Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

7 juin - 7 juillet

France 2019

Les stats derrière les stars

Mary Fowler of Australia
© imago
  • Laquelle des 522 joueuses engagées affiche la meilleure moyenne de buts par match ?
  • Qui sont les joueuses les plus grandes et les plus petites ?
  • Une internationale de 16 ans et un club particulièrement bien représenté
282

sélections figuraient au compteur de l’attaquante canadienne Christine Sinclair le 27 mai dernier, au moment de l’annonce officielle des effectifs. À elle seule, elle possède donc plus d’expérience internationale que l’ensemble des 23 joueuses de la Jamaïque. L’effectif des États-Unis totalise pour sa part 1 893 sélections et compte huit "centenaires" : Carli Lloyd, Alex Morgan, Becky Sauerbrunn, Megan Rapinoe, Tobin Heath, Kelley O'Hara, Christen Press et Ali Krieger.

150

joueuses sélectionnées pour France 2019 n’étaient pas encore nées quand Formiga a fait ses débuts en Coupe du Monde Féminine de la FIFA™, en 1995. Si elle entre sur le terrain, la milieu de terrain brésilienne de 41 ans battra le record de Christie Rampone, âgée de 40 ans et 11 jours lors de la finale 2015 qui a opposé les États-Unis au Japon. Elle deviendrait alors la doyenne de l’histoire de la compétition et la première footballeuse à disputer sept éditions de l’épreuve suprême version dames.

148

centimètres sous la toise : Javiera Grez sera la seule joueuse présente en France à mesurer moins d’1m50. La jeune attaquante du Chili (18 ans) fait 39 centimètres de moins que la Française Wendie Renard. La défenseuse des Bleues est la plus grande joueuse du tournoi, de cinq centimètres.

100

pour cent des joueuses des Etats-Unis évoluent dans des clubs de NWSL. Les Stars and Stripes sont les seules à ne pas compter une seule expatriée dans leurs rangs. Vingt-deux des 23 internationales chinoises et italiennes sont basées dans leur pays. En tout, 73 joueuses présentes en France évoluent dans des clubs aux USA. L’Espagne est le deuxième championnat le plus représenté, avec 52 joueuses.

26

ans et six mois, c’est l’âge moyen des 552 joueuses sélectionnées pour France 2019. Cette moyenne est la plus élevée de l’histoire du tournoi, de onze mois.

16

ans séparent les deux dernières Coupes du Monde Féminines auxquelles la milieu de terrain de l’Argentine Mariela Coronel a pris part. Si elle foule les pelouses françaises, l’internationale de 37 ans deviendra la seconde personne à avoir patienté 16 ans entre deux apparitions en Coupe du Monde Féminine ou en Coupe du Monde de la FIFA™, après le gardien colombien Faryd Mondragon.

16

ans et 115 jours, c’est l’âge qu'aura Mary Fowler quand l’Australie débutera son parcours en France face à l’Italie. La jeune prodige des Matildas sera la cinquième plus jeune joueuse de l’histoire de la Coupe du Monde Féminine, à condition d’entrer sur le terrain. Seules la Nigériane Ifeanyi Chiejine (16 ans et 34 jours en 1999), la Mexicaine Monica Vergara (16 ans et 53 jours en 1999), la Néo-Zélandaise Annalie Longo (16 ans et 76 jours en 2007) et la Russe Elena Danilova (16 ans et 107 jours en 2003) ont été plus précoces.

15

joueuses du FC Barcelone seront présentes en France, ce qui fait du club catalan l’équipe la mieux représentée. L'Olympique Lyonnais suit avec 14 joueuses, devant Chelsea et Manchester City (12 chacun). Par contre c'est l'Olympique Lyonnais qui fournit des joueuses au plus grand nombre de sélections : sept (France, Allemagne Angleterre, Japon, Pays-Bas, Canada et Argentine).

4

des 23 entraîneurs présents en France ont disputé une Coupe du Monde Féminine ou une Coupe du Monde. La sélectionneuse allemande Martina Voss-Tecklenburg compte trois participations (1991, 1995 et 1999), la Japonaise Asako Takakura deux (1991 et 1995) et la Française Corinne Diacre une (2003). Le sélectionneur de la République de Corée Yoon Deokyeo a été expulsé contre l’Uruguay durant Italie 1990. En revanche, l’Anglais Phil Neville n’a jamais pris part au grand rendez-vous mondial, malgré trois participations à l’UEFA EURO.

1,45

but par match, c’est la moyenne qu'affiche Bunny Shaw. La Jamaïcaine présentait (et de loin) le meilleur ratio de buts par match au moment de l’annonce des effectifs de France 2019. La Brésilienne Marta (0,81) et la Néerlandaise Vivianne Miedema (0,77) suivent à bonne distance.

Explorer le sujet

Articles recommandés