Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015

7 juin - 7 juillet

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

Taylor prend enfin les choses en main

Jodie Taylor of England celebrates
© Getty Images

Regarder les choses de loin, Jodie Taylor l’a fait pendant trop longtemps. Elle n’a plus de temps à perdre et surtout, plus aucune envie d’être spectatrice impuissante. C’est peut-être pour ça que l’attaquante de l’Angleterre n’attend plus le ballon, mais va le chercher. Face au Canada en quart de finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™, à chaque fois que le cuir passait la ligne médiane pour rouler dans le camp canadien, elle n’en était jamais loin.

Y compris dans les pieds de Lauren Sesselmann, la défenseuse nord-américaine, à qui elle l’a dérobé pour aller inscrire le premier but du succès anglais, trois minutes avant que Lucy Bronze ne marque le second (2:1). "C’était mon état d’esprit et la conviction de l’équipe : aucun ballon n’est perdu, aucun duel n’est perdu, il faut toujours y aller et se battre, pour qu’aucun ballon ne soit facile à jouer pour elles", confirme-t-elle à FIFA.com après la première qualification d’une équipe féminine anglaise pour une demi-finale mondiale. "Il fallait courir, courir et courir encore, les mettre sous pression, les forcer à faire des fautes. Et ça a payé."

Aucune rancune
Taylor est bien placée pour savoir que la détermination paie souvent. Si elle dispute sa première Coupe du Monde à 29 ans, et qu’elle n’a fait ses débuts internationaux que l’année précédente, ce n’est pas faute de s’être battue pour y parvenir plus tôt. Alors qu’elle enchaîne les buts partout où elle passe, l’attaquante, considérée comme l’une des meilleures du pays, ne reçoit jamais la précieuse convocation qui la fait tant rêver depuis ses débuts à 16 ans à Tranmere Rovers.

Même sa tentative de prise de contact avec la sélectionneuse de l’époque Hope Powell par email restera lettre morte. Mais pas question pour autant d’en vouloir à qui que ce soit, même une fois que le destin - et Mark Sampson, le sélectionneur actuel - lui offrent une revanche. "Les choses sont comme elles sont et honnêtement,  je n’ai aucune rancune, je n’en veux à personne", assure la joueuse de Portland Thorns, seule Anglaise à évoluer à l’étranger. "Le staff avait le droit de choisir les joueurs qu’il voulait, et le fait de jouer en dehors du pays ne m’a certainement pas aidée", ajoute celle qui a foulé les pelouses canadiennes, américaines, suédoises et australiennes.

Même son retour en Angleterre, à Birmingham, s’avère inutile pour se faire une place dans l’équipe qui dispute l’UEFA EURO Féminin 2013 en Suède. Prêtée à Göteborg cette année-là, elle voit depuis les tribunes ses compatriotes d’un côté et ses coéquipières en club de l’autre défendre les couleurs de leurs pays respectif. "Je n’ai jamais renoncé à y croire, mais ça a sans doute été le moment le plus dur", admet-elle. "J’ai compris que ça ne servait à rien de se battre pour des choses sur lesquelles je n’avais aucun contrôle."

Le privilège de l’âge
Du coup, lorsque Sampson lui donne sa chance 2014, c’est une Jodie de 28 ans, aguerrie par les épreuves mais enthousiaste comme une adolescente, qui fait ses premiers pas sous le maillot des Trois Lionnes. "Débuter à cet âge, avec l’expérience que j’ai, c’est un bonus évident", reconnaît celle qui a également une expérience d’entraineur-adjointe aux Etats-Unis. "Je n’ai jamais abandonné, et je suis heureuse d’être revenue au bon moment et de montrer que j’ai appris quelque chose dans toutes les épreuves que j’ai traversées."

La dernière a eu lieu à peine huit semaines avant le tournoi canadien, sous la force d’une blessure au genou et une opération. "J’étais en rééducation pendant sept ou huit heures par jour, allongée sans savoir si je serais rétablie", se souvient-elle avec émotion. "Et pourtant l’entraîneur m’a prise dans le groupe, sans même savoir si je serai rétablie et capable de jouer dans ce tournoi."

La confiance de Sampson, les soins du staff médical et la volonté de fer de Taylor ont fait le reste. L’attaquante est sur pied, prête à affronter le Japon, tenant du titre, en demi-finale de Coupe du Monde. Cette fois encore, pas question de le vivre de loin.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Angleterre 2:1 Canada en vidéo

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

Angleterre 2:1 Canada en vidéo

28 juin 2015

England 2-1 Canada (Canada 2015)

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

England 2-1 Canada (Canada 2015)

28 juin 2015