’hui, beaucoup nous ont dépassées. De ce point de vue, cette médaille représente un exploit plus important. J’en suis très fière."

"C’est difficile de mettre des mots sur ce que nous avons vécu", poursuit Nilla Fischer. "Tout au long de la compétition, nous avons su maintenir notre niveau de compétitivité. C’est quelque chose dont nous pouvons être satisfaites."

Des bénéfices évidents

Pour les Suédoises, cette aventure ne se résume pas aux médailles pendues à leurs cous. L’essentiel est ailleurs, dans les perspectives qui s'ouvrent pour le football féminin en Suède. "Il va y avoir un effet boule de neige", assure Seger. "C’est important d’être présentes régulièrement sur le podium. Désormais, on peut voir des matches de football féminin à la télévision. On peut suivre les compétitions. Nous avons grandi avec le peuple suédois."

"Au fil des matches, les bénéfices de notre parcours sont devenus de plus en plus évidents", renchérit Linda Sembrant. "Il s’est passé beaucoup de choses chez nous. Énormément de gens ont suivi le tournoi, se sont intéressés à notre équipe et commencent à se prendre au jeu. C’est merveilleux de contribuer à cette évolution positive pour la Suède et les jeunes Suédoises. C’est vraiment quelque chose d’extraordinaire."

Lindahl, Seger, Sembrant et Fischer ont peut-être disputé leur dernier match en Coupe du Monde Féminine. Toutes ont entamé leur parcours dans des conditions très différentes de celles que connaît la nouvelle génération. Mais, ensemble, elles ont contribué à montrer la voie.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Megan Rapinoe of the USA looks on

France 2019 - #LaGrandeFinale

Ellis et Rapinoe, l'ambition dans la reconstruction

06 juil. 2019