Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

7 juin - 7 juillet

France 2019 - Espagne

Torrecilla, la délivrance après la souffrance

© Getty Images
  • L’Espagne a décroché son premier succès en Coupe du Monde Féminine
  • Menées au score, les protégées de Jorge Vilda ont pris l’avantage après la pause
  • Passeuse décisive pour le dernier but, Torrecilla a été le moteur de la Roja

*
_De notre reporter d’équipe avec l’Espagne, Elisa Revuelta_
🇪🇸*

Face à l’Afrique du Sud, les Espagnoles ont ressenti le coup de sifflet final comme une véritable libération. La Roja a en effet décroché son premier succès en Coupe du Monde Féminine de la FIFA™. Pourtant, Jorge Vilda et ses troupes ne s’attendaient pas à un tel scénario. Après l’ouverture du score par l'Afrique du Sud en première mi-temps suite à une perte de balle, les Espagnoles ont dû redoubler d’efforts.

Virginia Torrecilla, qui s’est battue comme une lionne, s’est effondrée sur la pelouse à la fin de cette lutte acharnée. Quelques minutes après, dans le tunnel, la milieu de terrain reprenait seulement son souffle. "C’était vraiment très dur. Mais c’est ce qui rend le succès encore plus beau. Les victoires comme celle-ci sont les plus savoureuses", s’exclamait-elle. Au terme d’un terrible suspense, les Espagnoles ont connu une fin heureuse.

"Je commençais à sentir la douleur dans mes jambes. Heureusement, nous avons gagné et pouvons relâcher la pression. Nous étions très épuisées à la fin."

La formation ibérique s’est effectivement totalement relancée dans cette rencontre en seconde période, grâce à l’entrée en jeu d’Aitana Bonmatí, de Lucía García et de Nahikari García, qui ont enclenché une fantastique remontée. Jenni Hermoso a fait preuve de sang-froid pour transformer deux penalties, tandis que Lucía García a scellé la victoire sur une superbe passe de Torrecilla depuis le milieu du terrain.

© Getty Images

"Lucía est capable de se démarquer et de bouleverser un match. En deuxième période, elle est indispensable. Elle est toujours efficace devant la gardienne." Les Espagnoles auraient même pu creuser davantage l’écart, notamment avec un but de la tête de Torrecilla, finalement annulé en raison d'un hors-jeu.

Le plus important reste tout de même cette victoire inédite. La milieu espagnole n’oublie d’ailleurs pas les progrès réalisés pour y parvenir, elle qui était présente lors de Canada 2015, où la Roja avait quitté la compétition dès la phase de groupes après un match nul et deux défaites. "C’est incroyable. Je pense que c’est le début de quelque chose de grand", affirme-t-elle avec conviction. "Nous travaillons très dur. Le plus important est de gagner et d’être plus soudées que jamais."

Après avoir vaincu la peur et évacué cette lourde pression face à l’adversaire réputé le plus faible du groupe, l’Espagne remontera sur scène dans quatre jours, face à l’Allemagne, qu’elle n’a jamais battue. La dernière confrontation entre les deux sélections, un match amical en novembre, s’est conclue sur un score nul et vierge. "Nous devons aborder ce choc du mieux possible. Nous allons travailler sans relâche pour améliorer tout ce qui n’a pas fonctionné aujourd’hui et être au top pour notre prochain rendez-vous", annonce-t-elle.

Torrecilla et ses coéquipières espèrent cette fois-ci éviter une rencontre à suspense. La joueuse de 24 ans semble pourtant apprécier ce type de scénario. "Pourvu que tous les matches soient ainsi et que nous les gagnions !", conclut-elle avant d’aller célébrer ce triomphe historique avec ses coéquipières.

Explorer le sujet