Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

7 juin - 7 juillet

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019™

L'Océanie met le cap sur France 2019

© Others
  • En Océanie, 2 semaines de compétition et 1 place à prendre pour France 2019
  • La Nouvelle-Zélande grande favorite
  • Pour la première fois, toutes les nations de l'OFC auront participé aux qualifications

18 mois après le début des qualifications pour France 2019, c'est au tour des représentants océaniens de partir à la conquête d'un billet pour la prochaine Coupe du Monde Féminine de la FIFA™. Alors que l'Afrique entamera la phase finale de son tournoi préliminaire ce 17 novembre, l'Océanie est le dernier continent à aborder les qualifications pour le rendez-vous mondial.

À partir du 18 novembre et jusqu'au 1er décembre, huit nations se disputeront un billet unique pour la France. Comme si ce prix n'était pas une récompense suffisante, la seule place du continent pour le Tournoi Olympique de Football Féminin, Tokyo Tournoi 2020 sera également en jeu.

Pour la première fois, les 11 associations membres de l'OFC auront toutes participé à la Coupe des Nations Féminine de l'OFC. Les Fidji ont dominé un tournoi préliminaire à quatre équipes en août, mais pour plusieurs pays, il s'agira de leur première sortie en compétition depuis des années.

Le tournoi remonte à 1983, la dernière fois que la Nouvelle-Calédonie a accueilli l'épreuve. Cette année, la boucle est bouclée et la nation mélanésienne retrouve la Coupe des Nations pour la première fois depuis la création de la compétition il y a 35 ans.Les groupes
Gr A
: Nouvelle-Calédonie, Samoa, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Tahiti
_
Gr B _: Tonga, Iles Cook, Fidji, Nouvelle-Zélande

Les Kiwis sur de nouvelles bases
Quintuple vainqueure de la compétition et tenante du trophée, la Nouvelle-Zélande sera une nouvelle fois la grande favorite. Après plusieurs départs à la retraite et deux changements d'entraîneurs successifs, les Football Ferns ont fait appel à Tom Sermanni, ancien sélectionneur des États-Unis et de l'Australie, pour remettre l'équipe sur de bons rails.

Les buteuses Amber Hearn et Hannah Wilkinson seront absentes, toutes les deux pour cause de blessure au genou. La responsabilité de faire trembler les buts adverses incombera principalement à Rosie White. "Ç'a été une année folle pour les Ferns", explique White. "Il est temps pour nous de repartir à zéro et nous sommes toutes impatientes. En l'absence d'Amber et d'Hannah, ce sera à moi de faire le boulot."

Les hôtes pour un retour bienvenu
*Pour la première fois en 35 ans, la *Nouvelle-Calédonie
est en lice. Avec seulement 1 200 licenciées, le pays hôte se retrouve devant un défi de taille, même s'il a incontestablement fait des progrès ces deux dernières années. Les Mélanésiennes ont terminé deuxièmes lors des deux derniers Jeux du Pacifique, deuxièmes également lors du dernier Championnat U-16 de l'OFC – meilleur résultat de leur histoire au niveau continental.

La Papouasie-Nouvelle-Guinée a toujours été le principal rival de la Nouvelle-Zélande, détentrice du titre continental depuis 11 ans et vainqueure des trois éditions des Jeux du Pacifique qui ont eu lieu au cours de cette période. Le pays a franchi une étape importante en accueillant la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA en 2016, mais sa préparation pour ces qualifications est limitée. Un certain nombre de joueuses viennent de la sélection nationale U-20, mais la capitaine et joueuse emblématique de l'équipe, Deslyn Siniu, manquera le rendez-vous.

Ça faisait longtemps
*Pour certains pays, le retour sur la scène internationale est un triomphe en soi. Les *Samoa
disputent leur première Coupe des Nations depuis 2003 et ont récemment joué deux matches contre les Fidji. Pour Tahiti, il s'agira d'un retour dans le giron international pour la première fois depuis sept ans.

Sous la direction de Stephanie Spielmann, qui revient tout juste du Programme de mentorat des coaches de la FIFA, les Vahine Ura ont travaillé dur pour rattraper le temps perdu. "Combler sept années sans compétition en l'espace de six mois est complexe ", a expliqué Spielmann. "L'une de nos principales difficultés dans la préparation de ce tournoi est de donner aux joueuses un avant-goût de la compétition, et de les familiariser avec les exigences de ce niveau de football."

Porte-drapeaux polynésiens
*Si les équipes nationales masculines des *Tonga
doivent régulièrement en passer par les tours préliminaires, par comparaison les équipes féminines du pays font figure d'habituées sur la scène continentale. Cette édition marquera en effet la quatrième participation consécutive des Tongiennes à la Coupe des Nations Féminine de la FIFA. Seules la Nouvelle-Zélande et la Papouasie-Nouvelle-Guinée font mieux dans ce domaine. L'équipe compte dans ses rangs deux joueuses qui ont fait sensation en futsal lors des derniers Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019™

Davis veut mener les Fidji au paradis

01 nov. 2018

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019™

Les Fidji rejoignent le grand huit de l'OFC

30 août 2018

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019™

Longe attente et grand espoir pour les Samoa américaines

23 août 2018

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

RP Chine 2:2 Nouvelle-Zélande en vidéo

16 juin 2015