Coupe du Monde de Football Féminin de la FIFA, Etats-Unis 99 ™

Coupe du Monde de Football Féminin de la FIFA, Etats-Unis 99 ™

7 juin - 7 juillet

#WorldCupAtHome

Un titre et un premier chapitre d'une longue histoire

  • La campagne #WorldCupAtHome a débuté le 21 mars
  • Vous pourrez revivre des classiques de la Coupe du Monde
  • Aujourd’hui : finale de la Coupe du Monde Féminine 1999 entre les États-Unis et la RP Chine

Les spectateurs de la finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, États-Unis 1999™ ont immédiatement su qu'ils assistaient à un événement historique lorsque Brandi Chastain a converti le tir au but décisif contre la RP Chine.

L’image de l'attaquante agenouillée, hurlant sa joie les yeux fermés, fait partie de la légende du football féminin aux États-Unis. Le cliché ne montre pas uniquement une sportive transfigurée par la victoire ; il symbolise le début d’une nouvelle ère.

📝En bref

États-Unis - RP Chine 0-0 a.p. (5-4 t.a.b.)

📅10 juillet 1999
📍 Rose Bowl, Los Angeles

Compositions :

  • États-Unis : Briana Scurry, Carla Overbeck, Brandi Chastain, Mia Hamm, Michelle Akers, Julie Foudy, Cindy Cone, Kristine Lilly, Joy Fawcett, Tiffeny Milbrett, Kate Markgraf
  • RP Chine : Gao Hong, Wang Liping, Fan Yunjie, Zhao Lihong, Jin Yan, Sun Wen, Liu Ailing, Pu Wei, Wen Lirong, Liu Ying, Bai Jie

Tirs au but :
États-Unis : Carla Overbeck, Joy Fawcett, Kristine Lilly, Mia Hamm, Brandi Chastain (tous réussis)*
_RP_
* Chine : Xie Huilin, Qiu Haiyan, Liu Ying (arrêté), Zhang Ouying, Sun Wen

🤓 Le contexte

Le 10 juillet 1999, le Rose Bowl de Pasadena, en Californie, accueille une foule record de 90 185 spectateurs, à l’occasion de la finale de la troisième Coupe du Monde Féminine de la FIFA™. Le président des États-Unis de l’époque, Bill Clinton, a fait le déplacement. Les deux équipes offrent un spectacle riche en suspense qui s’achève sur la victoire (5-4) du pays hôte, aux tirs au but.

"L’évocation de ce souvenir me donne toujours le sourire. C’était un événement incroyable. Notre rêve est devenu réalité. Quatre-vingt-dix mille personnes. Un suspense haletant. Un tableau d’affichage toujours vierge. Les meilleurs scénaristes de Hollywood n’auraient pas pu imaginer une telle finale", s’enthousiasme l’ancienne gardienne américaine, Brianna Scurry.

🗝️Les clés du match

D’entrée de jeu, les Américaines confisquent le ballon et affichent une nette domination en termes de possession de balle. Toutefois, la défense chinoise leur oppose une résistance farouche. De leur côté, les Asiatiques abordent cette partie avec la meilleure attaque du tournoi, ainsi qu’une différence de buts largement favorable (19-2). Malgré ces statistiques flatteuses, Sun Wen et ses coéquipières restent, elles aussi, muettes tout au long du temps réglementaire.

Durant la prolongation, les Chinoises passent près d’arracher la victoire sur un but en or. La RP Chine, qui n’a tenté que deux frappes durant les 90 premières minutes, semble trouver un second souffle en prolongation. Elle enregistre ainsi trois tentatives en l’espace de 30 minutes, dont une énorme occasion. Servie sur un corner de Liu Ying, Fan Yunjie décoche une frappe rageuse. Alors que tout le monde voit déjà le ballon au fond des filets, Kristine Lilly parvient à détourner la frappe au-dessus de la transversale, au prix d’un bond spectaculaire.

Le titre va donc se jouer aux tirs au but. Xie Huilin et Qiu Haiyan font mouche mais, sur la troisième tentative chinoise, Scurry part du bon côté et bloque la frappe de Liu Yings. Carla Overbeck, Joy Fawcett, Kristine Lilly et Mia Hamm trompent tour à tour la gardienne chinoise. Il ne reste plus dès lors à Brandi Chastain qu’à transformer l’ultime penalty pour offrir le titre aux États-Unis.

Brandi Chastain
© Getty Images

⭐️ Une joueuse dans le match

Non contente de mener son équipe en finale, Sun Wen repart des États-Unis avec le Ballon d’Or et le Soulier d’Or adidas, qui récompensent respectivement la meilleure joueuse et la meilleure buteuse du tournoi. L’année suivante, la Chinoise reçoit une autre distinction prestigieuse : les internautes l'élisent Joueuse du siècle de la FIFA, aux côtés de l’Américaine Michelle Akers. Sun Wen, qui a participé à quatre Coupes du Monde Féminines de la FIFA™, compte aujourd’hui parmi les légendes du football féminin mondial.

👂Entendu…

"Heureusement, je n’ai pas souffert du stress sur le terrain, pendant la séance de tirs au but. J’étais simplement contente d’être là. J’avais le sentiment que la victoire était à portée de main. Nous avions travaillé très dur pour en arriver là. Nous ne pensions qu’à la victoire et à donner le maximum." - Brandi Chastain, attaquante des États-Unis

"Cette victoire ne se limite pas à la Coupe du Monde, il s’agit d’un profond changement social. Notre sacre est intervenu à une époque où le football aux États-Unis n’était pas très populaire. Les gens ne savaient pas vraiment qui nous étions. Le sport féminin dans son ensemble était relégué au second plan. Les jeunes filles comme les jeunes femmes de 30 ans ont pu s’identifier à nous. C’était une vraie révolution culturelle." - Kristine Lilly, milieu de terrain des États-Unis

"Nous avons perdu aux tirs au but mais, au fond, le résultat importe peu. Ce qui compte, c’est que nous avons permis au football féminin de franchir un palier. Il s’agit sans aucun doute de l’une des réalisations dont je suis la plus fière." - Sun Wen, attaquante de la RP Chine

1999 FIFA Women's World Cup Mia Hamm #9 of Team USA is embraced by Shannon MacMillan
© Getty Images

Articles recommandés