Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

7 juin - 7 juillet

France 2019 - Allemagne

La Mannschaft jauge ses forces

© Getty Images
  • La nouvelle sélectionneuse allemande va dévoiler sa première sélection
  • Martina Voss-Tecklenburg est en poste depuis le 30 novembre 2018
  • "Nous attendons un match référence"

Où en est l’équipe d’Allemagne féminine ? Voilà une question que de nombreux supporters se posent après l’échec de la Mannschaft en quart de finale de l’UEFA EURO Féminin et sa défaite historique contre l’Islande, dans les qualifications pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019™.

À sa prise de fonctions fin novembre, Martina Voss-Tecklenburg se voulait rassurante : "Il faut d’abord que j’apprenne à connaître mon équipe. En avril, je serai mieux à même de définir nos objectifs pour cette Coupe du Monde. Ce que je peux vous dire, c’est que nous avons très envie de revenir sur le devant de la scène. J’ai l’ambition de gagner des titres et je n’ai jamais été championne du monde auparavant. Il faut aussi penser aux qualifications pour le Tournoi Olympique de Football, Tokyo 2020, qui s’annoncent passionnantes".

L’ancienne internationale aux 125 sélections en équipe d’Allemagne a donc profité de ce début d’année pour mieux cerner les contours de son groupe. Au premier tour de France 2019, la Mannschaft féminine affrontera la RP Chine, l’Espagne et l’Afrique du Sud. Afin de préparer au mieux ces rendez-vous, Voss-Tecklenburg a réuni plusieurs joueuses à Marbella dans le cadre d'un stage hivernal. Pour l’occasion, elle n'a pas hésité à convoquer 30 candidates à une place en équipe nationale, dont plusieurs représentantes de la nouvelle génération. En effet, Klara Bühl (18 ans), Lena Oberdorf (17), Laura Freigang (20), Sjoeke Nüsken (17) et Tanja Pawollek (19) sont autant de nouvelles venues, même si toutes sont déjà passées par les sélections de jeunes. Bilan ? Très positif, comme l’explique la sélectionneuse allemande à FIFA.com.

"Le programme était chargé, mais nous avons bien travaillé. Notre objectif était de nous faire une idée plus précise de ces joueuses et d'initier une première prise de contact. C’est la raison pour laquelle j’avais choisi de convoquer beaucoup de monde. J’ai pu m’entretenir individuellement avec chacune. Ces échanges ont été très positifs et m’ont donné quelques idées intéressantes. Comme il n’y avait pas de match à l’horizon, nous avons mis ce temps à profit pour faire passer notre message et exposer notre philosophie de jeu. Globalement, je suis très satisfaite de la façon dont les choses se sont déroulées."

De nombreux tournois internationaux ont lieu traditionnellement entre fin février et début mars. Mais, cette année, les doubles championnes du monde se feront très discrètes. En effet, l’Allemagne fait partie des cinq qualifiés pour la Coupe du Monde Féminine qui ne participeront ni à la Coupe de l’Algarve, ni à la Coupe de Chypre, ni à la SheBelieves Cup. "Nous avons décidé de ne pas prendre part à un tournoi en mars car il nous a semblé peu judicieux de disputer plusieurs matches dans un calendrier serré et d’imposer une grosse charge de travail aux joueuses à cette période de l’année", explique Voss-Tecklenburg.

En lieu et place, l’Allemagne se testera lors d’une série de matches amicaux. Le premier de ces duels pour l’honneur aura lieu face à la France, pays hôte de l’épreuve suprême. "Nous attendons ce match avec impatience car c’est la prochaine étape après notre stage à Marbella. Nous savons que les Françaises sont actuellement au sommet de leur art. Elles sont irrésistibles depuis quelques mois, mais nous sommes impatientes de relever ce défi. Nous avons besoin de nous situer par rapport à un adversaire de ce calibre."

Le bilan historique des rencontres entre les deux pays plaide clairement en faveur de l’Allemagne, même si la dernière confrontation s’est soldée par un revers cinglant (3-0) face aux Bleues. En tout, Françaises et Allemandes se sont mesurées à 18 reprises. La Mannschaft totalise dix victoires pour seulement quatre défaites.

Ses deux adversaires suivants, la Suède et le Japon, comptent également parmi les poids lourds du football mondial et ne sont pas des inconnus, comme en témoignent les 27 duels avec les Damlandslaget. Le dernier choc entre ces nations pionnières du football féminin a eu lieu en finale du Tournoi Olympique de Football Féminin et s’était soldé par un triomphe allemand.

"Nous avons délibérément choisi des adversaires de haut niveau pour ces matches amicaux car nous voulions nous mesurer aux meilleures. Chacun de ces matches doit nous permettre de mieux nous situer sur la scène internationale", affirme la sélectionneuse allemande en guise de conclusion.

Une quatrième affiche doit avoir lieu fin mai en Allemagne, juste avant la Coupe du Monde Féminine. Le lieu et le nom de l’invité ? Inconnus pour l’instant. À l’issue de cette série de tests, joueuses et supporters sauront sans doute un peu mieux où en est l’équipe d’Allemagne.

Adversaire Date Horaire (heure locale) Austragungsort
France 28 février 21h00 Francis Le Basser, Laval, France
Suède 06 avril 13h45 Friends Arena, Solna, Suède
Japon 09 avril 16h00 Benteler-Arena, Paderborn, Allemagne

Explorer le sujet

Articles recommandés

France 2019 - Angleterre

Neville : "Nous voulons gagner la Coupe du Monde"

26 févr. 2019

France 2019 - Argentine

Le rêve et le combat de Banini

25 févr. 2019