Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

7 juin - 7 juillet

France 2019 - Nouvelle-Zélande

Molly, rayon de soleil des Football Ferns

© Nils Clauson/NZ Football
  • Molly, 11 mois, est la mascotte officieuse de la Nouvelle-Zélande pour la Coupe du Monde
  • C'est la fille de la doctoresse de l'équipe, Alyse Cameron
  • Molly a déjà un caractère bien trempé et a passé les cinq derniers mois avec les Football Ferns

De notre reporter d'équipe avec la Nouvelle-Zélande, Brendan Bradford

La membre la plus populaire de toute la délégation des Football Ferns n'aura aucun souvenir de ce qui s'est passé à la présente Coupe du Monde Féminine de la FIFA™. En outre, elle ne sait pas jouer au football. En fait, elle vient juste de commencer à marcher.

Mais Molly, la fille de 11 mois d'Alyse Cameron, doctoresse de l'équipe, est sans doute le membre le plus important de la sélection néo-zélandaise. Le bébé a fait ses premiers pas au Havre au début de la semaine. Molly est aujourd'hui décrite comme le ciment de l'équipe, avec qui elle passe son temps depuis le rassemblement des Football Ferns il y a un mois aux États-Unis.

"C'est sa troisième tournée à ce jour et c'est donc une petite voyageuse expérimentée", explique Cameron à la FIFA. "Elle a plus de tampons sur son passeport que j'en avais à l'âge de 30 ans."

23 baby-sitters

Aussi cocasse que paraisse la situation, pour l'entraîneur Tom Sermanni, il allait de soi d'avoir Molly au sein du groupe pendant la durée du tournoi. "Pour moi, c'est naturel. Le monde du travail est comme ça aujourd'hui", explique Sermanni. "Nous avons une doctoresse fantastique et le fait qu'elle soit prête à emmener son bébé dans le monde entier pour nous est un énorme bonus. Il y a tellement d'avantages."

Le fait que Molly soit d'une facilité à vivre déconcertante est un bonus. Cela dit, Cameron est consciente que l'équipe a d'abord et avant tout un travail à faire. "Sa capacité d'adaptation est phénoménale : des longs vols aux voyages en autobus, elle est à l'aise partout", poursuit Cameron."Il faut dire qu'elle a aussi 23 baby-sitters qui n'ont d'yeux que pour elle et adorent l'avoir près d'elles."

"J'ai de la chance que les filles aient accepté, mais j'essaie quand même d'éviter que sa présence ne devienne intrusive", assure-t-elle. "Elle n'est là que pour le petit-déjeuner et le déjeuner. C'est généralement à ces moments-là que les joueuses la voient. Les jours de match, je m'arrange pour qu'elle soit ailleurs mais il est évident, quand on voit comme les filles deviennent folles dès qu'elle est là, qu'elle apporte un plus à tout le monde."

Une bouffée d'air frais

Annalie Longo, vétérane des Football Ferns, est d'accord. Selon elle, la présence de Molly permet de relativiser la pression propre au football professionnel. "C'est assez particulier. Elle vous permet de déconnecter et d'oublier le football et le stress lié aux exigences de haute performance", explique-t-elle. "Molly est une bouffée d'air frais. Son sourire quand vous entrez et que vous la voyez est tellement agréable."

Cameron, Sermanni et Longo se disent reconnaissants à la Fédération néo-zélandaise de football d'avoir permis à Molly de faire partie de l'expédition. L'entraîneur, quant à lui, s'émerveille de la vitesse à laquelle le bébé évolue. "C'est incroyable de la voir passer d'un nourrisson qui ne savait rien faire en Nouvelle-Calédonie il y a six mois à un bébé qui maintenant marche et qui interagit", dit Sermanni. "Même au cours des quatre dernières semaines, j'ai trouvé fascinants son développement et la façon dont elle apprend sans arrêt. C'est tout simplement génial", conclut-il.

Explorer le sujet

Articles recommandés

France 2019 - Nouvelle-Zélande

Quand la musique Wilkinson, sonne, sonne

10 juin 2019

Archives de la Coupe du Monde Féminine

Un Haka pour fêter ça

17 avr. 2019

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019™

Groupe E : Entre retrouvailles et oppositions de s...

15 mai 2019